étranger

  • DES PERMIS BELGE CONTESTES A L’ETRANGER

    1316675892_B973536149Z_1_20140910185102_000_G5R33MRII_1-0.jpg

    Si dans quelques semaines vous prenez la route des vacances ou envisagez de louer une voiture à destination, il serait judicieux de vérifier que votre permis de conduire est encore valable.

    D’après la police belge, les permis émis avant 1989 risquent en effet d’être considérés par certains services de police européens comme périmés.

    La raison ? Ces vieux permis ne répondent pas à toutes les interrogations lors d’un contrôle opéré par les forces de l’ordre étrangères. Concrètement, d’après la police belge, certains permis n’affichent pas clairement la catégorie de véhicules avec lesquels peut circuler le conducteur.

    Tinne Hollevoet, la porte-parole de la police fédérale a d’ailleurs récemment déclaré à la presse : «Les permis de conduire visés sont ceux qui datent d'avant 1989, lorsqu'on délivrait encore des permis belges. Mais, entre-temps, les permis ont été adaptés au format européen. Les personnes concernées ont donc tout intérêt à échanger leur permis contre un nouvel exemplaire, qui se présente sous la forme d'une carte bancaire».

    Pour obtenir ce nouveau précieux sésame, il vous suffit d’en faire la demande à votre administration communale. Ce permis adopte désormais les mêmes caractéristiques que la carte d’identité électronique. Il coûte entre 20 et 50 euros en fonction de votre commune de résidence.

    Et vous, avez-vous déjà adopté le permis de conduire à la sauce européenne ?

    Source > Laurent Norro sur > http://gocar.be

  • DIX TRADITIONS DE NOËL DANS LE MONDE …

    1775529.jpg

    Petit tour du monde des us et coutumes de Noël.

    En Russie et dans d’autres pays orthodoxes, Noël n’est pas célébré le 25 décembre mais dans la nuit du 6 au 7 janvier. Une question de calendrier : l’Église orthodoxe russe a conservé le calendrier « julien » (introduit par Jules César), qui comporte actuellement 13 jours d’écart par rapport au calendrier occidental « grégorien » (institué par le pape Grégoire XIII au XVIe siècle), qui est devenu le calendrier civil.

    En Irlande, les enfants préparent l’arrivée du Père Noël en laissant un « mince pie » (petit gâteau) et un verre de Guinness pour lui.

    En Espagne, au Portugal et en Italie, parmi les santons de la crèche figure le « Caganer », un homme qui défèque accroupi le pantalon baissé, laissant une montagne d’étrons sous lui. Il représenterait symboliquement la fertilisation de la terre, synonyme de bonnes récoltes pour l’année à venir. Les caganers, à l’origine des hommes anonymes en costume traditionnel, sont désormais représentés sous la forme de célébrités (tous les grands de ce monde, d’Angela Merkel à Lionel Messi).

    Dans d’autres pays > En République Tchèque > En Corée du Sud > En Ukraine > En Norvège > A Caracas > Au Japon > En Suède > Suivez le guide ...

    Source > http://www.lesoir.be/387766

  • LE MONDE EN LIGNE DE MIRE ... 35.000 BELGES A L'ETRANGER ...

    Mardi Dubai_shutterstock_151616084_0.jpg

    Plus de 35 000 ressortissants belges quitteraient la mère patrie chaque année.

    C'est du moins le chiffre avancé par l'ASBL International Contacts qui organisait, ce 3 octobre à Bruxelles, un événement dédié à la promotion de la mobilité internationale.

    Le propos est clair : Si c'était à refaire, je n'hésiterais pas une seconde ! Ingénieur dans une société de construction, Michel a non seulement eu l'occasion de parcourir le monde à l'occasion de nombreux déplacements mais aussi, pendant trois ans, l'opportunité d'y poser ses valises. À Pékin, plus précisément, où il n'a pas hésité à emmener sa petite famille composée de deux enfants en bas âge.

    Pékin ? Une ville pas vraiment paradisiaque, engluée dans la pollution et les embarras de circulation, reconnaît-il. Mais aussi une ville tentaculaire qui permet de sentir ce que le terme « mondialisation » signifie et de percevoir, au quotidien, la réalité des différences culturelles. Même si nombre de Chinois comprennent bien la manière dont nous fonctionnons, l'inverse n'est pas toujours vrai... et c'est précisément cela qui est intéressant.

