électromécaniciens

  • EMPLOIS > CONCOURS SWDE: LE DISTRIBUTEUR D'EAU À LA RECHERCHE D'ÉLECTROMÉCANICIENS

    swde.jpg

    D’ici un mois, ce sera l’heure de la rentrée scolaire, mais aussi professionnelle.

    La Société wallonne des eaux, basée à Verviers, a donc choisi ce moment pour lancer un concours de recrutement.

    «Nous recherchons des électromécaniciens de niveau secondaire supérieur et de niveau bachelier», annonce-t-elle sur son site Internet. D’après la SWDE, ce concours organisé peu après les grandes vacances constitue une belle opportunité, notamment pour les jeunes diplômés, tout droit sortis des études. 

    Si le recrutement n’aura effectivement lieu que dans un mois environ, les candidats peuvent déjà se manifester. Pour cela, il leur suffit d’envoyer leur candidature. Il est possible de le faire en ligne en vous rendant directement sur leur site Internet www.swde.be/fr/emploi. «Nous vous tiendrons informer», assure la SWDE. 

    Le producteur et distributeur d’eau wallon recherche des candidats responsables qui savent travailler en solo et en équipe. D’après la SWDE, le métier d’électromécanicien est «un métier d’avenir » qui vous offre une possibilité d’évolution. 

    UNE ENTREPRISE STABLE 

    Un mot d’ordre : la stabilité. «Imaginez un métier stable, dans une entreprise stable qui gère une ressource essentielle pour la vie : l’eau.» En veut pour preuve de cette stabilité son exercice financier qui s’est clôturé sur un bénéfice de 2,77 millions d’euros en 2014. 

    La SWDE est le principal producteur et distributeur d’eau avec plus de 2,4 millions de personnes desservies sur 206 communes. «Nos technologies et nos projets, notamment la mise en œuvre d’un nouveau système de télégestion (un investissement de 25 millions d’euros), doivent nous permettre d’être à la pointe dans notre domaine.» Et la société d’ajouter : «Vous pouvez participer activement à la réalisation de ces objectifs.» 

    Source > S.B. sur > http://www.jobsregions.be

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

    SWDE / emploi / élèctromécanicien / Verviers

  • INFO BOULOT > ON MANQUE D’ÉLECTROMÉCANICIENS

    electro.jpg

    Ce métier très demandé par les entreprises exige un double savoir-faire

    Avec deux volets d’expertise, l’électromécanicien peut se targuer d’être un oiseau rare sur le marché du travail. Dédié principalement à la maintenance, ce profil est recherché dans de nombreux secteurs (alimentaire, technologique, transports...). Mais quelles sont ses tâches au quotidien et quelles sont ses perspectives d’avenir? Un job passé sous la loupe de JobsRégions.

    Le quotidien de l’électromécanicien est lié à la gestion des machines et à leur maintenance. Il doit donc en assurer la surveillance, l’entretien et l’éventuel dépannage. Son travail porte sur des appareils à la fois mécaniques, électriques et électroniques d’installations de production, d’équipements de transport ou de bâtiments. En pratique, l’électromécanicien peut être appelé à démonter, contrôler, nettoyer, remplacer, remonter et régler ces différents organes. « Les entreprises recherchent cette double expertise », souligne Delphine Rochet, du Forem. « Or, au niveau de l’enseignement, on forme à l’un ou l’autre domaine et cela pose des difficultés puisque les deux filières sont en pénurie! » L’électromécanicien souffre donc d’une double pénurie! « Au Forem, nous tentons de former les demandeurs d’emploi aux deux disciplines à la fois », précise Delphine Rochet. Les possibilités d’emploi sont nombreuses dans le secteur de l’industrie en général, de l’industrie textile, automobile, aéronautique...

    De l’autonomie

    Électromécanicien de formation (gradué), Antoine Humblet travaille depuis 9 ans chez Balteau, à Sprimont, une entreprise active dans le traitement des eaux. Il est gestionnaire de projets électriques. « Du travail de terrain, je suis passé au travail plutôt de bureau, c’est-à-dire qu’au fil de mon évolution chez Balteau, je suis devenu gestionnaire de projets », explique-t-il. « La coordination de projets, ça veut dire qu’on va, par exemple, réaliser l’étude du projet, coordonner les fournisseurs avoir des contacts avec les clients... C’est un travail très varié car on touche un peu à tout (électricité, automatisme...) », ajoute-t-il. Antoine pointe l’autonomie de son travail et ses responsabilités. « Il n’y a pas vraiment d’inconvénients liés à ce job mais plutôt des obligations directement liées à un travail intéressant et à des responsabilités, c’est-à-dire de l’investissement personnel, parfois de la flexibilité lors de la mise en service et une disponibilité pour l’exportation ». D’autres postes en électricité sont aussi en manque de profils tels que celui d’ingénieur en électricité, de dessinateur de schémas électriques pour la fabrication des armoires ou encore de commissionneur au service électrique, chargé des tests de validation des armoires électriques en atelier et sur chantier.

    De mai 2012 à mai 2013, le Forem a relayé près de 2.800 postes liés à l’électricité et à la mécanique. Un créneau à investir!

    Source L.B.sur > http://www.jobsregions.be