?

  • Imprimer

    C’EST BIENTÔT LA FIN DE L’HEURE D’ÉTÉ > LE PARLEMENT EUROPÉEN N’EN VEUT PLUS

    Dans la nuit de samedi à dimanche, nous passerons à l’heure d’été.

    Pour la dernière fois ? Chaque année, au moment du changement d’heure, le high_d-20180320-3L6U1A.jpgdébat revient sur la table. Mais cette année, une résolution du parlement européen a été votée en faveur de la suppression de l’heure d’été.  

    Même si les conditions météorologiques ne semblent pas trop s’y prêter actuellement, c’est ce mercredi que débute le printemps météorologique. Et qui dit printemps, pense quasi automatiquement au changement d’heure qui suit.

    Selon les partisans du changement d’heure, cette mesure permet d’économiser de l’énergie et améliore la productivité. La mesure est coordonnée au niveau européen pour faciliter les communications et les transports. Ainsi, depuis 1998, pour l’ensemble des pays de l’UE, le passage à l’heure d’été intervient le dernier dimanche de mars à 2 heures du matin et le passage à l’heure d’hiver est programmé le dernier dimanche d’octobre à 3 heures du matin.

    C’est donc le week-end prochain, dans la nuit du samedi 24 mars au dimanche 25 mars, que nous passerons à l’heure d’été. À 2h du matin, il sera en réalité 3h.

    Nous perdrons donc une heure de sommeil. Est-ce la dernière fois ? Beaucoup de gens le souhaitent.

    Le mois dernier, le parlement européen a adopté par 384 votes à 153, avec 12 abstentions, une résolution sur les dispositions relatives au changement d’heure. Il a appelé … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 21/03/2018

    Source > J.M. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 21/03/2018

  • Imprimer

    HANNUT - FÊTE DU CHAMPAGNE > UNE PLUIE DE BULLES AU MARCHÉ COUVERT

    Vers un retour à Berloz en 2018 ?

    Pour sa 17ème édition, la Fête du champagne en Hesbaye a quitté Berloz pour la toute première fois.

    Durant deux jours, c'est le marché couvert de Hannut qui a accueilli les viticulteurs venus présenter leurs délicieux breuvages.

    Alors que cette traditionnelle «Fête du champagne» de Berloz a bien failli ne pas voir le jour cette année, le comité des « Amis du champagne » a mis tout en œuvre pour que l'événement ait finalement bien lieu. « Nous l'organisions traditionnellement à Berloz. Les premières années, l'édition se déroulait dans les rues. Mais, au fil du temps, les mentalités ont changé et les gens ne voulaient plus de cette fête dans leurs rues, on a donc changé la formule pour provoquer un électrochoc », lance Sonia Roppe, nouvelle présidente du comité, qui reprend la succession de Joseph Roppe, son papa. Le marché couvert de Hannut était libre en ce dernier week-end du mois de mai, ce qui coïncide parfaitement avec la Fête du champagne.

    Malgré le mauvais temps et les matchs de football du samedi, le public a répondu présent. Les cinq viticulteurs se sont donc retrouvés tous ensemble accompagnés de différentes mises en bouche proposées par des artisans locaux tels que Macarons-nous ou la ferme de Goffin. Ajoutez à cela, une animation musicale proposée par deux artistes (père et fils) qui se promenaient parmi les tables afin d'offrir un côté « Montmartrois» aux dégustations.

    La commune de Berloz étant jumelée avec celle de Verzenay, tous les viticulteurs issus de cette région française proche de Reims se connaissent tous très … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 31/05/2016

    Source > CEDRIC MONTULE sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 31/05/2016

  • Imprimer

    VENDREDI TREIZE … BONHEURS OU MALHEURS … PHOBIE OU SUPERSTITION ?

    Un vendredi treize (ou vendredi 13) est un vendredi qui tombe le treizième jour du mois.

