Relais Sud-Presse-La MEUSE

  • Imprimer

    THISNES (HANNUT) > UNE PIÈCE DE THÉÂTRE 100% WALLONNE

    La troupe de théâtre « Le rideau Thisnois » joue sur les planches une pièce entièrement en Wallon, à la salle du Patria à Thisnes.

    Les acteurs seront sur scènes le 16 et 18 novembre, mais aussi le 1er et 2 décembre.

    La troupe de théâtre « Le rideau Thisnois » jouera sur scène, à la salle Patria à Thisnes, une pièce complètement en wallon, le 16 et 18 novembre, mais aussi le 1er et 2 décembre. Le titre de la pièce sur l’affiche annonce déjà la couleur : « Li crèyacion dè Monde ».

    « C’est une pièce en trois actes. Les deux premiers concernent la création du monde et le dernier est sur le déluge avec Noé », explique Lucien Ledoux, l’acteur qui joue Nouwé (Noé en wallon). Les actes sont joués à travers différents sketchs en duo. En tout, 27 acteurs défilent sur les planches.

     « Il y a de l’autodérision dans la pièce. André Mottet, le scénariste qui habite Thisnes, réalise quelques allusions à des habitants du village », confie Lucien Ledoux. Les décors ont été réalisés par Francine Balade, une artiste peintre de Jauche. Quant à la mise en scène, c’est Fernand Petitjean qui s’en est occupé. « Il vient de Remicourt et il a joué plusieurs années sur scène », atteste Lucien Ledoux.

    Prix : 7 euros, horaires : 16/11 à 19h30, le 18/11 à 14h30, le 01/12 à 19h30 et le 02/12 à 14h30, lieu : Salle Patria (rue des chiroux), réservation par téléphone auprès de Lucien Ledoux (019/302269)

     

    Source en ligne de SB > https://huy-waremme.lameuse.be/294931

    Voir les détails pratiques des dates & réservations sur ce blog > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/10/17/thisnes-hannut-theatre-en-wallon-avec-le-rideau-thisnois-li-265778.html

  • Imprimer

    HANNUT - TÉLÉVISION > L’ÉMISSION DU MEILLEUR PÂTISSIER « CYRIL ME CHARRIE SUR MON ACCENT »

    Valériane, la hannutoise assure à l’émission du Meilleur Pâtissier

    Valériane Gréban (38), la candidate belge du Meilleur Pâtissier, a remporté ce lundi le tablier bleu notamment grâce à son gâteau « Magritte ». La pâtissière, fière de ses origines, ne prend pas pour autant la grosse tête ! 

    high_d-20181017-3P5RXQ.jpg

    Notre arrondissement Huy-Waremme est bien représentée dans l’émission de RTl TVi, le Meilleur Pâtissier grâce à la hannutoise Valériane Gréban, sacrée « pâtissière de la semaine » ce lundi soir. Une première pour l’institutrice qui a atteint les objectifs qu’elle s’était fixés. « J’en avais deux : ne pas partir la première et avoir le tablier bleu. Dans ma tête, je me dis qu’ils sont atteints », se réjouit-elle.

    D’ailleurs, son gâteau « Ceci n’est pas un fruit », inspiré de Magritte, composé de six différentes compotées et herbes est une de ses créations du concours qui la rend la plus fière. Un chouette clin d’œil à ses origines belges. « Je suis très fière d’être … La suite & e dossier au grand complet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 18/10/2018

    L’article également en ligne pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/294982/

  • Imprimer

    HANNUT – JUDICIAIRE > AFFAIRE DELDIME (Suite) > TROIS TÉMOINS VONT ÊTRE ENTENDUS

    Les pompes funèbres hannutoises poursuivies pour escroquerie

    Les frères Deldime, patrons de la société des pompes funèbres Deldime, basée à Hannut, sont poursuivis pour escroquerie.

