Relais Sud-Presse-La MEUSE

  • Imprimer

    SALON INTERNATIONAL DU CHAT À HANNUT > UNE RÉUSITE !

    Des chats de toutes races et de toutes tailles étaient exposés dimanche dernier au Marché couvert de Hannut lors de la 13e édition du salon international du chat.

    En présence de propriétaires français, allemands, hollandais et belges.

    Une centaine d’exposants de chats étaient rassemblés au Marché couvert de Hannut pour la 13e édition du salon international du chat. Des propriétaires français, allemands, hollandais et belges dont de nombreux néerlandophones et liégeois. Des chats à poils longs, mi-longs, courts, nus et exotiques. De nombreuses races étaient représentées, dont celle au goût du jour  : le Maine-coon.

    «  Il mesure deux mètres de long quand il est étendu et pèse de 12 à 14kg à la taille adulte. Ce chat vient du Maine, état du nord des Etats-Unis. C’est le seul, vu sa taille, qui a droit à deux emplacements dans notre salon  », précise Jean-Marie Grandfils, organisateur et président-administrateur de l’AAAF, l’Association Autonome des Amateurs de Félins qui a son siège à Grâce-Hollogne. Cette asbl organise aussi un salon international à Namur.

    «  Nous avons un espace de jugement à l’entrée du salon avec des juges français, hollandais et belges qui ont reçu leur brevet pour exercer cette activité. Ce sont eux qui décernent les prix pour nos concours de beauté. Il y a des prix spéciaux quand, pour une race, il n’y a pas trois chats les mêmes dans le salon.

    S’il y a plus de trois chats de la même race, ils participent au concours « best variety ». Il y a encore le « best in show » qui permet de décerner une cinquantaine de prix. Parmi les lauréats, douze chats sont sélectionnés pour participer au « best of best » puis parmi ces douze chats, six participent au concours « best suprême ». Enfin, le chat « suprême des suprêmes » est désigné par les juges. Sans oublier le concours « best portée »  », détaille Jean-Marie Grandfils.

    Et pour les 350 visiteurs ou pour tous les exposants, des stands avaient été prévus avec la vente d’arbres à chats, de nourritures, de cages, de litières, de paniers de transport, ...

    Source en ligne libre de Marc Gérardye  > http://huy-waremme.lameuse.be

  • Imprimer

    LE SPF FINANCES SE LANCE DANS L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE !?

    Des robots vont remplacer les agents du Fisc!

    Le SPF Finances envisage d’avoir recours à l’intelligence artificielle, via des «chatbots», pour assister des contribuables, informe Le Soir lundi. Le ministère vient de lancer un marché public visant à développer deux projets pilotes.

    Les projets de «chatbots», des robots logiciels dialoguant avec un individu sous forme de conversations automatisées, concernent l’enregistrement des baux locatifs et la déclaration du précompte professionnel pour les employeurs.

    Ces deux «chatbots» devraient être opérationnels pour l’horizon 2021 dans l’objectif de remplacer des agents mais sans suppression d’emplois pour autant, des réaffectations étant prévues.

    Pour l’administration fiscale, il ne s’agit que d’acquérir une première expérience dans le domaine avant un «déploiement à grande échelle de l’intelligence artificielle» qui lui permettra de «redéployer ses ressources des tâches de routine vers les tâches d’expertise».

    Le recours à l’intelligence artificielle est l’une des technologies que compte utiliser l’administration des finances pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés, à savoir devenir une administration sans papier et avec des processus entièrement numérisés pour 2025, relève Le Soir.

    Source libre de Belga via > http://www.sudinfo.be

    Illustration > Photonews

  • Imprimer

    BON À SAVOIR > HANNUT > TEC > DÉVIATION DES LIGNES 83 ET 283

    Information importante pour les utilisateurs du TEC, à Hannut.

