Mes coups de gueule

  • ZONE DE SECOURS DE HESBAYE > UN POMPIER ENGAGÉ POUR GÉRER LES SITUATIONS DE CRISE

    Depuis 2006, chaque commune a l’obligation d’avoir un fonctionnaire « PlanU » en ses murs.

    Il s’agit d’une personne chargée « de la gestion de crise et de la planification d’urgence », au courant des risques situés sur son territoire.

    Elle est là pour assister le bourgmestre (ou le gouverneur de la Province) en cas de crises mais aussi lors de diverses manifestations.

    Jusqu’à présent, cet « agent PlanU » est un civil, souvent membre de l’administration communale. Afin d’assurer son rôle, il doit suivre des formations particulières. « Dans des grandes communes comme Hannut, nous avons la possibilité de dégager du temps à cette personne afin qu’elle se consacre à cette fonction », a commenté le mayeur hannutois. « Ce n’est pas le cas dans de plus petites communes. »

    Partant de ce constat, la zone de secours de Hesbaye est en pleine réflexion : elle souhaite recruter un pompier qui sera aussi un agent PlanU pour l’ensemble des communes hesbignonnes. « Une sorte de coordinateur zonal pour l’ensemble des agents, qui aurait cette vision d’urgence pour conseiller et appuyer ces chargés de missions dans leur propre administration. On pourrait même créer une cellule », a précisé le président de la zone, Manu Douette.

    Cette nouvelle fonction, à l’étude, occuperait un temps plein au sein de la zone de nos pompiers.

    MAIS AUSSI > De nouveaux recrutements

     « Nous engageons chaque année et nous tenons à la valorisation des personnes. » Tel est le credo de la zone de secours de Hesbaye.

    Poursuivant sur sa lancée, la zone a lancé un appel à candidature pour l’engagement de 19 nouveaux pompiers volontaires.

    Mais ce n’est pas tout ! D’autres profils seront recrutés/remplacés cette année (2017) : un mécanicien pompier, un sergent professionnel, un lieutenant ou capitaine professionnel, 3 dispatchers et un nouveau secrétaire en vue d’augmenter le staff administratif.

    À vos C.V.!

    Source > EMILIE DEPOORTER dans votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 17/12/2016

    derniere demande > Date limite de réponse 20/12 > HANNUT/WAREMME > APPEL A CANDIDATURES > POUR LA ZONE DE SECOURS HESBAYE > Voir sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

    En savoir plus sur le PlanU > http://www.planu.be

    C’est quoi le Plan d’urgence su Wikipédia ? > https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_d'urgence

    Vous voulez savoir comment les autorités et les services d’intervention se préparent aux situations d’urgence ?

    Vous voulez savoir comment la gestion de crise est organisée en Belgique? C’est sur > http://centredecrise.be/fr/publication/planification-d-urgence-et-gestion-de-crise-en-belgique

  • MOTS CŒUR & MOTS TUS > LA RUBRIQUE DE BRUNO HEUREUX > JOURNEE « VILLE PROPRE »

    Journée « ville propre »

                    Bonne nouvelle : il y a quelques jours, des volontaires hannutois, comme ceux d’autres communes, ont participé au nettoyage de leur environnement immédiat. Superbe initiative citoyenne.

                    Mauvaise nouvelle : l’année prochaine, une opération identique devra être mise sur pied parce qu’entretemps les actes d’incivilité n’auront pas cessé, loin de là !

                    Bonne nouvelle : en 2017, des volontaires hannutois, comme ceux d’autres communes, participeront au nettoyage de leur environnement immédiat. Superbe initiative citoyenne.

                    Mauvaise nouvelle : l’année suivante, une opération identique devra être mise sur pied parce qu’entretemps les actes d’incivilité n’auront pas cessé, loin de là !

                    Mais quand donc les auteurs d’incivilités comprendront-ils que de petits gestes de simple politesse, de simple respect des autres et de soi peuvent améliorer la qualité de vie de l’ensemble de la population ? Ces pollueurs mériteraient que l’on dépose dans leurs boîtes aux lettres, dans leurs voitures, dans leurs jardins, les mégots, papiers, canettes, pneus, bouteilles, matelas, litières pour animaux, couches souillées... Cet « œil pour œil, dent pour dent » les irriterait, mais, sans doute serait-il plus efficace.

                    Les lecteurs fidèles et attentifs auront remarqué qu’à un chiffre près - le 6 transformé en 7 - je vous ai déjà envoyé exactement le même texte, il y a un an à la même époque, et qu’il n’a en rien perdu de sa vérité. J’ose parier qu’il en sera encore de même dans douze mois !!!

