Relais Sud-Presse-La MEUSE - Page 4

  • HANNUT > UNE CAMPAGNE CONTRE LE STATIONNEMENT ABUSIF

    Depuis quelques jours, la Gestion centre-ville mène une nouvelle action de sensibilisation au problème du stationnement abusif par certains utilisateurs.

    Cette campagne vise clairement les commerçants du centre-ville, en partie responsable de la situation, estime la GCV. « Ils occupent souvent les places en voirie qui pourraient faire plaisir à leurs clients », constate régulièrement Martine Cornelis.

    Elle admet qu’ils ne sont pas seuls à monopoliser la zone bleue. Les riverains et les employés des bureaux du centre le font aussi. « Or, la zone bleue a pour objectif une rotation optimale du stationnement » , rappelle la gestionnaire qui confesse que c’est la mort dans l’âme qu’elle lance cette campagne agressive. « Je me doute que je ne vais pas me faire de nouveaux amis, mais c’est malheureusement nécessaire ».

    974 places de parking

    Le parking est un sujet récurrent dans la ville. Beaucoup d’utilisateurs du centre se plaignent fréquemment du manque de place, ce que Martine Cornelis ne comprend absolument pas. « Hannut dispose de 974 places dans le centre. Pour une ville de la taille de Hannut, c’est largement suffisant. Les parkings ne sont d’ailleurs … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 08/03/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 08/03/2017

    L’article au complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/54049

  • ATTENTION > A QUAND POUR HANNUT ? > ARNAQUE TÉLÉPHONIQUE : MARIA A PERDU 2.400 €

    La sexagénaire piégée par des escrocs se faisant passer pour des membres de la commission européenne

    Attention à cette arnaque téléphonique qui a déjà fait une petite dizaine de victimes à Waremme. Des escrocs se faisant passer pour des membres de la Commission européenne prétendent à leurs interlocuteurs qu’ils vont être remboursés pour des harcèlements téléphoniques. En réalité au lieu de voir leur compte crédité, c’est l’inverse qui se produit.

    La police de Waremme appelle à la vigilance. Depuis une dizaine de jours, plusieurs plaintes ont été déposées par des citoyens pour escroquerie téléphonique. Deux victimes se sont encore manifestées ce mardi matin au commissariat.

    L’arnaque dénoncée est chaque fois identiquement la même. Les escrocs disent travailler pour le compte de la commission européenne et prétendent à leurs interlocuteurs qu’ils vont être remboursés pour des faits de harcèlement dont ils ont été victimes au cours de ces 5 dernières années. Ce scénario bien rodé connaît quelques variantes mais, méfiance, c’est chaque fois le même but qui est visé : avoir accès à votre compte et le vider.

    Les arnaqueurs font miroiter des indemnisations dont le montant varie également mais qui peut aller jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros. La victime qui se laisse prendre au piège est ensuite invitée à se munir de son digipass (ou lecteur de carte bancaire), puis à donner son numéro de carte bancaire et enfin, pour que le remboursement puisse se faire, il lui est demandé d’introduire son code PIN. L’arnaque se déroule en deux coups de fil. Après avoir exposé l’objet de leur appel, les arnaqueurs raccrochent pour laisser le temps à leurs victimes d’aller chercher leur lecteur. Certains profitent de ce laps de temps de quelques minutes pour appeler la police et vérifier la véracité de ce remboursement providentiel.

    « C’est ce qu’a fait un Waremmien ce mardi matin, ce qui lui a permis d’échapper à l’escroquerie, » témoigne la police de Waremme.

    En revanche, Maria, 61 ans, n’a pas senti l’embrouille. Elle s’en veut. « Elle était toute perdue, c’était la première fois qu’elle utilisait son digipass » , témoigne sa fille Alexandra. L’appel est arrivé ce mardi vers 10h. « Chaque fois, qu’elle glissait la carte dans l’appareil, il lui demandait de la retirer sous prétexte qu’elle avait fait une erreur » .

    Les escrocs ont même poussé le caractère odieux jusqu’à lui demander ce qu’elle comptait faire des 2700 euros qu’ils promettaient de lui rembourser. « Je vais gâter mes enfants, surtout ma fille qui est justement enceinte de 7 mois » , a répondu la malheureuse qui s’est fait escroquer de 2.400 euros. La seconde victime waremmienne de ce mardi matin a perdu elle 4.000 euros. Prudence donc.

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 08/03/2017

    Sur cette page de votre journal un deuxième article à lire > UN CONSEIL DE LA POLICE & des astuces bonnes à savoir « Il ne faut jamais répondre à ces messages »

    L’article au complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/54065

  • HANNUT > LES 5ÈME DE L’ATHÉNÉE EN VOYAGE À AUSCHWITZ

    Ce mardi 7 mars, en début d’après-midi, 90 élèves de 5 e année de l’Athénée de Hannut prendront le départ pour la Pologne, destination Cracovie et le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz.

    Le retour en Belgique est prévu samedi.

    Le but de ce voyage scolaire est double : « L’idée était de rassembler toutes les sections (générale, technique et professionnelle) autour d’un projet citoyen » , indique Marcel Vivegnis, professeur de philosophie.

    La destination qui n’avait plus été retenue depuis au moins 20 ans, a été choisie par M mes Humblet et Roger, respectivement professeur de français et de sciences.

    Pour financer leur voyage … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 07/03/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 07/03/2017

  • HANNUT > UNE SALLE D’AVIN LOUÉE À DES SCOUTS, MAIS IL Y A LE RALLYE

    Le gestionnaire des 10 Bonniers avoue son erreur

    C’est ce dimanche qu’aura lieu la 49 e édition du Rallye de Hannut. Un événement qu’avait oublié Jacques Rigot lorsqu’en octobre dernier, il a loué à une troupe scoute, la salle communale des Dix Bonniers, à Avin… Or, cette salle est située sur le tracé du rallye.  

