Bon à savoir ...

  • CE 26 MARS > L’AWSR ORGANISE LA 1ERE JOURNEE DU MOTARD

    Le printemps sera bientôt de retour…

    Sur nos routes, de nombreux motards en profiteront pour sortir leur moto du garage. A cette occasion, l’AWSR rappelle quelques conseils pour reprendre la route en toute sécurité et annonce le programme de la journée du motard qui sera organisée le 26 mars prochain en Wallonie !

    • Les accidents de motard en chiffres

    En 10 ans, le nombre de motards décédés sur nos routes a baissé de 37 %, passant ainsi de 76 en 2006 à 48 en 2015.

    La plupart des accidents mortels impliquant des motards en Wallonie ont lieu pendant la période s’étalant d’avril à octobre et surviennent principalement durant les journées de weekend. La période printanière est donc le bon moment pour mener des actions de sensibilisation à l’égard des deux-roues motorisés.

    • La journée du motard

    Ce dimanche 26 mars, l’AWSR lancera la 1ère édition de la journée du motard en collaboration avec l’asbl Fedemot et la Région wallonne, avec le soutien d’Ethias, de la Febiac, de Moto 80 et de Classic 21. L’initiative est née en Flandre il y a quelques années, où elle sera organisée à la même date par la VSV (Vlaamse Stichting Verkeerskunde).

    À l’occasion de cette journée, les motards débutants ou expérimentés pourront profiter gratuitement d’une foule d’activités sur quatre sites en Wallonie: Francorchamps, Daussoulx, Mons (Saint-Ghislain) et Bastogne. Ils  pourront notamment effectuer un parcours de remise en selle en bénéficiant de conseils d’instructeurs professionnels, faire passer un check-up gratuit à leur moto auprès de mécaniciens du Campus de Francorchamps, tester de nouveaux modèles ou encore recevoir de nombreuses informations utiles sur la sécurité à moto (assurances, formations, démonstrations…). Plusieurs concessionnaires et magasins d’accessoires se sont associés à cette journée, en étant présent sur un site ou en organisant une journée portes ouvertes dans leur magasin.

    Toutes les informations pratiques se retrouvent sur le site de l’évènement, où une carte interactive permet notamment de localiser les différents sites et les activités proposées : journéedumotard.be.

    • Reprendre sa bécane en toute sécurité après l’hiver

    Les motards sont des usagers de la route plus vulnérables étant donné qu’ils ne sont pas protégés par une carrosserie. Les conséquences des accidents dans lesquels ils sont impliqués sont donc souvent plus graves pour eux. De plus, en raison de leur silhouette étroite, ils sont moins facilement repérés par les autres usagers. Quelques conseils peuvent leur permettre d’améliorer leur sécurité sur la route.

    • Check-up

    Certains motards n’ont pas beaucoup roulé pendant l’hiver, il est donc important de réaliser un petit check-up de sa moto avant de se mettre en route pour la première balade printanière (pression des pneus, feux et clignotants, batterie, embrayage et chaîne). La journée du motard est l’endroit idéal pour profiter d’un check-up gratuit. Commencer par un petit trajet est également utile pour retrouver progressivement ses sensations.

    • S’équiper

    Porter l’équipement adéquat est essentiel pour la sécurité du motard : casque, gants, veste à manches longues, pantalon ou combinaison, bottes ou bottillons qui protègent les chevilles. Lors de la journée du motard, les offres spéciales des magasins participant sur les équipements et accessoires seront mises en avant.

    • Se rendre visible

    Pour assurer sa visibilité, un motard doit allumer le feu arrière rouge et le feu de croisement. Il peut également porter des vêtements et un casque de couleurs claires ou vives et porter des éléments réfléchissants (un gilet fluo ou une veste intégrant des éléments réfléchissants).

    • Etre à la bonne place

    La position idéale pour le motard se trouve aux 2/3 de sa bande de circulation. De cette manière, il a une meilleure vue sur le trafic, il évite plus facilement les évènements inattendus comme une portière qui s’ouvre et il est plus facilement repéré par les automobilistes dans le rétroviseur intérieur.

    • Faire attention à l’angle mort

    Pour éviter de se trouver dans l’angle mort des voitures, des bus ou des poids lourds, un motard doit toujours s’assurer qu’on l’a vu en cherchant le contact visuel avec les autres conducteurs et éviter de se placer à côté d’un bus ou d’un poids lourd à l’arrêt.

    • Respecter les limitations de vitesse

    Plus un motard roule vite et moins il sera facilement repéré à distance par les autres usagers. De plus, comme tout autre usager de la route, il doit veiller à adapter sa vitesse en fonction des conditions de circulation, de la météo, de l’état de la route, de la présence d’autres usagers….

