Relais Sud-Presse-La MEUSE

  • HANNUT > LES TROIS HANNUTOIS À L’AFFICHE DE LA CAMPAGNE DE PROPRETÉ PUBLIQUE

    La Ville crée des affiches décalées pour sensibiliser la population

    Quatre affiches 100 % hannutoises pour améliorer la propreté publique : la campagne d’affichage sensibilise à l’évacuation des inertes et encombrants, au jet de déchets et aux déjections canines.

    Le point commun entre Jimmy, Béatrice, Philippe et le chien Lenny ? Ces hannutois servent de modèle à la nouvelle campagne de sensibilisation à la propreté publique.« Cette thématique touche de près les citoyens et c’est, hélas, un éternel recommencement. Notre volonté est de sensibiliser le public à ne pas dégrader son environnement. Cette campagne décalée de citoyens s’adressant à d’autres hannutois marque les esprits. », annonce Manu Douette (MR), le bourgmestre de Hannut.

    Derrière cette initiative 100 % locale (tout comme les modèles, photographe (Jean-Claude Dubois) et imprimeur (Ets Daxhelet) sont Hannutois), on retrouve Amélie Courmont, agent constatateur environnemental de la Ville. La campagne d’affichage, qui débute ce vendredi avec plus de 200 affiches, cible quatre comportements : l’évacuation des déchets inertes et des encombrants, les jets de déchets et les déjections canines.

    Jimmy rappelle l’existence d’un service d’évacuation des encombrants sur rendez-vous au prix de 5 euros par m³.

    CampagnePropreté(Jimmy).jpg

    Philippe, quant à lui, met en évidence la gratuité de l’évacuation de déchets inertes au recyparc, sans oublier un service communal si le citoyen dépasse le quota de 5m³ par an.

    CampagnePropreté(Philippe02).jpg

    Béatrice personnifie la lutte contre le jet de déchets alors qu’il existe plus de 140 poubelles dans le centre-ville.

    CampagnePropreté(Beatrice).jpg

    Avec Lenny, le chien, la Ville rappelle que tout propriétaire doit ramasser la déjection de son animal et porter obligatoirement l’équipement pour ramasser. « Deux nouvelles crottinettes s’ajoutent aux cinq déjà installées », évoque Amélie Courmont.

    CampagnePropreté(Lenny).jpg

    Le montant pour les infractions précitées est de 50 euros, minimum. « La propreté publique passe par l’éducation, d’où nos actions dans les écoles, mais aussi par la répression », explique-t-elle. « Certains se … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 24/02/2017

    Source > JULIEN MARIQUE dans votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 24/02/2017

    Illustrations > Photos de tête J.M. > Affiches > J.B > Photographe > J-C.D.

    L’article complet pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/48932

  • HANNUT: UN ABRI DE JARDIN SOUFFLÉ PAR LE VENT

    Les pompiers de nos zones de secours interviennent à droite à gauche suite au passage de la tempête Thomas et aux rapides rafales de vent qui la caractérisent.

    Ce jeudi, en début d’après-midi, ceux de Hesbaye étaient du côté de Villers-le-Peuplier, où un abri de jardin s’est envolé….

    La suite en ligne sur > http ://www.lameuse.be/1794937

    Source > Ed sur > http://www.lameuse.be illustration D.R.

  • PATRIMOINE > HANNUT EN 68 IMAGES DANS UN CARNET EN VENTE À L’OFFICE DU TOURISME

    L’institut du Patrimoine Wallon sort chaque année de nouveaux carnets afin de faire connaître au public les merveilles de nos régions.

    Choisies au coup de cœur, les communes concernées recèlent bien souvent des trésors insoupçonnés du grand public et même de leurs propres citoyens.

