Mes coups de cœur

  • Imprimer

    HANNUT CETTE SEMAINE > OUVERTURE DU « HDV - BISTRO/RESTO »

    3 Gais Lurons, passionnés de bonnes tables et de vins divers, ont décidé de s'associer pour vous faire partager ces plaisirs.

    A partir de là, il ne restait plus qu'à agrandir le cercle des connaissances et à offrir, sur Hannut, un endroit bien connu... l'ancien Hôtel de Ville !

    Ils vous reçoivent ainsi dans un cadre raffiné où convivialité rime avec épicurisme.

    Dans l'ancien Hôtel de Ville de HANNUT où ils vous reçoivent dans un cadre raffiné où convivialité rime avec épicurisme!

    Midi & soir, HDV vous propose une cuisine non-stop (11h - 22h)!

    A deux ou en groupe avec la possibilité de location d'une salle privative pour vos fêtes de famille ou professionnelles.

    HDV - Hôtel de Ville - Bistro / Resto > Place Henri Hallet 28/2 > 4280-Hannut > 019/51 24 20

    Courriel > info@hdvhannut.be - Le site Web > http://www.hdvhannut.be/

    Sur Facebook > https://www.facebook.com/pg/HDV-Hôtel-de-Ville-Bistro-Resto

    Et tout bientôt, une déclinaison de rencontres avec un bar à vins, un jour par mois.

  • Imprimer

    CE HANNUTOIS A TOUT PLAQUÉ POUR DEVENIR VIGNERON EN FRANCE

    Ce jeudi, le restaurant 1660 et la Tasterie ouvraient leurs portes pour une journée dégustation.

    L’occasion de découvrir Brieuc Scouflaire, ce Hannutois de 27 ans expatrié en France pour devenir vigneron.

    C’est en 2013 que Brieuc Scouflaire a tout lâché pour partir vivre son rêve en Gironde, dans la région de l’entre-deux-mers dans un château Bordelais, Château Tour Chapoux, datant de la Révolution Française. Sa passion pour le vin, il la doit à son père, grand amateur de vin, qui a poussé son fils à le suivre en France. « C’est mon papa qui a acquis la propriété comme résidence secondaire avec plusieurs hectares de vignobles. De là, il m’a sonné, on a discuté et je suis parti  », explique le jeune entrepreneur.

    Ancien conseiller commercial en automobile, Brieuc est également formé en œnologie, une formation qu’il a suivie ici, par passion. « J’ai appris à déguster et apprécier le vin avant que je sois en âge de boire une bière. On me demande souvent si je regrette d’avoir tout lâché pour venir mais je sais que tôt ou tard j’aurai fini par travailler dans le vin  ».

    … / … La suite de l’article pour les abonnés à la version digitale sur > http://huy-waremme.lameuse.be/230062

  • Imprimer

    BON A SAVOIR > UN PERMIS SERA NÉCESSAIRE POUR DÉTENIR UN ANIMAL

    Etres sensibles.

    Ce jeudi, le gouvernement wallon a adopté, sur proposition du ministre Carlo Di Antonio, le Code du Bien-être animal.

    Ce texte, fort de 12 chapitres et de 125 articles, sera prochainement soumis au Conseil d’État, afin de poursuivre son parcours législatif en vue de son adoption définitive. Le but du Code est d’assurer la protection et le bien-être des animaux, en tenant compte de leurs besoins physiologiques et éthologiques, ainsi que de leurs rôles au sein de la société et de l’environnement.

    Un être sensible

    L’article premier stipule que l’animal est un être sensible, c’est-à-dire un être doué de sensations, d’émotions et d’un certain niveau de conscience. Cette sensibilité est au cœur du Code. Plusieurs dispositions réglementent la détention.

    Un permis sera désormais nécessaire pour les détenir. Chaque citoyen en disposera automatiquement et sans formalité. Toute personne est ainsi supposée pouvoir détenir un animal jusqu’à ce qu’une décision vienne le lui interdire via le retrait de ce permis. L’avantage de cette disposition est de pouvoir empêcher la détention d’animaux par toute personne reconnue pour des faits de maltraitance animale. Une base de données permettant de recenser les personnes interdites de détention d’un animal sera mise en œuvre.

