élevage

  • BRAIVES > L’ÉLEVAGE DE 25.000 POULETS ABANDONNÉ

    L’agriculteur villois, Raphaël Bolly, laisse tomber son projet suite à la pétition des riverains.

    Face aux vives critiques de la centaine de riverains et à la pétition qui circule, Raphaël Bolly a décidé de laisser tomber son projet d’exploiter un poulailler de 25 000 poulets de chair. Dépité, l’agriculteur se sent jugé sans avoir pu se défendre face à ses détracteurs.  

    Voir notre publication d’hier sur ce blog > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

    Alors qu’il avait introduit une demande de permis unique pour la création d’un poulailler de 25.000 poulets de chair, ainsi qu’un hangar pour stocker les machines et les récoltes, dans les campagnes entre Ville-en-Hesbaye et Oteppe, Raphaël Bolly a décidé de laisser tomber son projet. En cause : de vives critiques et une pétition des riverains !

    « Vendredi soir, il y a eu une réunion d’information organisée par les riverains à laquelle je n’étais même pas convié. Ces derniers ont critiqué le projet sans avoir pris connaissance du dossier. Sans compter les nombreuses dérives qui ont suivi sur les réseaux sociaux » , explique l’agriculteur villois, qui préfère en rester là car il sent que ce combat est perdu d’avance.

    « Ce n’est pas de la lâcheté mais les contestataires ont bien fait comprendre qu’ils feraient tout pour que mon projet ne voit pas le jour. Jusqu’à aller au Conseil d’État. Je savais que certaines personnes seraient … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 21/11/2017

    Source > Olivier Joie sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 21/11/2017 > Ou la version digitale .PDF > http://journal.sudinfo.be/journal.php

    L’article complet en ligne pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/155956

  • HANNUT > LES ODEURS DE FIENTES, ILS N’EN PEUVENT PLUS !

    Les riverains du poulailler de Thisnes sont à bout

    Les voisins du poulailler industriel de la rue de Wavre à Thisnes (Hannut) ont atteint le seuil de tolérance.

    Dans le cadre d’une enquête publique relative à une demande de forage de puits introduit par l’exploitant, ils ont rappelé ce dont ils se plaignent depuis plusieurs années. À savoir des nuisances olfactives et des manquements au permis d’exploiter. 

     « Notre objectif n’est pas de faire fermer son exploitation. Tout ce qu’on souhaite, c’est qu’il respecte notre vie » . D’emblée, François Genot et Louis Lacanne, proches voisins du poulailler exploité au 76 rue de Wavre à Thisnes par Norbert Vromant, tiennent à se défendre de toute volonté de nuire.

    Lorsque fin des années 90, Norbert Vromant a introduit une demande pour exploiter en agglomération un poulailler industriel de 80.400 poules pondeuses, ils ont massivement manifesté leur opposition. En 2004, sur recours introduit par une riveraine devant le Conseil d’Etat, Norbert Vromant a finalement obtenu son permis d’exploiter pour une durée de 30 ans.

    « C’est comme ça, on a bien été obligé d’accepter mais maintenant qu’il respecte les conditions d’exploitation », plaident en chœur les riverains les plus impactés par les nuisances.

    Ils sont une vingtaine, tous résidant au sud-ouest des installations avicoles -soit dans le couloir des vents dominants- à dénoncer les odeurs et les poussières « quasi quotidiennes » qui retombent sur le mobilier de jardin comme sur les voitures. « Conséquences : obligation de laisser portes et fenêtres fermées. Donc, utilisation des terrasses et aération des maisons impossible » , ont-ils encore écrit récemment dans un courrier adressé … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 05/07/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 05/07/2017

    Montage photos > M. Lacanne riverain – En médaillon M. Vromant

    RÉACTION DE L’EXPLOITANT > « Les fientes sèches ne sentent pas » ??? Plus > INFRACTIONS « Bassin d’orage, puits de forage » sur cette même page

    Un article succin sur > http://www.lameuse.be/1878321

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale sur > http://huy-waremme.lameuse.be/100158

  • BRAIVES > ELLE ÉLÈVE DES BREBIS D’UNE RACE MENACÉE

    Stéphanie Parent (27) se lance : elle a constitué un troupeau en vue de produire des fromages

    Ce rêve, elle le caressait depuis longtemps : gérer un petit troupeau de brebis laitières belges et produire des fromages et yaourts locaux. Stéphanie Parent, 27 ans, a sauté le pas en créant sa bergerie (« La Bergerie des Nuages ») à Avennes, il y a quelques jours.

    Bien qu’elle exerce à titre d’indépendante complémentaire, la Braivoise est bien équipée et compte fidéliser une clientèle de gourmands.  

