élèves

  • 155 ÉLÈVES EXCLUS POUR PORT D'ARME DANS L'ENCEINTE DE L'ÉCOLE

    1686287324_B972024949Z_1_20140214225023_000_GL61V0TMB_1-0.jpg

    Enseignement: 155 élèves exclus en 2012-2013 pour port d'arme dans l'enceinte de l'école 

    Les chiffres des exclusions sont disponibles. On apprend notamment que 155 des 3500 exclusions enregistrées lors de l’année scolaire 2012-2013 sont dues au port d’arme dans l’enceinte de l’école. 

    L’année scolaire 2012/2013 a été marquée par l’exclusion de près de 3.500 élèves des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles (enseignement fondamental et secondaire), soit 329 cas de plus que l’année précédente. Il s’agit de 2.184 cas d’exclusion et 1.283 refus de réinscription.  

    Dans 4,5% des dossiers apparaît cette mention qui signifie que l’élève a apporté une «arme» à l’école: un revolver, plus souvent un objet contondant (couteau…), voire d’autres engins artisanaux qui feraient sourire… à tort.  

    Par ailleurs, les signalements d’exclusion et de refus de réinscription sont plus fréquents à Bruxelles (1.143 cas) que dans le Hainaut (1.017). Viennent ensuite Liège (743), Namur (275), le Brabant wallon (164) et le Luxembourg (124). Mais attention : si l’on met en rapport ces chiffres avec la population scolaire dans chaque province, le palmarès évolue. 

    Découvrez tous les détails sur ces chiffres dans votre journal Sudpresse d’hier samedi 15 février ou téléchargez notre édition en PDF.

    Source > Sudinfo.be sur > http://www.sudinfo.be/936079

  • IL CHANGE SON FILS DE 10 ANS D'ÉCOLE: "SACHA ÉTAIT HARCELÉ À SAINT-CŒUR DE MARIE DE HANNUT, IL N'EN POUVAIT PLUS!"

    1325002811.jpg

    «Nous sommes convaincus qu’il y a des problèmes de violence entre élèves, des problèmes récurrents». Pour ce père de famille de Hannut, la direction de l’établissement a voulu minimiser les faits.

    Il a pris un avocat pour porter plainte et relater les faits à la Communauté française.

    «Notre démarche est constructive, nous voulons le bien-être de nos enfants. Si nous avons changé nos garçons d’école, c’est à notre grand regret. Mais quand il y a des dysfonctionnements, il faut le dire» annonce-t-il d’emblée. Fabrice Mathieu et son épouse Marie, de Hannut, viennent de prendre une lourde décision: en cette période de l’année, ils ont retiré les deux aînés, Sacha 10 ans et Alex 7 ans, de leur école locale, Saint-Cœur de Marie. «Nous sommes convaincus qu’il y a des problèmes de violence entre élèves, des SUDP.jpgproblèmes récurrents. Nous ne sommes pas les premiers parents à s’en inquiéter. Il y a un an, une autre petite fille a quitté l’école», nous dit Fabrice, le papa. Les premiers faits, selon les parents, datent du mois de décembre. Un soir, Sacha rentre de l’école et parle d’une grande bagarre dans les toilettes de l’école. Cinq enfants de sa classe ont frappé un des amis. Visiblement, l’incident l’a marqué. De la violence gratuite. Deux jours plus tard, le papa de Sacha tente d’avoir des explications auprès de la direction.

    Pour lui, une bande sévit. «J’ai manifesté mon mécontentement à la directrice Mme Triffaux en disant que ce n’était pas la première fois que je voyais de la violence dans la cour de récréation. Et ce jour-là, j’étais suivi par la maman de l’enfant qui avait subi des violences, qui avait été frappé sous les yeux de mon fils. J’ai fait la démarche afin de régler le problème. Sacha a fait toutes ses études dans cet établissement. Les enseignants sont super mais visiblement n’osent rien dénoncer».

    Un témoignage accablant à découvrir dans nos éditions de ce samedi > ICI

    Source > http://www.sudinfo.be > Muriel Sparmont

  • WASSEIGES: RAMDAM À L'ÉCOLE COMMUNALE

    476761032_ID8168642_wasseiges_195030_H43VYK_0.jpgEn faisant pression, les mamans ont obtenu gain de cause

    Surprise de mauvais goût ce vendredi, à l’école communale de Wasseiges. À la sortie des classes, les mamans ont vu arriver leurs enfants en pleurs... On venait de leur annoncer qu’ils changeaient d’institutrice et certains même de classe. La fureur parentale a eu son effet: lundi, la fusion était annulée, avec quelques aménagements.

     Tous les détails, hier mercredi dans la Meuse Huy-Waremme.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Mercredi 3 Octobre 2012 à 09h00. (DDH)