    Ce mercredi 15 août, de 7 à 21h, les autobus seront déviés dans les deux sens de circulation entre les arrêts « Blehen » et « Hannut Gare »

    Les arrêts « La Forge » et « Route de Trognée », seront reportés à un arrêt provisoire implanté rue du Charon.

    L’arrêt « Rue du Tilleul », sera reporté à l’arrêt « Hannut Gare »

    Plus d’infos auprès d’infotec Liège-Verviers: 04/361.94.44 (du lundi au vendredi, de 6h30 à 18h30 et le samedi, excepté les mois de juillet et août, de 8h30 à 16h30).

    Source > Votre Journal LA MEUSE du samedi 11/08/2018

    Site TEC Ligne 83 > https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/horaires/ligne 83

    Site TEC Ligne 283 > https://www.infotec.be/fr-be/medeplacer/horaires/ligne 283

  • Imprimer

    BIEN-ÊTRE ANIMAL EN WALLONIE> FACEBOOK > ON PEUT DONNER SON CHATON MAIS EN GROUPE FERMÉ

    Le ministre Carlo Di Antonio a voulu préciser une loi qui n’était pas vraiment bien comprise

    Pour sortir du flou prévalant depuis plus d’un an, Carlo Di Antonio vient de préciser la réglementation relative à la publicité en matière de commercialisation d’animaux. Il souligne par exemple que La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 09/08/2018

    Les refuges exceptés

    « En dehors du cadre des réseaux sociaux », précise-t-il, « le dispositif entré en vigueur le 1 er avril 2017 n’est pas modifié : la publicité pour la vente ou le don d’un animal reste autorisée uniquement dans des revues spécialisées ou sur des sites internet spécialisés reconnus par l’administration. L’interdiction s’applique à tous les autres supports : journaux, toutes-boîtes, magazines, sites internet généralistes, réseaux sociaux, valves dans les lieux publics… »

    Le ministre ajoute que les refuges agréés pourront toujours publier des annonces visant le replacement de leurs animaux en dehors d’un site ou d’une revue spécialisée. « Les refuges exerçant une activité d’intérêt public, il importe de les soutenir dans cette mission ».

    De même, en ce qui concerne la publicité visant la commercialisation d’animaux de production, celle-ci sera toujours possible sur les revues et sites internet destinés au secteur agricole au vu du caractère professionnel non propices aux achats impulsifs.

    Et les réseaux sociaux ? La réponse du ministre : « La publicité est autorisée sur Facebook mais uniquement dans un groupe fermé et selon deux cas de figure » . Les cas de figure ? Les voici :

    Pour tous,

    La publicité est autorisée lorsqu’elle vise exclusivement le don d’animal.

    Pour les éleveurs agréés

    La publicité est autorisée quand elle vise exclusivement la commercialisation d’un animal né au sein de leur élevage.

    Pour chaque annonce, que ce soit pour le don ou la commercialisation d’animaux, elle doit être accompagnée des mentions suivantes :

    >1. Le nom et le prénom de l’annonceur ;

    >2. Le numéro de téléphone ou le courriel de l’annonceur ;

    >3. Le numéro d’agrément lorsque l’annonceur est le gestionnaire d’un établissement agréé ;

    >4. L’espèce de l’animal, sa race, son âge, son genre ;

    >5. Le cas échéant, le numéro d’identification de l’animal ;

    >6. Le cas échéant, le statut d’animal stérilisé ;

    >7. S’il s’agit d’une vente ou d’une cession à titre gratuit.