    • Remonter les files

    En cas de bouchons, les motards ont le droit de remonter les files mais il faut évidemment le faire en toute sécurité. Cette remontée doit s’effectuer entre les deux bandes les plus à gauche, à un maximum de 50 km/h et avec un écart de vitesse de maximum 20 km/h par rapport aux automobilistes.

    Suivez nous sur Twitter @AWSR_be

    Le site > www.tousconcernes.be

    Source > Ville de Hannut > http://www.hannut.be/lawsr

  • HANNUT > LA LIGNE ÉLECTRIQUE ENTERRÉE SUR 16KM

    (Extrait d’article)… RESA a compris que cette situation était intenable et suite à une réunion la semaine dernière, on a appris que la compagnie allait entreprendre des travaux de grande ampleur et enterrer 16km de ligne entre 2019 et 2021 sur Hannut et Wasseiges », ajoute le maïeur.

    Une nouvelle qui devrait particulièrement ravir les habitants des villages de Moxhe, Avin, Ambresin et Blehen. « Ces travaux vont être menés sur 3 ans, il doit y en avoir pour environ 3 millions d’euros. Immanquablement les réseaux haute tension sont moins fragilisés une fois enterrées, mais ça coûte 3 fois plus cher.

    Il y a de grandes distances entre les villages et on ne peut pas faire passer les câbles au milieu des terre, ils doivent être placés le long de la voirie. Il y a d'office plus de kilométrage. » … L’article complet dans votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 20/03/2017

    Source > CY. CHAROT dans votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 20/03/2017

  • BRAIVES > UNE FORMATION POUR CRÉER SON ENTREPRISE

    La commune de Braives a décidé de collaborer avec CréaPME afin de proposer une session d’accompagnement à la création d’entreprises.

    « C’est un outil important pour le développement économique de la commune. L’objectif de notre développement rural est de parvenir à créer une centaine de nouveaux emplois d’ici 2030. Le projet “Créaction” sera donc un bel outil pour les personnes désirant lancer leur entreprise », souligne Pol Guillaume, le bourgmestre braivois.

    Du 10 avril prochain au 28 juin, 12 à 14 candidats prendront part à cette session d’accompagnement dirigée par Michaël Malherbe, directeur de CréaPME, et Dieter Kohn, formateur indépendant. « Les sessions CréaPME visent à épauler les futurs entrepreneurs en leur donnant tous les trucs et astuces pour passer d’une idée à un projet réaliste et viable sur le long terme. Les formations sont élaborées en … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 18/03/2017

    Source > OLIVIER JOIE sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 18/03/2017

    Illustration > Capture > http://www.creapme.be

  • BON À SAVOIR > MERDORP (HANNUT) DIMANCHE 23 AVRIL GRANDE BROCANTE (RÉSERVATIONS)

    Le dimanche 23 avril aura lieu la brocante de l'école de Merdorp, avec le soutien du comité de village.

    Pour les réservations d'emplacement, vous pouvez d'ores et déjà contacter >

    Stéphanie au 0479/38 51 65 > stephdebio@yahoo.fr

  • COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’AFSCA UNE INFORMATION DE LA VILLE DE HANNUT·DE CE LUNDI 13 MARS 2017

    Grippe aviaire : prolongation des mesures de prévention avec de nouveaux assouplissements

    Le risque que représente la grippe aviaire étant toujours globalement présent, les mesures de préventions seront prolongées à partir du 11 mars avec certains nouveaux assouplissements pour des situations qui entraînent peu de risque de contact avec les oiseaux sauvages.

    Le ministre de l’Agriculture Willy Borsus : « Alors que le nombre de cas chez les oiseaux sauvages est toujours très élevé dans les pays limitrophes, la tendance est légèrement plus favorable chez les oiseaux captifs. Une analyse de risque spécifique permet de déterminer certains assouplissements dans des circonstances qui présentent peu de risques de contact avec les oiseaux sauvages. Je suis pleinement conscient des contraintes imposées à l’ensemble du secteur. Les éleveurs professionnels entrent dans leur cinquième mois de confinement. C’est une situation inédite dans notre pays mais justifiée par l’ampleur de la situation dans l’ensemble de l’Europe. Les mesures de lutte contre la grippe aviaire sont systématiquement adaptées en fonction des données épidémiologiques actualisées. En l’absence de nouveaux cas détectés en Belgique, de nouveaux assouplissements pourraient intervenir dès le 18 mars. J’encourage cependant les éleveurs d’oiseaux – professionnels et particuliers – à continuer à respecter avec fermeté l’ensemble des mesures indispensables à la protection de la santé animale dans notre pays car le danger n’est pas – encore – totalement derrière nous. »

    Quelle est la situation actuellement ?