    La ville de Hannut est ainsi mise à l’honneur puisque c’est aujourd’hui que l’institut présentait son nouveau carnet dédié à la commune. C’est donc Jacques Verstraeten, déjà auteur du Carnet du Patrimoine de la ville de Villers-Le-Bouillet qui s’est investi dans cet ouvrage : « J’ai été ébloui par la richesse immense de la commune et de ses villages. Au total, ce ne sont pas moins de dix-sept villages qui ont fusionné pour créer l’actuelle commune », annonce l’auteur. Au fil des pages, il décrit l’histoire de Hannut, les merveilles architecturales que l’on peut y découvrir et les autres curiosités de la région. «J’ai été étonné par le nombre impressionnant de potales », souligne-t-il. « J’ai eu un coup de foudre pour Trognée. Son église et son château dans ce parc fermé offrent un spectacle des plus irréalistes. Cras-Avernas m’a aussi ébloui avec son château néogothique », avoue l’historien.

    Le bourgmestre, Emmanuel Douette, présent pour l’occasion, remerciera l’auteur ainsi que … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 23/02/2017

    Le Carnet du Patrimoine sera également vendu dans les librairies et via le site internet de l’IPW au prix de 6 €.

    Source > C.B sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 23/02/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale >http://huy-waremme.lameuse.be/48624

  • HANNUT/WASSEIGES > ÉOLIENNES « C’EST UN ENCERCLEMENT »

    Plus de 150 personnes présentent mardi à la réunion citoyenne

    Mardi soir se tenait la réunion d’information citoyenne concernant le projet de construction d’un parc éolien par la société Elicio à Hannut et Wasseiges.

    Quatre ans après le premier refus, la société remet le couvert, moyennant quelques modifications au passage. Les citoyens se sont réunis en masse. Leur plus grande crainte ? Que ces communes se voient encerclées par les éoliennes et qu’elles nuisent à leur confort de vie et au paysage.

    Dix éoliennes d’une hauteur de 180m et d’une puissance de 2 à 3.6 MW chacune implantées dans les villages de Wansin, Thisnes, Crehen et Merdorp. Tel est le projet pensé et proposé aux citoyens de Hannut et de Wasseiges ce mardi soir par la société Elicio, une filiale de Nethys. Plus de 150 citoyens étaient présents dans la salle afin de prendre connaissance du projet et d’exprimer leurs craintes et mécontentements quant à celui-ci. « Ce projet a déjà été refusé il y a 4 ans. Pourquoi revenir encore avec cette même proposition » , réagit un citoyen, déconcerté. « Nous avons fait quelques modifications, en prenant en compte les remarques qui avaient été faites la dernière fois, en espérant que celles-ci satisferont pour l’obtention du permis.

    Je crois profondément en l’éolien et j’invite tous les citoyens à se mettre à 400m de l’une d’elle pour écouter le bruit que cela fait. Tout ce qu’on entend c’est le vent ! » , se défend Marie Descamps, en charge du projet. Le bureau d’études d’incidences a été mandaté pour réaliser l’étude d’impact du projet sur l’environnement. « On prend en compte deux critères en priorité lors de l’étude d’incidences.

    Il y a d’une part le critère inter-parcs qui doit être de 6km puisqu’on est dans un paysage en vue longue. D’autre part, le critère encerclement, qui stipule qu’on ne doit pas avoir deux parcs proches l’un de l’autre à 4km à vol d’oiseau ni de vue sur une éolienne à 130º sur 360 » explique le chargé de l’étude. Néanmoins, ces critères ne constituent que des recommandations et ne sont nullement restrictifs ; la société pouvant aller outre.

    Encerclement d’éoliennes

    Les élus des deux communes concernées sont contre l’aboutissement de ce projet et ont rendu un avis défavorable. Les citoyens … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 23/02/2017

    Source > CYNTHIA CHAROT sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 23/02/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/48441

  • PLOPSA VEUT CRÉER UN AQUAPARC À HANNUT (PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ)

    Le géant flamand du divertissement répondra à l’appel à projets bientôt lancé par Landen et Hannut

    L’appel à projets pour la construction d’un complexe aquatique mêlant piscine publique et parc ludique n’est pas encore lancé par Hannut et Landen que Studio 100, le groupe Plopsa, se montre déjà intéressé.