    Ce jour a pour particularité d'être associé à une superstition, présente dans certaines cultures, qui en fait un jour de malheur pour certains (paraskevidékatriaphobie) ou de chance pour d'autres

    Il existe au minimum un vendredi treize dans l'année, vu le fonctionnement du calendrier courant dit grégorien. Un et deux vendredi(s) treize dans l'année sont les fréquences d'occurrence les plus courantes. Cependant, trois vendredis 13 peuvent être dénombrés par an, si et seulement si le premier jour de l'année est un jeudi, pour une année non bissextile ou si le premier jour de l'année est un dimanche, pour une année bissextile.

    De manière générale, dans le calendrier actuel, le 13 du mois tombe légèrement plus souvent un vendredi. En effet, un cycle grégorien dure 400 ans, et 400 ans = 146 097 jours (146 000 jours et 97 jours en plus, qui correspondent aux 29 février). En 400 ans, on a un nombre de semaines entières  : 146 097 / 7 = 20 871 semaines, d'où la fin d'un cycle grégorien.

    Phobie et superstition

    La phobie du vendredi treize s'appelle la paraskevidécatriaphobie[2].

    Une superstition fait de cette date, dans certaines cultures, un jour de malheur ou au contraire un jour de chance.

    Cette superstition est notamment exploitée par les sociétés de jeux d'argent comme la Française des jeux, dont les jeux de type loterie proposent des gains (« cagnottes ») plus élevés lors de chaque vendredi 13.

    En savoir plus ici ...

    Source > Wikipedia > Illustration > faismoipeur

  • Imprimer

    POURQUOI FACEBOOK EST INTERDIT AU MOINS DE 13 ANS ? (ARTICLE DE CHILD FOCUS)

    Ce n’est pas par mesure pédagogique comme nous pourrions le croire mais c’est une histoire de loi américaine relative à la protection des données de mineurs…

    Facebook est basé aux Etats-Unis et se doit de respecter la législation nationale.

    La COPPA (Children's Online Privacy Protection Act – 1998) est une loi américaine qui stipule qu’une entreprise ne peut utiliser les données de mineurs de moins de 13 ans sans autorisation parentale à des fins commerciales.

    Dans la réalité, de nombreux jeunes de moins de douze ans ou plus jeunes encore sont actifs sur ce réseau social, malgré le fait qu’ils n’aient pas l’âge requis. Parmi les jeunes qui se connectent régulièrement, 25%  auraient entre 9 et 10 ans. Ce chiffre ne cesse de croitre pour atteindre les 83% pour les 13-14 ans.

    Mon enfant a moins de 13 ans et veut un profil Facebook, que faire ? … Lire la réponse & plus ici ...

    Source > http://www.childfocus.be/fr

  • Imprimer

    BON À SAVOIR > QUI PAYE POUR UN ÉCLAT DANS VOTRE PARE-BRISE?

    Pendant que vous roulez avec votre voiture, une pierre vole contre votre pare-brise. La conséquence est un petit éclat.

    Qui va payer l’addition?

    Si vous avez un éclat dans votre pare-brise, faites le réparer. Pas uniquement lorsque cela est particulièrement gênant, surtout si l’éclat se trouve dans votre champ de vision. De plus, un éclat peut se transformer en fissure. Mais qui va supporter les frais?

    Frapper à la porte de votre assureur?

    La simple assurance responsabilité civile ne couvre pas ce type de dommage. Elle ne couvre que votre responsabilité envers les autres. Si vous avez une omnium pour votre voiture, alors vous pouvez aller trouver votre assureur. C’est également valable si vous avez conclu une “mini” omnium (qui couvre les bris de vitres), vous pouvez donc demander à votre assureur de supporter les frais.

    Un autre chauffeur?

    Même si vous arrivez à arrêter le véhicule devant vous … Lire la suite ici ...

    L’autorité routière?

    Dans des cas exceptionnels, l’autorité routière pourrait … Lire la suite ici ...

    Source > Sarah Baelus (à partir de l'article de Jan Roothoofd, avocat) sur > http://gocar.be

  • Imprimer

    EQUIPEMENT DE BORD : OBLIGATOIRE OU PAS ?

    On pense disposer de tous les équipements obligatoires dans sa voiture avant de prendre la route, en Belgique ou à l’étranger.