    La situation montre qu’alors que le nombre de foyers chez les oiseaux captifs a tendance à diminuer dans les pays voisins, le nombre de contaminations constatées chez les oiseaux sauvages demeure très important. En Belgique, outre le premier cas chez un détenteur amateur d’oiseaux d’ornement, 2 oiseaux sauvages contaminés ont jusqu’à présent été trouvés, le dernier fin février. Le virus de la grippe aviaire est donc toujours présent chez les oiseaux sauvages. Le risque de contamination par la grippe aviaire des volailles et des oiseaux qui peuvent avoir des contacts avec les oiseaux sauvages est donc toujours réel !

    Qu’est-ce qui change à partir du 11 mars ?

    Les mesures préventives pour la grippe aviaire sont à nouveau prolongées de 30 jours, jusqu’au 9 avril. Par conséquent, les volailles et oiseaux doivent toujours être enfermés ou détenus sous filets pour empêcher les contacts avec les oiseaux sauvages.

    Les assouplissements décidés la semaine passée pour le confinement des pigeons et des rapaces sont maintenus. De nouveaux assouplissements concernant les rassemblements (expositions, concours, chanteries, bourses, …) auxquels participent les amateurs sont possibles. Ces rassemblements sont à nouveau ouverts pour tout oiseau et toute volaille. Restent interdits : la vente par les amateurs sur les marchés publics (les marchés organisés par les communes et villes), ainsi que les vols de concours et d’entrainement de pigeons.

    Si aucune nouvelle contamination n’est constatée la semaine prochaine, de nouveaux assouplissements pourraient intervenir dès le 18 mars. En effet, les experts suggèrent une période d’attente de minimum 21 jours à compter de la dernière détection en Belgique, tout en tenant également compte de la situation dans les pays limitrophes.

    L’ensemble des mesures est consultable sur le site internet de l’AFSCA :

    - Toutes les informations concernant la grippe aviaire : www.afsca.be/santeanimale/grippeaviaire/

    - Pour les amateurs : www.favv.be/santeanimale/grippeaviaire/detenteursamateurs.asp

    Source > Ville de Hannut

    Illustration Sudinfo > Photo News/Patrick Forget

  • AVIS IMPORTANT DU « CARREFOUR » HANNUTOIS !

  • HUY-WAREMME-HANNUT : LA POPULATION VA AUGMENTER DE 30% D’ICI 2060

    Plus de 58.000 nouveaux habitants d’ici 2060 : l’arrondissement Huy-Waremme-Hannut va connaître une croissance démographique parmi les plus élevées du pays.

    «  La population belge passe de 11,3 millions d’habitants en 2016 à 13 millions en 2060  », annonce d’emblée le Bureau Fédéral du Plan. Si, à l’échelle nationale, la croissance démographique apparaît moins soutenue que celle observée sur les trois dernières décennies, la situation diffère pour l’arrondissement Huy-Waremme qui connaît une croissance importante, supérieure à 30 %, entre 2016 et 2060. «  Cette croissance démographique relativement élevée ne concerne que six arrondissements administratifs, parmi lesquels Huy et Waremme en province de Liège.  » Le seul autre arrondissement wallon à croître autour de 30 % est Nivelles (Brabant wallon), à l’instar de Hal-Vilvorde (Brabant flamand), Malines (Anvers) et Saint-Nicolas (Flandre orientale) en Flandre.

    58.322 personnes en plus

    La migration interne explique cette augmentation de population. Il s’agit principalement de citoyens déjà établis sur le territoire belge qui quittent un arrondissement pour un autre. «  Le phénomène de périurbanisation, c’est-à-dire la migration des villes vers la périphérie, contribue pour une part importante à cette croissance démographique à Huy-Waremme. Les probabilités de déménagement dans cet arrondissement poursuivent les tendances observées sur les dix dernières années  », précise le Bureau Fédéral du Plan. La position centrale de notre arrondissement, à proximité de villes comme Liège, Namur et Bruxelles, constitue un atout pour l’attractivité de migrants internes.

    En observant les chiffres de 1991 à 2015, l’instance fédérale donne ses prévisions pour les 43 prochaines années en tenant compte des décès et naissances, ainsi que des migrations tant internes qu’externe : 58.322 personnes en plus dans l’arrondissement d’ici 2060. La population passe de 157.436 habitants en 1991 à 193.202 cette … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce lundi 13/03/2017

    La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be

    Source > JULIEN MARIQUE dans votre édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/55854

    Sur cette page, d’autres articles sur le sujet :

    200 centenaires en 2060

    Nombre moyen d’enfant par femme en hausse d’ici 2060

    Migrations du Limbourg en Hesbaye

  • ACTIVITÉS COMPLÉMENTAIRE de L’ asbl L’ÉVEIL DE HANNUT