    Ce mercredi, l’audience a été reportée. Le 9 janvier prochain, trois témoins vont être entendus dans le cadre de l’affaire des funérailles d’August (92) qui s’étaient déroulées de manière affreuse pour la famille du défunt. 

     « Nous ne voulons pas d’argent, nous faisons cela pour que la vérité éclate au grand jour et pour toutes les familles que la compagnie Deldime a escroqués avant nous. Je reste intimement persuadé que nous ne sommes pas les seuls à avoir été lésé, juste les seuls à découvrir la supercherie », a affirmé … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 18/10/2018

    Source > Laura Marchese sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 18/10/2018

    Lire les articles précédents sur ce blog

    10 septembre 2017 > LES FUNÉRAILLES TOURNENT AU DRAME > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2017/09/10

    06 Février 2018 > « NOUS IRONS JUSQU’AU BOUT DE CETTE AFFAIRE » > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/02/06

    06 juin 2018 > POMPES FUNÈBRES LES ÉTABLISSEMENTS DELDIME POURSUIVIS POUR ESCROQUERIE > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/06/06

  • Imprimer

    SÉCURITÉ ROUTIÈRE > EN MOYENNE, LA VOITURETTE TUE DEUX FOIS PLUS QU’UN CYCLO !!

    L’AWSR déconseille d’emprunter les routes à 90

    Des trois régions, la Wallonie compte le plus d’accidents impliquant des voitures sans permis : 182 blessés et 4 tués en quatre ans. Limitées à 45 km/h, elles protègent moins leurs occupants qu’une voiture. La gravité des sinistres est également plus élevée. 

    L’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) a analysé les accidents des « voitures sans permis » des quatre dernières années. On entend par là les voiturettes dont la vitesse est limitée à 45 km/h et pour lesquelles il faut avoir un permis cyclo, sauf si on est né avant le 14 février 1961. Le conducteur doit avoir au minimum 16 ans (18 ans si on transporte un passager). On parle ici de marques comme Aixam ou Ligier.

    « La Wallonie est particulièrement concernée : elle compte plus d’accidents pour ce type de véhicules que les autres régions du pays. Entre 2014 et 2017, 182 personnes ont été blessées dans un sinistre impliquant une voiture sans permis, contre 119 en Flandre », indique Belinda Demattia, porte-parole de l’AWSR. Concrètement, il y a eu, … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 17/10/2018

    …/ … D’une manière générale, la gravité des sinistres est élevée. Pour une moyenne de 1.000 accidents, il y a 21 occupants tués dans une voiturette, 18 dans une voiture classique et 12 sur un cyclomoteur. « Ces quadricycles légers n’ont pas les mêmes obligations techniques que les voitures. Ils ne sont pas équipés obligatoirement d’airbag. Avec une masse maximale de 350 kg, leur carrosserie est plus fine et absorbe moins les chocs », détaille Belinda Demattia.

    Par ailleurs, 72 % des conducteurs de voiturettes impliqués avaient plus de 45 ans. « On peut penser que parmi eux certains n’ont jamais passé le code de la route ou ont perdu leur permis pour une voiture classique, voire souffrent de troubles les empêchant de le passer », analyse l’AWSR. Interpellant, 19 % des conducteurs de voiturette accidentés étaient positifs à l’alcool, contre une moyenne de 15 % pour les voitures classiques.

    … / … Le Brabant wallon constitue toutefois, … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 17/10/2018

    Nous recommandons aux voiturettes de ne pas emprunter les routes à 90 km/h si ce n’est pas vraiment nécessaire et d’apposer un autocollant signalant la limite des 45 km/h », , … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 17/10/2018

    Attention à octobre

    … / … Dernière recommandation, … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 17/10/2018

    Source > Yannick Hallet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi17/10/2018

  • Imprimer

    HUY-WAREMME-HANNUT> DONS D’ORGANES > PAS LA MÊME ORGANISATION PARTOUT !

    Les semaines précédant les élections, il était difficile de passer à côté du fait qu’il serait possible de se déclarer comme donneur d’organes en allant voter.