    Source & texte de > Bruno heureux > Photo Gestion Centre Ville

  • ON RESTE FORT! FIERS D'ÊTRE BELGES!

    Le site des caricatures des dessinateurs de presse > http://www.lesoir.be

    Source > #Soutien #Maelbeek #Zaventem #dqjmm Via > https://twitter.com > (De quoi je me mêle !)

  • BON A SAVOIR > MICROSOFT SUIT TOUT CE QUE VOUS FAITES DANS WINDOWS 10

    2260309.jpg

    Avez-vous déjà téléchargé Windows 10 ?

    Dans l'affirmative, Microsoft suivra dans les moindres détails ce que vous ferez avec le nouveau logiciel.

    Mais avant de crier 'au scandale', sachez qu'Apple et Google font de même depuis nettement plus longtemps déjà, et qu'une solution est possible.

    Aujourd'hui déjà, plus de 14 millions d'appareils tournent sur Windows 10. Mais comme la plupart des utilisateurs, vous n'avez sans doute, vous non plus, pas lu attentivement les explications en matière de respect de la vie privée avant d'avoir décidé de rapatrier le logiciel. C'est regrettable car comme il ressort de ce document comptant quand même 45 pages, Redmond tiendra désormais à jour des données très personnelles.

    Microsoft regarde en fait par-dessus votre épaule à partir du moment où vous créez un compte Windows 10. L'entreprise collectera ainsi assurément des données telles votre nom, vos données de contact et vos numéros de cartes de crédit, mais ce n'est pas tout, loin de là.

    C'est ainsi que Windows 10 tiendra soigneusement à jour ce que vous recherchez sur Bing, et ce que vous demandez à l'assistant numérique Cortana. Le système d'exploitation passera vos courriels en revue, ainsi que les applis que vous utilisez, tout comme le contenu de vos  … Lire la suite ici ...

    Source : Datanews > Frederik Tibau  rédacteur > su > http://datanews.levif.be

  • AUSTÉRITÉ: EN BELGIQUE LA CULTURE VA PERDRE 16% DE SES MOYENS

    70e284eba3bc2de8fe61bdf7e7977eb9-1436979605.jpg

    Les établissements scientifiques fédéraux savent maintenant à quelle sauce ils vont être mangés.

    La cure d'austérité avait été annoncée par le gouvernement Michel.

    On connaît désormais les chiffres par institution. Et le secteur culturel est particulièrement touché.

    Les Musées royaux des Beaux-Arts et la Bibliothèque royale voient leur dotation baisser de près de 20% entre 2014 et 2019 (18,1% et 19,3%). Le Musée Royal de l'Afrique Centrale (-15%), le Ceges (-9,7%), l’Institut du patrimoine artistique (-15,8%), les Archives de l’Etat (-16,6%), et les Musées royaux d’art et d’histoire (-15,8%) sont aussi concernés. Cela c'est pour les frais de fonctionnement, il faut aussi compter les coupes dans le personnel, et dans les investissements.

    Au Musée royal de l’Afrique centrale : un vaste chantier, et après ?

    Pour mieux se rendre compte de la situation, prenons un exemple concret : le Musée Royal de l'Afrique Centrale. Pour l’instant fermé au public, c’est un vaste chantier que présente fièrement son directeur, Guido Gryseels : " Là, vous voyez le pavillon d'accueil avec le magasin, le restaurant, les informations touristiques,… " Il n'y a encore que quelques murs de béton mais Guido Gryseels s'y voit déjà : " On sera le plus beau musée au monde sur l'Afrique, ça ne fait aucun doute ! "

    Et pourtant, son enthousiasme se double de sérieuses craintes … Lire la suite ici ...

    Source > - GEORGES GOBET – IMAGEGLOBE sur > http://www.rtbf.be

  • UNE HANNUTOISE DANS LES TROIS BELGES AUX MONDIAUX DE HANDISKI

    c4cd8b90e3e521ae62b3b0cd88dde0d7-1425465138.jpg

    Trois athlètes représentent actuellement la Belgique aux Championnats du Monde de handiski alpin à Panorama, au Canada.

    La délégation est composée d’Éléonor Sana, de Marie-Morgane Dessart, toutes les deux malvoyantes et de Jasper Balcaen qui est hémiplégique. Balcaen était déjà présent aux Jeux Paralympiques de Sotchi l'hiver dernier. Il avait pris la 23e place du géant.

    Nous vous proposons découvrir ces trois skieurs du club Embarquement Immédiat, situé en province de Liège, en action.