    Pas un jouet

    Sur chaque annonce, il est obligatoire aussi de faire figurer la mention suivante : « Un animal n’est pas un jouet. L’achat ou l’adoption d’un animal se fait en pleine conscience des responsabilités qui incombent à son nouveau propriétaire. L’abandon d’un animal constitue une infraction susceptible de poursuites pénales ou administratives. »

    « Ma volonté », conclut le ministre, « est de… La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 09/08/2018

    DEUX AUTRES ARTICLES sur la page également > A savoir :

    L’avis du ministre  > « Un acte mûrement réfléchi » 

    Que risquez-vous ? > Entre 50 € et … / …

    Source > Pierre Nizet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 09/08/2018

  • Imprimer

    DÈS CE JEUDI 09/08, LES COMMERÇANTS NE PEUVENT PLUS FAIRE PAYER DE SUPPLÉMENT BANCONTACT AUX CONSOMMATEURS

    Dès ce jeudi, les commerçants ne peuvent plus faire payer aux consommateurs des suppléments s’ils payent via bancontact.

    La Chambre avait approuvé en juin un projet de loi qui supprime les suppléments en cas de paiement électronique. Cette mesure entre en vigueur dès demain.

    À partir de ce jeudi, les consommateurs ne devront en effet plus payer de suppléments lorsqu’ils font usage des cartes bancaires les plus courantes, même pour les petits montants ou les achats sur internet.

    Par ailleurs, la responsabilité incombant à l’utilisateur en cas de vol, perte ou fraude est ramenée de 150 à 50 euros.

    Dans certains secteurs, les marges obtenues sur la vente de certains produits ou services sont très faibles, par exemple les journaux. La transposition de la directive n’empêchera toutefois pas un commerçant de pouvoir refuser les paiements avec carte bancaire ou de pouvoir accepter les paiements avec carte bancaire qu’à partir d’un certain montant minimum.

    Source en ligne libre de Belga > http://www.sudinfo.be/id69004

  • Imprimer

    HANNUT: UN OUVRIER DU SERVICE TRAVAUX SUR LA LISTE PS

    Ce samedi, à la maison provinciale, le PS de Hannut a présenté à ses affiliés ses candidats pour le scrutin communal d’octobre.

    Sans surprise Carine Renson, l’échevine sortante des affaires sociales, emmène la liste.

    Parmi les nouvelles têtes qui y figurent, Lucien Roelands, ouvrier communal et délégué syndical du service travaux de la ville.

    …/ …

    L’article complet en ligne avec la liste des candidats sur > http://huy-waremme.lameuse.be/263202

    Source > Marie Claire Gillet sur > http://huy-waremme.lameuse.be

    Photo > Seule absente sur la photo, Odette Sérafin. > DR

    Lucien Roelands au centre

  • Imprimer

    BIEN-ÊTRE ANIMAL > STÉRILISATION DES CHATS > LES REFUGES DÉBORDENT !

    Elle était nécessaire mais la mesure prise par le ministre Di Antonio dope les abandons de chats

    Comme chaque année, le nombre de chiens et chats abandonnés dans les refuges durant les vacances d’été reste beaucoup trop important.

    high_d-20180807-GF13PT.jpgMais cette fois, les chiffres battent tous les records. À tel point que certains refuges affichent complet. Et se voient dans l’obligation de refuser les animaux abandonnés par manque de place et de moyens.  

    Une situation que ne comprennent pas toujours les futurs ex-propriétaires d’animaux. Le refuge Waterloo Help Cats en a fait les frais la semaine dernière. « Nous nous sommes fait littéralement insulter à cause d’un refus.

    Des personnes excédées qu’on ne prenne pas les chatons (trouvés), qui ne savent bien entendu pas les garder (tous allergiques, pas de pièce disponible…), qui ne veulent pas faire des kilomètres ou payer quoi que ce soit », s’insurgent les responsables du refuge sur Facebook.

    30 % en plus

    Même constat au refuge « Sans Collier » à Perwez. « On a plein de chatons et de chats adultes qui attendent. Pour l’instant, on ne peut même plus en accueillir, la situation est vraiment critique. On a une forte hausse des abandons, qui ont augmenté de 30 % cette année », déplore Sébastien De Jenge, le directeur de l’ASBL. Il s’estime toutefois chanceux par rapport à d’autres structures, plus petites.