    En dix ans, le nombre de Belges enregistrés dans un pays étranger aurait augmenté de 25 %, de 295 000 à plus de 380 000 personnes. La plupart d'entre eux, c'est vrai, ne vivent pas l'expatriation de manière aussi exotique ni d'ailleurs dans un cadre purement professionnel : plus de 130 000 vivent en France et plusieurs dizaines de milliers chez nos autres voisins immédiats (Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne et Royaume-Uni). Mais on recenserait tout de même quelque 1 500 compatriotes en Chine, 22 000 aux États-Unis et 13 000 au Canada, notamment.

    D'après les données collectées à l'occasion des International Days qui recueillent bien évidemment des visiteurs intéressés par une expérience à l'étranger, les ingénieurs seraient particulièrement bien disposés : 65 % d'entre eux souhaitent effectuer toute leur carrière à l’étranger, les autres 35 % préférant y travailler de manière temporaire. Les destinations privilégiées ? L'Amérique du Nord (pour 25 % d'entre eux), suivie par un pays d'Europe ou d'Asie. Dans les faits cependant, pareilles envies doivent être relativisées : sur les 7 000 ingénieurs belges membres de leur association professionnelle (FABI) en 2011, seuls 574 étaient établis à l'étranger, dont 180 chez nos voisins français.

    Les contraintes, il est vrai, sont nombreuses. Quelles questions se poser, dès lors, avant d'envisager l'expérience ? Avant tout, s'interroger sur l'objectif professionnel poursuivi, ce qui implique une sérieuse discussion avec le management au sujet du contenu de la fonction sur place et de l’impact positif attendu au retour. Interroger, ensuite, son conjoint sur ses propres attentes, étant entendu que la plupart des échecs sont liés à une insatisfaction du partenaire (notamment s'il a accepté de mettre sa propre carrière en stand-by).

    Enfin, même si les entreprises habituées à envoyer des cadres à l’étranger épaulent très efficacement ce dernier tant sur le plan matériel qu'administratif, il faut aussi s'interroger sur sa capacité à tout simplement résister aux inévitables couacs à venir : maison moins bien située que prévu, scolarité chaotique des enfants, coup de blues dû à l’éloignement de la famille et des amis, notamment. Soit autant de soucis... que vous surmonterez allègrement si vous avez vraiment envie de changement !

    Source > Benoît July > Texte: Benoît July > sur > http://www.references.be

  • DÉPÔT DE FLEURS DANS L’ENTITÉ PAR LA FÉDÉRATION ROYALE DES MILITAIRES À L’ETRANGER

    drapeau%20frme%2002.jpg

    La section Hesbaye Condroz de la Fédération Royale des Militaires à l’Etranger déposera des fleurs à trois monuments en collaboration avec la Ville de Hannut le dimanche 13 avril :

    Ce dimanche 13 avril 2014 @ 10 h 00 min – 12 h 30 min

    10H00 : au monument de la section (avenue des Fleurs)

    10H30 : au monument Aux Morts à Crehen (rue de Wasseiges) au cimetière à Crehen (rue de Thisnes)

    Contact: Thioux Bernard

    Email: frme.hesbaye.condroz@hotmail.com  > Téléphone: 0486168405

    Source > http://www.hannut.be

  • UN NUMÉRO INCONNU VOUS APPELLE DE L'ÉTRANGER? NE RAPPELEZ SURTOUT PAS

    LITALI~1.JPG

    Charles Clessens, l’un de nos nombreux blogueurs, a été averti ce mardi matin par un de ses lecteurs réguliers.

    Ce dernier venait en effet de recevoir un sms envoyé par un numéro inconnu émanant de l’étranger. Renseignements pris auprès de Belgacom, on a pu en déduire qu’il s’agissait d’une arnaque.

    Un lecteur du blog de Trooz a reçu un drôle de message ce matin. Un message bourré de fautes d’orthographe lui demandant d’appeler un numéro inconnu afin d’obtenir des détails sur le cadeau qu’il avait remporté.

    Ben voyons...

    Retrouvez la suite de cette info sur notre blog.

    Source > http://www.sudinfo.be/732329

  • «LES BELGES RÉSIDANT À L’ÉTRANGER NE SONT PAS DES CITOYENS DE SECONDE ZONE»

    2992487.jpg

    Hervé Jamar : «Les Belges résidant à l’étranger ne sont pas des citoyens de seconde zone»

    « Un belge = un belge, un parlement = un parlement » insiste Hervé Jamar.

    « Ils sont un peu plus de 500.000 à avoir fait le pas de vivre à l’étranger. Ce choix ou cette obligation liée à une profession ne doit enlever en rien leur légitime droit de vote à nos scrutins fédéraux mais aussi régionaux, communautaires, provinciaux et communaux ».