    Les compétitions sont à suivre en live à l’adresse suivante : http://www.paralympic.org/panorama-2015

    Voir les vidéos sur > http://www.rtbf.be/sport

    Vidéos des entrainements sur > https://www.youtube.com

    La vidéo de Marie-Morgane Dessart sur >https://www.youtube.com

    Source > Avec l’aimable autorisation de Vinciane Masson sur > https://www.facebook.com >> Le site source de l’article sur > http://www.rtbf.be/sport > Photo > HAND OUT BELGIAN PARALYMPIC COMMITTEE / LIEVEN COUDENYS - BELGA

  • LE MOT DE BRUNO HEUREUX > 4 « RÉFLEXIONS » …

    Projet221.jpg

    La place de la culture

                    Il y a 15 ans déjà, Directeur d’une école secondaire, j’organisais chaque année une journée culturelle appelée « Brouillon de culture ». Durant trois périodes de deux heures, sous la direction d’animateurs compétents, chaque jeune était mis en situation de découverte et d’expression dans des secteurs très différents de l’art : écriture, poésie, théâtre, création musicale, chanson, danse, rythme, peinture, sculpture... l’occasion d’initiation pour certains, de perfectionnement pour d’autres.

    La table

                    Chaque année, des parents bien intentionnés et attentifs à la formation de leurs B1Gwx43IgAADy3x.jpgenfants me disaient : « Monsieur le Directeur, ne serait-il pas plus profitable pour les élèves de consacrer ce temps au latin, à la mathématique, à la pratique des langues ? » Ma réponse se faisait sous la forme d’un petit dessin, celui d’une table aux pieds inégaux. Mon commentaire soulignait que l’éducation reçue tantôt à la maison, tantôt à l’école, ou encore dans les mouvements de jeunesse... n’avait pas toujours le même objectif, la même forme, la même force de pénétration, en fonction des différents lieux où elle s’initiait ; que cette différence était encore accentuée par l’histoire familiale, le degré culturel et d’études des parents, le milieu social, l’environnement citadin ou rural...

                    Je concluais en disant que construire quoi que ce soit sur une table aux pieds inégaux était périlleux et se terminait souvent par une chute. C’est la raison pour laquelle s’imposait la nécessité de rééquilibrer et stabiliser la table avec quelques « cartons », du style cartons de bière, ou avec du papier journal plié en huit, ce qui rendait possible, sécurisé et sécurisant un échafaudage ultérieur. En éducation, ces cartons s’appellent souvent bénévolat et culture. Deux mots qui, dans le contexte socio-économique actuel, semblent dépassés, d’un autre temps et qu’on envisagera de remettre à l’honneur quand les temps seront meilleurs : demain ? Aux calendes grecques ? Jamais ?

    Or, en renforçant sa base, ces « cartons » apparemment minables, voire inutiles, assurent l’équilibre d’une vie.... Au terme de cette explication, certains parents repartaient sceptiques, d’autres convaincus que cette journée « Brouillon de culture » n’était pas du temps perdu.

                    Il m’est arrivé, depuis ma retraite, de rencontrer plusieurs anciens de mes élèves. Et, grandes sont ma surprise et ma satisfaction, lorsque je leur demande d’évoquer quelques moments forts de leur passage à l’école, de constater que la plupart citent cette journée culturelle, et souvent en premier lieu.

    La culture

                    La culture, ce n’est pas que l’art ; elle est également le partage et l’expression, medium-123919.pngsinon identiques du moins similaires, d’une forme de pensée, d’un regard porté sur les choses et les événements, de valeurs reçues d’un passé commun et enrichies au gré de l’évolution et des chambardements de notre histoire, de comportements traditionnels et contemporains qui font que les gens se sentent membres d’une même « famille ». Sentiment d'appartenance qui, de nos jours, s’exprime trop souvent, hélas, sous forme de méfiance voire de rejet des dépositaires d’une autre culture : « Ils ne pensent pas, ne mangent pas, ne s’habillent pas comme nous...Ils ne veulent pas s’intégrer... Ils ne respectent pas notre culture et veulent nous imposer la leur... » Propos révélateurs d'un problème bien d’actualité, celui de la rencontre et du mélange harmonieux de différentes cultures ; ce qui prouve la place prépondérante de la culture dans la vie des peuples, dans celle, quotidienne, des gens.