    « On a de nouveaux bâtiments qui nous permettent d’augmenter la capacité. Mais ce n’est tout de même pas suffisant. On a accueilli plus de 250 chats depuis début juin ! Et on a vraiment l’impression que ça ne s’arrête pas », commente-t-il.

    Cette forte croissance s’explique par plusieurs raisons. Tout d’abord la météo favorable. « L’hiver n’a pas été très rude et on a un bel été, donc la saison est étalée. Une mère peut par conséquent mettre bas une fois de plus », analyse le directeur.

    Deuxième raison évoquée à cette surpopulation féline : la stérilisation de chats qui vient d’être rendue obligatoire par le ministre Di Antonio. « Il faut donc encore s’attendre à quelques années de galère avant de voir un effet sur les abandons. Les gens ne veulent pas toujours mettre les moyens pour la stérilisation… Mais on sera gagnant sur le long terme. Quand les chats qui seront passés chez nous seront stérilisés, ça ira mieux. Il n’y a pas d’autres solutions car le problème est croissant et grave. Il fallait intervenir avec une mesure comme ça qui est assez forte », estime Sébastien De Jenge.

    La fin des annonces

    Enfin, le troisième facteur concerne l’interdiction de publication sur les réseaux sociaux pour les adoptions.

    « C’est un facteur aggravant car avant on pouvait publier une petite annonce et les gens pouvaient avoir un chaton pour rien. Aujourd’hui, la loi exige que vous cédiez l’animal stérilisé et pucé.

    Les animaux qui, avant, trouvaient un adoptant sur les réseaux sociaux se retrouvent donc chez nous », déplore Natascha Deineko, responsable du refuge de Waterloo. Elle estime également qu’il y a de plus en plus de chatons déposés dans des conditions inacceptables : « Des chats dans des bulles à verre, dans des sacs plastiques ensuite abandonnés dans les bois.

    Il y a vraiment une multiplication des abandons dans des conditions épouvantables. »

    Même des chats de race !

    Si les abandons ont augmenté, ils ne concernent pas uniquement les chats de gouttière. De nombreux animaux de race se retrouvent aussi dans ces refuges, au même titre que leurs homologues peu onéreux. « Certains se débarrassent de chats à 1.000 euros !

    L’aspect financier ne joue pas chez tous les gens. Ça correspond à 1 ou 2 % des abandons. Il faut savoir que les chats coûtent très cher au refuge, et qu’il soit de race ou pas, on est entre 300 et 400 euros par chat. Mais à l’adoption c’est toujours le même prix », détaille-t-il.

    Il y a donc moyen de trouver un chat de race pour 100 ou 150 euros avec vaccins et stérilisation. Mais il faut être rapide car ce type de félin trouve en général, rapidement preneur.

    Source > Fanny Jacques sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 08/08/2018

    Illustration > 123RF via SudPresse

  • Imprimer

    CANICULE > LA COMMISSION AGRICOLE SE RÉUNIT À HANNUT CE 21 AOÛT

    Suite aux conditions météorologiques de ces dernières semaines, la commission agricole se réunira le 21 août 2018 à 9h à l’Hôtel de Ville (Salle Jean Renard), rue de Landen 23 à 4280 Hannut.

    Si vous êtes agriculteur et avez subi des dégâts importants à vos cultures sur notre territoire, vous pouvez vous faire connaître et rentrer un dossier auprès de la commune. Le formulaire de reconnaissance est disponible au Service environnement ou sur le site de la Ville (www.hannut.be).

    Les documents de demandes doivent être transmis au Collège communal, rue de Landen 23 à 4280 Hannut ou par email au Service Environnement environnement@hannut.be au plus tard le 20 août 2018.

    Précision utile : il ne faut pas remplir préalablement les données relatives à l’estimation de la perte subie.

    Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter le service environnement au 019/51.93.77.

    Source en ligne libre > http://huy-waremme.lameuse.be/263030