    Passionnée par le monde agricole depuis qu’elle est haute comme trois pommes (« Dès que j’avais un peu de temps libre, j’étais toujours dans la ferme de nos voisins à Avennes. C’est d’ailleurs un peu toujours le cas… »), Stéphanie Parent nourrit un intérêt particulier pour les moutons que son papa élevait pour le plaisir sur le terrain familial. « J’ai fait ma première mise-bas par téléphone à 8 ans, alors que mes parents étaient en train de faire les courses. Cela a été une révélation », se rappelle-t-elle en souriant. Après un essai infructueux en vétérinaire, la jeune Braivoise s’est tournée vers des études en agronomie à Ciney, section agricole. Elle a ensuite suivi une formation en fromager-affineur à l’IFAPME et a fait son stage à la crémerie « À Table ! » de Pascal Fauville, à Hannut et Waremme, où elle travaille aujourd’hui comme vendeuse. « C’est mon travail principal. Je lance ma bergerie, la Bergerie des Nuages, à titre complémentaire car, pour le moment, il n’est pas possible de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 16/03/2017

    Source > ANNICK GOVAERS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 16/03/2017

    L’article complet pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/57578

  • AVIN (HANNUT) LES 3 & 4 OCTOBRE SALON VENTE DU PETIT ÉLEVAGE DE HESBAYE asbl

    Connaissez-vous Le Petit Elevage de Hesbaye ? > C’est près de chez vous !

    Le Petit Elevage de Hesbaye est une asbl dont l'objectif est de faire découvrir et de promouvoir le petit élevage (poules, lapins, pigeons, canards, oies,...). En répondant au mieux aux situations actuelles et futures. Revenons à ses débuts...

    Du constat de Patrick Willems de l'absence d’asbl défendant ce type d'activité en Hesbaye à la création d'un petit groupe de travail, c'est en fin d'année 2013 que le Petit Elevage de Hesbaye fut reconnu en tant qu’asbl.

     Par la participation à de nombreux événements tels les journées de vaccination et  d'information, elle souhaite favoriser les échanges et le partage d'expérience entre les éleveurs. Progressivement, elle met en place un maximum d'outils pour aider le débutant et l'encourager dans ses démarches. Mais c'est à travers les vitrines (foires, marchés), les salons-ventes et l'organisation de journées pédagogiques qu'elle suscite la curiosité du grand public avec succès.

     Petits et grands ont donc la possibilité de découvrir un domaine qui ne laisse jamais indifférent.

     Qui sait, c'est peut-être vous, le prochain amateur d'animaux de basse-cour ?

    Raison pour laquelle le Petit Elevage de Hesbaye asbl vous invite le 3 et 4  octobre 2015 à son second salon-vente, afin d'y découvrir une multitude d'animaux à plumes et à poils.

    Venez nous rencontrer et partager cette passion.

    Cet événement aura lieu à la pépinière Jardi-Style à Avin (rue de Namur, 151). Vous pouvez également nous rejoindre sur facebook via le groupe Petit élevage de Hesbaye

    Si vous souhaitez de plus amples informations, vous pouvez écrire à l'adresse suivante, rue du Centre 15, 4280 Blehen ou consulter le site www.petitelevagedehesbaye.be

    E-mail : petitelevagedehesbaye@hotmail.com

  • LINCENT: FEU VERT À UN ÉLEVAGE 1.200 PORCS

    224207125_B972504492Z_1_20140416204027_000_GMN2A1OI9_1-0.jpg

    L’échevin Triffaux a introduit la demande de permis, rue du Malpas.

    L’implantation d’un élevage de 1.200 porcs fait débat à Lincent. L’opposition fustige le Collège communal d’avoir oublié de rendre un avis sur un sujet qui mobilise la population. Car le permis de construction de la porcherie est, du coup, accordé à un échevin et son fils... Le Collège a oublié de se prononcer sur le permis. L’opposition crie à la complaisance

    Tous les Lincentois ont découvert un courrier de l’opposition politique « Mayeur » qui fustige l’attitude des membres du Collège communal. «  Les personnes qui ont demandé le permis pour la construction d’une porcherie dans le centre de Lincent ne sont autres que l’échevin Yves Triffaux et son fils. A la suite d’un arrêt du Conseil d’État, le Collège communal devait se prononcer endéans les soixante jours. Or, malgré les réclamations de 288 riverains, il ne s’y est pas opposé et n’a pas non plus octroyé le permis. Faute d’avoir respecté le délai légal, la commune est maintenant obligée d’accorder le permis !  », fustige Olivier Winnen, le conseiller communal d’opposition.

    Découvrez l’article complet et la réaction du bourgmestre dans La Meuse Huy-Waremme de ce jeudi 17 avril.

    Source > J.M. sur > http://www.sudinfo.be/986702 Photo > J.DC