    Pourtant, en cas de contrôle, on se rend compte que ce n’était pas le cas. Trop tard pour l’amende !

    En Belgique, quatre équipements sont obligatoires dans toute voiture circulant sur le sol belge : … Lire la suite ici ...

    Incomplet à l’étranger… Malgré tout, cet équipement peut s’avérer très … Lire la suite ici ...

    Source > http://www.sudinfo.be/1472497 présentation par Corona Direct

  • Imprimer

    QUE VAUT MON DIPLOME DANS UN MONDE EN CRISE ?

    Jeune_diplome_2015_shutterstock_124343218.jpg

    La réponse est heureusement très claire : la valeur du diplôme est plus que jamais préservée.

    À condition cependant d'adopter une démarche plus proactive qu'en période de surchauffe.

    Pas question d'attendre que les employeurs viennent à vous : prenez votre sort en main, déterminez votre projet personnel, analysez vos compétences-clés... et rendez-vous !

    Ah, cette crise qui n'en finit pas ! De quoi sans doute décourager les plus enthousiastes... et pourtant. La valeur du diplôme n'a jamais été aussi élevée. Le point avec les conseillers des cellules d'aide à la recherche d'emploi de l'ULB, de l'UCL et de l'ULg.

    1. Le marché est-il en panne ?

    2. Les étudiants sont-ils inquiets ?

    3. Le diplôme seul a-t-il de la valeur ?

    4. Comment, dès lors, aborder le marché de l'emploi ?

    Retrouver le détail de l’ensemble des points ci-dessus sur > http://www.references.be

    Source > Texte: Benoît July sur > http://www.references.be

    jeune diplômé / marché de l'emploi / crise / université / trouver un emploi / Choisir / Formations / Fonctions / Premier emploi

  • Imprimer

    LES BELGES SONT-ILS SATISFAITS DE LEUR SALAIRE ?

    Salaires_satisfaction_logo_shutterstock_163658906.jpg

    Notre Enquête des salaires 2014 a bien entendu aussi sondé les Belges sur leur degré de satisfaction quant à leur salaire.

    Sur une échelle de dix points, la satisfaction moyenne par rapport au salaire s’élève à 5,95 sur 10,soit 0,7 point de moins que la satisfaction moyenne par rapport à la fonction (6,66 sur 10). Si l’on considère les répondants ayant donné un score de 7 ou plus comme satisfaits, on peut affirmer que 45,9 % des travailleurs belges sont satisfaits de leur traitement, tandis que 21,7 % attribuent une note insuffisante à leur rémunération.

    1,5 % trouvent leur salaire trop élevé

    La moitié des répondants (49,8 %) trouvent leur salaire mensuel (net) équitable pour le travail qu’ils effectuent*. La grande majorité de ceux qui pensent le contraire (48,7 % du panel total) trouvent en revanche leur rémunération trop basse, tandis qu’une très petite minorité (1,5 % du panel total) estime percevoir un salaire trop élevé pour le travail presté. Il a été demandé aux répondants qui trouvaient leur salaire trop bas de préciser de quel montant leur salaire mensuel net devrait augmenter pour être équitable. La réponse moyenne est de 355 € (médiane = 250 €).

    Le degré d’équité perçue affiche une courbe ascendante proportionnelle à la hauteur du salaire. Dans le plus bas quartile salarial (25 % des salaires les plus bas), deux travailleurs sur trois considèrent leur salaire comme trop bas. Parmi le quartile des mieux payés, cette proportion est ramenée à 3 sur 10. Le complément de salaire souhaité pour obtenir l’équité est beaucoup plus élevé (507 €) dans la tranche des salaires les plus hauts que dans celle des salaires les plus bas (310 €), mais si l’on compare cette proportion au salaire moyen du sous-groupe en question, les mieux rémunérés se contenteraient d’un bonus salarial légèrement inférieur (+ 10 %) à ce que souhaiteraient les moins bien lotis (+ 16 %).

    Graphique_salarial_2015_02_16.jpg

     

    Source : Enquête des salaires 2014, Références et KU Leuven > Texte: Rédaction sur > http://www.references.be