    L’abandon, la négligence et la maltraitance d’un animal sont interdits en Wallonie et sont sévèrement réprimés. Tout animal détenu en prairie doit disposer d’un abri naturel ou artificiel le protégeant du vent, du soleil ou de la pluie. Il est interdit d’entraver sa liberté de mouvement au point de l’exposer à des douleurs, des souffrances ou des lésions évitables ou de le maintenir perpétuellement attaché.

    Par ailleurs, la contribution existante lors de l’enregistrement d’un chien et d’un chat a fait l’objet d’une révision. Désormais, elle alimentera un fonds dont pourront bénéficier les refuges pour la construction ou la rénovation de leurs infrastructures.

  • Imprimer

    HANNUT > HOMMAGE > GILBERT DISTEXHE, FONDATEUR DE LA 1ère CRÈCHE …

    Dans son allocution, le président du CPAS, Pol Oter a rendu hommage au fondateur de la première crèche, Gilbert Distexhe (que l’on voit aux côtés de la directrice du CPAS, Mélanie lazzari.

    « En 1992, alors qu’il était président du CPAS, c’est lui qui a imaginé la première infrastructure d’accueil de la petite enfance au centre-ville.

    Une première maison d’accueil s’est ajoutée à cette première infrastructure en 2008» Les voilà réunies sur un mêle site.

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 05/03/2018

  • Imprimer

    HANNUT – CE WEEK-END des 24 & 25 février > JUSQU’À 70 MIGRANTS HÉBERGÉS

    Froid polaire => la solidarité bat tous les records 

    À Hannut, le formidable élan de solidarité envers les migrants du parc Maximilien à Bruxelles ne faiblit pas.

    Il y a 15 jours, suite à une première vague de froid, la plateforme «Hesbaye terre d'accueil» a battu des records avec 4.000 nuitées enregistrées en une semaine. Ce week-end, que l’on annonce polaire, ce sont près 70 migrants qui sont attendus dans les familles hannutoises. 

     « Il y a 4 mois, nous étions quatre, aujourd’hui nous sommes 850 membres inscrits sur la plateforme «Hesbaye terre d'accueil»  résume le Lincentois Diego Dumont qui, avec sa femme Anne Guffens, est à l’initiative de cet élan de solidarité à l’égard des migrants du parc Maximilien.

    Parmi les membres engagés dans ce formidable mouvement d’hébergement citoyen, on compte des … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 24/02/2018

    Il y a quinze jours, la plateforme a battu des records avec 4.000 nuitées enregistrées sur une semaine. « D’habitude, nos amis du parc ne restent que le week-end mais … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 24/02/2018

    … / … « Pour tout le week-end, ce sont entre 50 et 70 réfugiés qui sont attendus dans les familles », calcule Diego Dumont. Lui-même accueillera dans sa maison 8 personnes. La moyenne allant de 2 à 6 migrants hébergés par famille.

    Source > Marie-Claire Gillet > Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 24/02/2018

  • Imprimer

    LES PETITS MARCHÉS ARTISANAUX DE HANNUT > RECHERCHE… POUR MARCHÉ « VINTAGE »

    Dans le cadre d'un projet (été 2018) dédié au "Vintage", l'équipe des Petits Marché artisanaux de Hannut est à la recherche d'artisans/exposants/collectionneurs d'objets, d'articles de mode, déco etc ... liés à ce concept (exclusivement).

     Il s'agit d'un "Marché vintage", dans le cadre d'une journée/soirée dédiée aux années 30/40/50/60 (concerts rockabilly/swing ...)

     Si vous êtes intéressé(e), ou connaissez une/des personne(s) qui pourraient l'être, merci de prendre contact avec l'équipe via l'adresse mail : tourisme@hannut.be

  • Imprimer

    HANNUT > EN PULL DE NOËL POUR LA RÉUNION DU COLLÈGE DE HANNUT

    C’était la journée mondiale du pull de Noël

    Ce vendredi, pour la journée mondiale du pull (moche) de Noël, vous avez été nombreux à jouer le jeu. Dans les entreprises, dans les écoles mais aussi dans les administrations. Comme à Hannut où le personnel et même le Collège sont apparus « déguisés ». 

    Dès mardi, le président du CPAS de Hannut, Pol Oter, a publié sur Facebook une photo d’un pull de Noël accompagné d’un « chiche », un brin provocateur adressé à ses collègues du Collège.