    Pourtant, au sein des bureaux de vote comme sur les réseaux sociaux, certains semblaient surpris de ne pas avoir eu l’opportunité de remplir cette déclaration le jour J.

    En fait, les communes étaient libres de participer à l’action « Je vote pour la vie » de la façon dont elles le souhaitaient. À Anthisnes, par exemple, il n’était pas possible de remplir directement sa déclaration en allant voter. « On y a participé via la diffusion d’informations » explique Christian Fagnant, directeur général de la commune d’Anthisnes. Des affiches et des flyers informatifs étaient ainsi déposés dans les salles d’attente des bureaux de vote. « Certains ont pris de la documentation et on a eu écho que des personnes se sont renseignées auprès du président de bureau de vote afin de voir s’il était possible de s’inscrire sur place. »

    À Crisnée, les citoyens ont … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 16/10/2018

    203 déclarations à Hannut

    Par contre, à Oreye, Waremme et Hannut notamment, des stands proches des bureaux de vote principaux permettaient aux intéressés de remplir leur déclaration. Déclaration remplie par une centaine de personnes à Oreye comme à Waremme et par 203 personnes à Hannut.

    « C’est la troisième fois qu’on faisait une permanence au bureau central de Hannut lors des élections » confie Amélie Debroux, directrice générale de Hannut. « Cette fois, on avait fait des t-shirts et on s’est associés avec le conseil communal des jeunes et l’asbl Soroptimist Hesbaye.

    On a reçu un excellent retour » se réjouit-elle. En effet, il y a 6 ans, 103 formulaires avaient été remplis soit 100 de moins que ce dimanche. « Ça nous semble plus efficace d’aller à la rencontre du citoyen. Même s’ils ne remplissent pas le formulaire, ça permet d’ouvrir le dialogue et la réflexion sur le don d’organes. Il y a eu aussi beaucoup de primo votants qui sont venus nous dire qu’ils attendaient d’avoir 18 ans pour voter et faire cette déclaration. »

    Source > Marie Lardinois sur votre journal LA MEUSE HY/W de ce mardi 16/10/2018

    Illustration > JCD

  • Imprimer

    LE TABASCO FÊTE SES 150 ANS > UNE SAUCE CONNUE DANS LE MONDE ENTIER

    Avec une cuvée très spéciale pour l’occasion ! 

    Elle est présente dans pratiquement toutes les cuisines : La sauce Tabasco fête cette année ses 150 ans. Pour l’occasion, la marque américaine lance une sauce unique. 

    high_d-20181013-3P33L3.jpgUn siècle et demi, ça se fête ! Tabasco a choisi de le faire avec une sauce unique présentée dans un emballage cadeau : la Diamond Reserve Sauce, préparée à base de piments, de sel et de vinaigre de vin blanc effervescent au lieu de vinaigre.

    Cette version en édition limitée de Tabasco est vendue dans une petite bouteille de champagne et présentée dans une boîte dorée. Elle est disponible par le biais du Tabasco countrystore au prix de 34.99 €.

    Un peu d’histoire

    La recette et les ingrédients pour confectionner la sauce piquante n’ont pratiquement pas changé depuis qu’Edmund McIlhenny l’a mise au point. On y retrouve trois ingrédients : des piments Tabasco, du sel et du vinaigre.

    C’est en 1818 que John Craig Marsh achète une île aujourd’hui connue sous le nom d’« Avery Island » et y établit la propriété familiale. Sa fille, Sarah Craig Marsh, épouse Daniel Dudley Avery en 1837, unissant ainsi les familles Marsh et Avery.

    En 1859, Edmund McIlhenny, un banquier, épouse Mary Eliza Avery, la fille de Daniel Dudley Avery. En 1860, les jeunes mariés s’installent dans la demeure familiale sur Avery Island en Louisiane.