                    La culture est donc vitale pour une société ; en sous-estimer l’importance, en diminuant encore les moyens, pourtant déjà trop faibles, destinés à son développement, à son existence et même à sa simple survie, c’est mettre en péril les fondements de cette société. Rappelons-nous l’histoire des peuples : lorsqu’une dictature s’installe, quelle que soit la  partie du monde, sa priorité première est de faire main basse sur la culture, pour la cadenasser dans les normes étroites de la pensée unique du dictateur, en réduisant au silence les artistes de tous bords et les médias trop critiques. Ceci est une preuve a contrario de  ce que la culture est la sève de toute société qui se dit civilisée et se veut démocratique.

    Délinquance anti-culturelle

                    Sabrer dans les budgets culturels, notamment dans la création artistique - on le petition-image-16915cf61090d51c690838e088a1744d.jpgfait partout en temps de crise - comme le prévoit l’actuel gouvernement Michel, c’est prendre le risque d’étouffer en quelques années - si ce gouvernement tient jusqu’au terme de la législature - ce que plus de deux mille ans d’histoire européenne et d’humanisme belge ont contribué à construire avec patience et sagesse. La destruction, par les Talibans, des bouddhas géants en Afghanistan a été un crime d’une rare violence contre la culture. Heureusement, on n’en est pas encore là en Belgique ; mais les mesures anti-culturelles prises chez nous sont déjà de la délinquance, de la petite criminalité anti-culturelle. Je dis souvent, en spectacle : « La culture, c’est comme l’alcool, certains ne supportent pas ! » Dans notre cas belge, aurais-je raison ? J’espère que non !

                    Je terminerai par un (affreux) jeu de mots, osé, sans doute, mais parlant, résumé de ce qui reste de la culture lorsqu’on s’y attaque, de front ou sournoisement, comme notre gouvernement est décidé à le faire : au fil des sapes qui l’érodent, la Culture se réduit progressivement en Cultur, Cultu, Cult pour finir en Cul !!! Est-ce là le niveau culturel de certains de nos dirigeants, celui auquel ils veulent rabaisser la population de notre pays ?

    J’exagère ! Oui, certainement ! Mais sans doute pas autant que d’aucuns le penseront ! Ne dit-on pas que la manipulation d'un peuple est d'autant plus aisée que celui-ci est maintenu dans l'ignorance et l'inculture ? Alors, pour éviter notre asservissement moral et culturel, osons exiger plus et mieux que l'ersatz de culture qui nous est concédé « ur éviter notreédé du pouvoir ; y en a marre des essée que celui-ci est maintenu dans éntemporains appris, pour nous occuper » pendant les manigances au sommet du pouvoir ; nous méritons plus et mieux que téléréalités et séries télévisuelles, plus et mieux que pain et jeux, plus et mieux que promesses électorales non tenues et complices de mensonges éhontés, plus et mieux que valeurs factices, virtuelles, égoïstes, plus et mieux que... Cul !!!

    Source & texte de > Bruno Heureux. Photo site > fondation-cultura

     

  • MOTS CŒUR & MOTS TUS DE BRUNO HEUREUX > LA RUSSIE PLUS QUE JAMAIS NATIONALISTE ET AMBITIEUSE

    images.jpg

    Les événements des derniers mois l’attestent, la Russie est plus que jamais nationaliste et ambitieuse ; Poutine, son dictateur - il n’y a pas d’autre nom pour ce despote - rêve d’un nouvel empire s’étendant bien au-delà de ses frontières actuelles. Pour y parvenir, tous les moyens sont bons : mensonge, hypocrisie, désinformation, violation du droit international, intervention armée en catimini et/ou au vu et au su du monde entier.

                    Face à ce défi, international mais qui la concerne très spécifiquement, notre Europe en reste aux « paroles, paroles, paroles » et à quelques sanctions économiques dont, c’est le comble, les effets frappent aussi ses propres citoyens. Et pendant ce temps-là, elle perd son temps en d’interminables marchandages dignes de boutiquiers professionnels, pour se choisir les dirigeants qui la représenteront pour quelques années futures.

                    Au fond, que représente pour moi - pour vous, peut-être - ce continent qui, à la fois, fait tant rêver et crispe tout autant ? Je vous livre ici quelques réflexions et constats personnels...

                    Même si des tensions l’ont parfois agitée, l’Europe nous permet de vivre dans la paix depuis 1945 ; l’éclatement sanglant de l’ex-Yougoslavie était un épisode certes tragique mais prévisible et « local », à l’extérieur de l’Europe Occidentale d’après-guerre. La paix est donc certainement son principal acquis.