    « En tant que wallons, nous devons exprimer au fédéral notre volonté d’impliquer davantage les Belges résidant à l’étranger dans les matières régionales et communautaires » explique Hervé Jamar

    Parce que tout belge résidant à l’étranger reste d’une manière ou d’une autre lié à son pays parce qu’il y laisse soit un enfant aux études, soit une maison, soit un père, soit une mère…

    Depuis 1999, une loi fédérale autorise les Belges expatriés à voter aux élections fédérales et européennes de notre pays. En 2014, les scrutins fédéraux, européens, régionaux et communautaires seront couplés. La 6ème Réforme institutionnelle prévoit également d’élargir les compétences des Régions. Une raison de plus pour faire participer nos compatriotes vivant à l’étranger aux scrutins régionaux.

    Le MR souhaite vivement faire valoir auprès du fédéral l’avis favorable du Parlement wallon d’étendre ainsi le droit de vote de nos Belges résidant à l’étranger. Pour le MR, demander à ce dernier qu’il puisse exprimer cet avis de principe « en faveur de » semble être de l’ordre du tout à fait raisonnable politiquement.

    Cependant, après de nombreux débats, notamment ceux de la commission des Affaires générales du 29 avril puis ceux de la séance plénière du Parlement wallon de cette semaine, Hervé Jamar déplore, une fois de plus, le rejet majorité contre opposition de la proposition de résolution avec une abstention.

    Et Hervé Jamar de conclure : « Je dis aux Belges de l'étranger: « ne soyez pas dupes, ils ne vous aiment pas ». Pourtant, ils vont vous écrire bientôt pour vous dire qu'ils vous aiment. Je crois que c'est ça qui est paradoxal. En 2010, tous les présidents de parti ont pris leur belle plume pour écrire à tous ces Belges à l'étranger pour récolter des suffrages et pour dire aussi qu'ils étaient pour ce droit de vote ».

    La vidéo du 15/03 sur RTL info.be > http://www.rtl.be/videos/video/444221.aspx

    Source > E M. > Collaboratrice du Député-Bourgmestre Hervé JAMAR

  • HANNUT > ILFOP – COURS DE FRANÇAIS POUR NON-FRANCOPHONES

    FORMAT~1.JPG

    Des cours de français (niveau débutant, niveau élémentaire) se donnent:-en fin d’après-midi ou en soirée au Collège Sainte Croix, rue de Crehen 1 – 4280 Hannut

    Renseignements complémentaires

    Au Collège Sainte Croix, rue de Crehen 1 – 4280 Hannut

    Tous les renseignements relatifs aux formations d’Hannut peuvent être obtenus au secrétariat de l’ILFoP-Hannut 019.51.55.57 ou par courriel à l’adresse mailto:ilfop.hannut@gmail.com.

    • ILFoP – Rue des carmes, 12 – 5000 Namur
    • Tel.: 081/22.19.98
    • Fax: 081/22.19.98

    http://www.ilfop.be/Hannut/Formation-en-francais-langue-etrangere.php

    Source http://www.hannut.be

  • FLASHÉ SUR LA ROUTE DES VACANCES EN FRANCE, VOUS DEVREZ PAYER DÈS LE 1ER JUILLET!

    2002202721_ID7712331_web-automobiliste_151912_H3V74E_0.JPGFini l’impunité à l’étranger

    Les automobilistes qui ne respectent pas les limitations de vitesse et les règles du code de la route en France recevront à partir du 1er juillet leurs amendes chez eux. La Belgique et la France ont en effet trouvé un accord sur l’échange de données.

    C’est ce qu’on peut lire lundi dans De Standaard.

    Pour l’instant, de nombreux automobilistes flashés en Belgique ne reçoivent jamais l’amende. Il en est de même pour les Belges à l’étranger. La procédure visant à identifier les automobilistes est effectivement fastidieuse, car les parquets des pays doivent demander des informations au cas pas cas, souvent sans résultats concluants.

    Une nouvelle directive européenne, qui entrera en vigueur à partir de novembre 2013, prévoit que tous les Etats membres devront à l’avenir échanger leurs données. Chaque pays devra désigner un service administratif, comme la DIV en Belgique, auprès duquel il sera possible d’obtenir les noms et adresses des personnes ayant enfreint 8 règles déterminées, comme par exemple le fait de brûler un feu rouge ou de téléphoner en conduisant, une vitesse excessive, la conduite sous influence, etc.

    Source > Sudpresse Belga > ! (Photo News)