    Hans Bourlon, cofondateur du géant flamand du divertissement, l’a confirmé à nos confrères de la DH. Manu Douette, bourgmestre de Hannut, se montre prudent mais se dit ravi de cet intérêt.  

    Hannut et Landen se sont associées pour un projet d’envergure, à savoir la construction d’une piscine municipale intégrée au sein d’un complexe aquatique. Pour ce faire, les deux communes ont besoin financièrement et techniquement d’un partenaire privé, elles ont donc prospecté différents constructeurs de piscines au Benelux. « Plusieurs d’entre eux se montrent intéressés par notre projet, dont Plopsa mais ce n’est pas le seul », précise Manu Douette, bourgmestre de Hannut. « Je suis ravi que Plopsa montre un réel intérêt pour notre projet mais rien n’est encore décidé. Je préfère rester prudent car l’appel à projets n’est pas encore à l’ordre du jour... Nous sommes en train d’élaborer le cahier des charges, qui devrait passer au conseil communal en avril ou mai.

    Alors seulement l’appel à concurrence sera lancé et les différents candidats pourront nous soumettre leur projet. Nous choisirons, avec Landen, lequel remportera le marché public, je l’espère pour fin d’année », explique-t-il. Parmi les contacts pris, d’autres aquaparcs que Plopsaqua se sont-ils manifestés (Aqualibi, Océade, Sunparks) ? « Non, reconnaît-il. Plopsa avait réagi quand nous avions organisé une conférence de presse avec Landen. Les autres contacts ont été pris par des constructeurs de piscines. Mais cela ne signifie pas que d’autres grosses infrastructures ne se manifesteront pas en temps voulu. » L’échéance 2020 évoquée par le cofondateur de Studio 100 semble plausible au bourgmestre hannutois. « Si le timing est bien suivi, on peut compter sur une ouverture en 2020, oui. »

    A l’étroit dans ses 4 couloirs de piscine vieille de 45 ans, Hannut souhaite, comme Landen, un complexe flambant neuf pour le scolaire et les clubs, mais aussi attrayant touristiquement parlant. Il y aurait, d’un côté du complexe aquatique, une partie publique avec un bassin de 25 mètres et 6 à 8 couloirs de 2 mètres de large et un bassin d’apprentissage de 10m sur 10 pour les tout petits jusque la deuxième année primaire ; et de l’autre côté, un aquaparc privé. Avec deux tarifs d’entrée donc. « Les modalités pratiques ne … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 22/02/2017

    Source > ANNICK GOVAERS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 22/02/2017

    L’article complet pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/47759

  • BONNE NOUVELLE > TEC GRATUIT POUR LES MOUVEMENTS DE JEUNESSE À PARTIR CE MARS

    Les titres de transport « groupe » devront être chargés sur une carte Mobib

    Bonne nouvelle pour les scouts, les patronnés ou encore les guides.

    À la veille des vacances de Carnaval, le ministre wallon Carlo Di Antonio va signer une convention avec cinq mouvements de jeunesse pour leur permettre d’utiliser gratuitement les transports en commun du TEC dans le cadre de leurs activités.

    Ce matin à 11h, en son cabinet namurois, le ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio, signe une convention avec cinq fédérations de mouvements de jeunesse afin d’instaurer pour leurs membres la gratuité des TEC.

    Les modalités du dispositif seront présentées lors de la signature de la convention mais le ministre Di Antonio a déjà levé un coin de voile en réponse à une question de la députée Graziana Trotta au parlement wallon.

    Y compris le vendredi

    La gratuité entre en vigueur dès le mois de mars. Les mouvements de jeunesse en bénéficieront pendant toute l’année. Ils pourront ainsi se rendre au camp ou se déplacer pendant celui-ci sur les lignes régulières du réseau TEC, les week-ends (vendredi inclus), les jours fériés et durant les congés scolaires. Ils devront être en possession d’un titre de transport « groupe » du TEC.

    « Les titres de transport « groupe » sont chargés sur une carte Mobib ou Mobib Basic interopérable. Les cartes Mobib bénéficiaires de la gratuité sont renseignées par les Fédérations de mouvement de jeunesse », a précisé Carlo Di Antonio dans sa réponse écrite à la députée.

    … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 22/02/2017

    Source > Y.H. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 22/02/2017

  • HANNUT > ALAIN BRONCKART PRÉPARE DES CAPSULES VIDÉO

    Animateur de radio et de télé, chroniqueur d’art, conseiller en scénographique d’exposition, commissaire d’exposition, artiste lui-même reconnu certaines de ses œuvres ont été acquises par la Fédération Wallonie Bruxelles –, guide touristique, le directeur du centre culturel de Hannut, Alain Bronckart fait partie de ces hommes, bourrés de talent qui ne cesse de se réinventer et d’inventer tout simplement.

    Pour notre plus grand plaisir.

    Son prochain défi et projet : la réalisation de capsules vidéo. « Il y a très longtemps que je n’ai plus fait de télévision, cela me manquait » , confesse le Hannutois qui a trouvé dans les réseaux sociaux le moyen de réaliser ses envies.

    Avec la complicité des patrons de Meryvin, la boutique de vins et spiritueux d’Esneux, il vient de commencer une série sur le vin. « En 4 minutes, je traite d’une série de questions que monsieur-tout-le-monde se pose sur le vin. »

    Exemples : Comment choisir un bon vin ? Le sulfite donne-t-il mal à la tête ? Faut-il se fier aux médailles d’or que l’on peut voir sur certaines bouteilles ? « J’essaie d’aborder la thématique avec humour, ou en tout cas, de façon ludique » , insiste le Hannutois.

    Quatre vidéos ont déjà été tournées. Elles sont actuellement en cours de montage. Alain Bronckart espère pouvoir les diffuser début … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 21/02/2017

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 21/02/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/47614

  • HANNUT > UN USAGER SUR DEUX RESPECTE LE STATIONNEMENT 10’ FACE À LA POSTE

    Depuis le 25 janvier, rue Zénobe Gramme, face à La Poste, à Hannut, deux places sont réservées au stationnement de courte durée.

    Le temps de parking est limité à 10 minutes maximum, une demande qui émanait de la Poste. Les facteurs qui vont et viennent toute la journée avec des sacs de courriers éprouvaient les pires difficultés à se garer, ce qui les contraignait à se garer en infraction sur le trottoir.

    Cette nouvelle disposition du règlement de police est-elle respectée par les usagers ? Un mois après sa mise en application, c’est ce que nous avons cherché à savoir.

    « Globalement, après une aussi courte période, nous sommes assez satisfaits», indique la responsable de la Gestion Centre-ville, Martine Cornelis.

    La semaine passée, trois stewards ont effectué une tournante pour estimer le respect ou non de cette nouvelle mesure. Ils ont également interrogé les commerçants sur la rotation des véhicules. Les premières données chiffrées sont plutôt rassurantes : « Une personne sur deux respecte la durée de stationnement et dans ceux qui ne respectent pas, la majorité dépasse de 10min, 15 minutes tout au plus » . À l’exception d’une personne qui est restée… toute une journée. Gonflé, ça !

    Du côté de la police, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 21/02/2017

    Verbalisation sur deux axes

    Par contre, il n’en va pas de même sur le trottoir d’en face, juste en face de la zone 10 minutes. « Nous avons effectivement constaté que des voitures stationnaient régulièrement sur le trottoir », indique le bourgmestre Manu Douette.

    À défaut de parvenir à discipliner les automobilistes, une campagne de verbalisation est actuellement en cours. Un second axe routier est également visé par les policiers : celui qui relie la Place Lucien Gustin à la Grand’Place.

    « Là aussi, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 21/02/2017

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 21/02/2017

    Un autre article sur la page de votre journal > Le stationnement limité évalué ce vendredi 

    Ces nouvelles mesures visant à limiter le stationnement à 10 minutes sur deux emplacements de la rue Zénobe Gramme doivent être évaluées lors de la prochaine réunion de la …

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale >http://huy-waremme.lameuse.be/47612