    À la fin de la guerre civile, réalisant que ses affaires bancaires l’ont ruiné, Edmund cherche un nouvel emploi à La Nouvelle-Orléans. Selon l’histoire familiale, c’est durant cette période qu’il reçoit une poignée de piments qui prendront plus tard le nom de Capsicum frutescens ou Tabasco. Il plante les graines dans le jardin familial sur Avery Island.

    Suite à diverses expérimentations, Edmund parvient à mettre au point une recette de sauce piquante et le « Tabasco » remporte un grand succès auprès de sa famille et de ses amis. En 1868, Edmund décide de la commercialiser: c’est le début d’une histoire de 150 ans.

    Le Tabasco est aujourd’hui vendu dans 185 pays et territoires à travers le monde et étiquetée en 22 langues et dialectes.

    Source > Votre journal 7dimanche de ce 14/010/2018

  • Imprimer

    LES CÉLÉBRITÉS DE HUY-WAREMME-HANNUT > «MOI BOURGMESTRE», J’AURAI…

    Marc Herman à Hannut : « Un conseil communal sous forme de blind-test »

    L’humoriste Marc Herman à Hannut propose une idée originale en ce qui concerne la transparence dans sa commune. « Moi, bourgmestre, je tâcherai d’être beaucoup plus en contact avec les citoyens.

    Les conseils communaux sont publics mais très peu s’y rendent, les habitants ne sont pas au courant, d’autres se sentent exclus.

    On pourrait organiser régulièrement des séances en réunissant les politiques au Marché Couvert de Hannut devant les citoyens. Les citoyens pourraient poser des questions, ça demande de l’organisation bien sûr ». Et de façon plus ludique : « on devrait le faire sous forme de jeu ou de blind-test.

    Un citoyen pose une question et celui qui trouve la réponse ou la solution a gagné. Et on appellerait ça un blind-test communal. Cela permettrait plus de transparence ». Marc Herman le dit clairement : « il faut plus de proximité, comme en période préélectorale, ça devrait être comme ça tout le temps. Cela peut contribuer à éviter les dérives. J’espère que ma proposition donnera des idées à certains ».

    Pour les autres personnalités de l’arrondissement > Lire l’article complet pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/291170

  • Imprimer

    CONTRÔLE TECHNIQUE > LA TRÈS MAUVAISE SURPRISE POUR CHARLES … BON A SAVOIR !

    Comme de nombreux Belges, Charles (prénom d’emprunt) avait pris la mauvaise habitude de manquer son rendez-vous au contrôle technique.

    Le problème, c’est qu’il a un jour reçu un p.-v. pour avoir brûlé un feu rouge et que cela a permis à l’administration de remarquer qu’il n’avait plus été au contrôle technique depuis… cinq ans.

    À nos confrères de la DH, le conducteur explique comment ses multiples « oublis » lui ont finalement valu une énorme amende : « J’ai reçu une convocation pour me présenter devant le tribunal de police, le passage au feu rouge semblait devenu anecdotique bien que l’infraction était toujours mentionnée mais l’absence de contrôle, par contre, était le premier motif de ma convocation », raconte-t-il à nos confrères.

    Du coup, après avoir passé avec succès son contrôle technique, il s’est rendu chez le juge afin de découvrir ce qui l’attendait. Mais s’il a, un temps, pensé s’en sortir sans même un retrait de permis, Charles a finalement reçu une amende très salée : « 560 € pour les amendes, mais aussi 76,26 € pour les frais de justice et… 400 € pour le fonds spécial », explique-t-il.

    Bref, plus de 1.000 euros alors qu’il aurait payé beaucoup moins s’il avait été chaque année comme prévu à l’inspection automobile.

    Chaque année, plus de 800.000 conducteurs ne passent pas leur contrôle technique ou le passent en retard en Belgique. Si vous en faites parties, vous savez désormais ce qui vous attend…

    Source libre en ligne > https://www.sudinfo.be/id79577

    Illustration > Photonews