    Message reçu par deux d’entre eux. Ce vendredi, jour de la réunion hebdomadaire du bourgmestre et des échevins, Olivier Leclercq et Florence Degroot sont arrivés vêtus d’un chandail sans équivoque, du genre immettable en dehors de la journée mondiale du pull de Noël. Le bourgmestre Manu Douette s’y est mis aussi, mais seulement en fin de réunion lorsque Pol Oter a pu récupérer à son domicile de Thisnes un pull de Noël qu’il possédait en double.

    « Nous avions justement un ordre du jour assez léger ce vendredi, cela a mis de l’ambiance », s’amuse Pol Oter.

    À l’administration communale, Thérèse Torrekens du service environnement avait aussi lancé un appel au personnel administratif. Une quinzaine d’employés (sur 50) ont embrayé. « Pas question d’acheter un nouveau pull et de faire de cette journée un nouvel événement commercial » , avait donné comme mot d’ordre l’éco-conseillère.

    Chez Robert Meureau à Waremme … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 16/12/2017

    Source > Marie-Claire Gillet > Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 16/12/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale >http://huy-waremme.lameuse.be/166982

  • Imprimer

    HANNUT LES 9 & 16 DÉCEMBRE > PRÉSENTATION DU PREMIER OUVRAGE DE FABRICE SALEMBIER

    Premier ouvrage de notre hannutois expatrié au Bénin !

    Une expérience de vie partagée entre le vieux continent et le continent africain... / Prix de vente en Belgique 15 € (une partie des bénéfices ira à des enfants béninois dans le besoin)...

    Séance de vente/dédicace de « Sinibagirwa » à Hannut

     Le samedi 9 décembre de 15 à 18h30 au magasin "What Else" à Hannut (Rue de Landen 92) et le samedi 16 décembre de 15 à 19h à l'Instant Présent à Hannut (Grand Place).

     Une partie des recettes servira à des enfants béninois précarisés. Merci à vous.

    L’évènement sur Facebook > https://www.facebook.com/events/394829197599794/

    Sinibagirwa aux éditions « Venus d’Ebène »

    Un belge qui publie un premier ouvrage au Bénin et au sein d’une maison d’éditions béninoise, voilà déjà une chose peu commune.

    Une préface d’une auteure béninoise en la personne de madame Carmen Toudonou, une postface d’un auteur béninois, monsieur Habib Dakpogan, des liens d’amitié profonds. Une histoire d’amour aussi entre moi, le Rwanda et le Bénin.

    (…) puis il y a les optimistes de la vie comme Grégoire Nakobomayo de l’african psycho d’Alain Mabanckou, personnages qui révèlent le meilleur d’eux-mêmes alors que les conditions ne les y prédestinent pas, même si la positivité n’est pas toujours autant partagée que le bon sens cartésien. C’est dans cette dernière optique que se situe la geste de Fabrice Salembier, propre héros de son ouvrage, voyageur infatigable, passionne de l’autre, qui aura mis du temps pour se découvrir a lui-même, dans une quête de l’identité, qui l’aura conduit non pas seulement a l’afrique, mais surtout jusqu’à l’autre.

    Carmen f. Toudonou

    Je précise, car cela m’a déjà été demande, que le geste est un ensemble de récits relatant les hauts faits de héros ou de personnages illustres…

    Merci à mes grands-parents qui m’ont enseigné les valeurs de la vie.

    Merci à mes parents, en Belgique, qui m’ont continuellement éclairé sur le chemin de cette même vie, à ma fille Megan à qui j’adresse toute ma fierté de papa, à Carmen Toudonou et Habib Dakpogan pour leurs conseils, leurs éclairages et compétences, à Gedeon Kpassenon pour son accueil et sa disponibilité, à celles et ceux qui me permettent encore de croire en l’Humain, aux peuples rwandais et béninois pour leur accueil.

     « N’est étranger que celui qui ne s’intéresse pas aux autres »…

    #Sinibagirwa #Ecriture #Autobiographie #Optimisme #Benin #Rwanda #Gisenyi #Ouidah #Afrique #Decouverte #Autre #Rencontre #Lecture #Tranchesdevie #Histoiresinguliere #FaauBenin

    FAB sur Facebook > https://www.facebook.com/salembier.fabrice