                    Pourtant, l’Europe s’est construite et continue à se construire à l’envers, comme une pyramide sur sa pointe. Dans sa phase initiale, au lieu de s’organiser, se gérer, se renforcer, se doter de modes de décisions réalistes, elle s’est lancée dans une course éperdue à l’élargissement sans veiller à, préalablement, adapter son fonctionnement aux difficultés causées par cet agrandissement précipité : décider à l’unanimité à 6, possible ; à 12, difficile ; mais à 28, impossible ! Ce qui rend la prise de décisions très lente et souvent en retard par rapport aux événements ; d’où une perte de crédibilité de l’Europe face au reste du monde. De plus, cette course en avant lui a fait fermer les yeux sur la situation déplorable de certains états qui n’auraient jamais dû entrer en son sein sans une sérieuse remise en ordre préalable.

                    Initialement, l’Europe s’est construite sur la notion de marché commun avant de s’orienter progressivement vers une forme d’union politique. C’est la référence à ce marché qui fait que la Grande-Bretagne, aujourd’hui, se dit trompée chaque fois que l’Europe veut renforcer son intégration politique et sociale en dépassant le cadre purement économique et commercial de son action ; le général de Gaulle avait raison, il ne fallait jamais accepter ces insulaires, Européens par pur intérêt individuel et se moquant de l’intérêt commun ; visionnaire, il avait prévu que ce pays serait toujours un pied dedans, la tête dehors.

                    Outre sa construction à l’envers, l’Europe présente encore d’autres faiblesses qui risquent de mettre en péril son efficacité voire son existence :

    • chaque état membre se soucie surtout et trop souvent de ses propres intérêts et de considérations électorales nationales qui remettent en cause l’intérêt général et la progression de l’esprit européen ;
    • la disparité des régimes fiscaux et sociaux de chaque état amène des concurrences inacceptables en son propre sein entre ses différents membres ;
    • le fait que certains états puissent en faire partie sans participer à l’euro et en rendant l’espace Schengen perméable au terrorisme, aux trafics de toutes les sortes, nuit à l’homogénéité de l’ensemble, à son esprit de solidarité et à sa sécurité…
    • la suprématie économique allemande, modèle trompeur d’un bien-être général, alors que son régime économique et social est sans doute un des plus injustes, des plus discriminatoires, est trop souvent prise en exemple sans nuances... la prospérité mais à quel prix pour les plus faibles ;
    • la rivalité entre les différents pouvoirs, comme la commission, le parlement, les chefs d’états… on est loin d’une vraie démocratie organisée, où les pouvoirs des différents organes de décision sont délimités avec précision et se complètent harmonieusement ;
    • l’éloignement des dirigeants européens de la population, leur manque d’explications précises et compréhensibles, notamment sur les enjeux des traités et décisions, le manque de transparence, les rémunérations choquantes pour le bon peuple… tout cela nuit à la crédibilité de l’Europe auprès de ses propres simples citoyens ;
    • sa naïveté par rapport aux reste du monde, notamment en économie, consistant à ne pas utiliser les mêmes armes que les USA, la Russie, les pays émergents, la Chine… ; cet angélisme nous mène au déclin économique et à la perte d’influence sur la planète… une Europe honnête, fidèle à ses principes humanistes et humanitaires, solidaire, oui ; mais bonne poire candide qui joue au Don Quichotte et se fait rouler, violer, non !

                    Malgré et peut-être à cause de tout ce qui précède, ma conviction est que pour répondre aux défis du monde actuel et de notre siècle, plus d’Europe s’impose, mieux intégrée politiquement, économiquement, éthiquement et, surtout, socialement. Sans cela, les tensions et rivalités internes ajoutées aux pressions externes insidieuses et sans scrupules l’affaibliront ; il ne restera alors qu’une Europe défendant de grands principes dont tout le reste de la planète se moquera, une Europe inefficace économiquement, socialement, politiquement et mise à l’écart de la cogestion des grands dossiers et problèmes du monde d’aujourd’hui et de demain… En une phrase, le pragmatisme qu’implique la mondialisation demande plus et mieux d’Europe.

                    Mes considérations personnelles sont celles d’un citoyen ordinaire et constituent une vision certainement partielle de la problématique. Mais elles devraient pourtant inciter les dirigeants de chaque pays membre de l’Europe et les responsables de cette dernière à mieux centrer leurs réflexions et actions sur quelques priorités :

    • construire une Europe, solide, harmonieuse, solidaire, vraiment démocratique et pragmatique,BrunoHeureux 036.jpg
    • expliquer à ses peuples et ses citoyens la nécessité vitale d’une plus grande intégration européenne,
    • créer les conditions d’un mieux vivre ensemble que tout un chacun percevrait concrètement dans sa vie de tous les jours.

    Source & texte de > Bruno Heureux.Grqphisme > manpowergroup