    185 équipages seront au départ ce dimanche 12 mars pour la 49 e édition du Rallye de Hannut, organisé par le Hesbaye Motor Club. Tous les villages sont touchés par l’événement. Avin, y compris où trois spéciales sont prévues tout au long de la journée : à 8h, 12h45 et enfin 15h15. Sans parler des repérages de la veille.

    « Lors du week-end du rallye, pour des raisons de sécurité évidentes, je veille toujours à ne pas louer la salle des 10 Bonniers à Avin mais cette année, je reconnais, j’ai fait une erreur » , confesse Jacques Rigot, le gestionnaire de la salle.

    « Quand la troupe scoute Saint-Martin d’Orp-le-Grand m’a contacté en octobre pour réserver la salle pour un hike louveteaux, je n’y ai plus du tout pensé ». Ce n’est qu’en janvier, affirme-t-il qu’il a réalisé son erreur.

    Entre-temps, la troupe avait, elle aussi, été alertée par un papa de louveteaux, pilote de rallye lui-même inscrit justement à la course de ce dimanche.

    Dès qu’il s’est rendu compte de son erreur, Jacques Rigot a proposé aux responsables de l’Unité une nouvelle date. « Quand ils m’ont répondu trois semaines plus tard, c’était trop tard, la date était prise ».

    Jacques Rigot a alors étudié la possibilité de maintenir malgré tout la location, mais en toute sécurité. Lors du dernier conseil communal du 24 février, il a interrogé … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 07/03/2017

    Finalement, c’est grâce à leur réseau de relations que les scouts de St-Martin ont trouvé un logement. « Nous avons obtenu un local au lycée de Hannut mais pour l’école cela reste exceptionnel, c’est juste pour nous dépanner », insiste l’animateur, heureux de ce dénouement. Une quarantaine de louveteaux sont attendus.

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 07/03/2017

  • WASSEIGES – VINCENT RENSON « JE NE SUIS PAS UN HOMME POLITIQUE »

    IL EST ISSU DE LA LISTE UC - APPARTENANCE MR

    Vincent Renson (50) est le nouvel échevin wasseigeois des travaux, de l’urbanisme et de la jeunesse

    Un nouveau visage a rejoint le Collège de Wasseiges depuis le 7 février dernier. Vincent Renson, alors conseiller CPAS, s’est vu proposer le poste d’échevin. Il remplace ainsi Thomas Courtois, devenu bourgmestre. Après une redistribution des compétences, le quinquagénaire hérite entre autres des travaux, de l’urbanisme et de la jeunesse.

    Cela n’a pas été difficile de reprendre les dossiers en cours de route ?

    Difficile, non. Par contre, ça prend énormément de temps. Surtout en ce qui concerne les travaux. J’ai dû réorganiser mes journées pour combiner mon emploi (je travaille au CEFA de Namur) et ma nouvelle fonction. Je suis sollicité sans cesse, surtout pour ma casquette d’échevin des travaux, je suis un peu comme un chef de chantier.

    Quels sont vos projets en matière de travaux ?

    A ce stade de la législature, je ne peux qu’assurer le suivi des dossiers introduits. Mais je tiens à faire de la sécurité une priorité sur Wasseiges, notamment en construisant des trottoirs.

    L’entretien du patrimoine est aussi une bagarre de tous les jours, je m’en rends compte. Les gens sont inciviques. On a beaucoup de passages sur la commune. Tous les vendredis, j’ai 4 personnes qui travaillent une demi-journée au ramassage des détritus, en plus de la semaine. Wasseiges est une commune propre mais c’est un gros travail derrière. J’aimerais mettre en place des actions concrètes et sensibilisatrices parce que mine de rien, ça a un coût.

    Vous qui travaillez depuis 30 ans auprès de jeunes, d’abord en tant qu’éducateur, puis en tant que responsable des travaux et référent au CEFA, comment comptez-vous gérer cette compétence qu’est la Jeunesse?

    Ça fait longtemps que j’aimerais remettre sur pied une Maison des jeunes à Wasseiges. J’attends vraiment le Conseil des enfants et je compte bien me rendre à la réunion tous les mois. Je voudrais mettre en place des projets qui sont les leurs. J’ai déjà examiné le compte-rendu des séances précédentes, il y a beaucoup de bonnes idées. On est trop souvent dans les activités ponctuelles, ça va donner un coup de fraîcheur.

    Comment vous définiriez-vous ?

    Ce qui est certain, c’est … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 06/03/2017

     PROPOS RECUEILLIS PAR C. CHAROT

    Autre article sur la page > Son job :   une double casquette …

    L’article au complet pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/53176

    B9711317483Z.1_20170305221000_000+GOA8L26TN.1-0.jpg

     

     

  • WALLONIE > EMPLOI : LES SECTEURS QUI EMBAUCHENT LE PLUS

    Offres d’emploi reçues au Forem en 2016 : + 37 %  

    L’emploi wallon a connu une nette embellie en 2016, selon le Forem. Celui-ci relève que les offres d’emploi qu’il a reçues en 2016 ont augmenté de 37 % par rapport à 2015. Et il détaille les secteurs qui ont été le plus dynamiques l’an passé.  

    Quels sont les secteurs qui embauchent en Wallonie ? Le Forem vient de sortir une nouvelle étude sur le marché de l’emploi avec une foule de chiffres clés. Et parmi ceux-ci, les offres d’emploi qu’il a reçu. On parle ici des offres reçues entre janvier et décembre 2016.

    L’an passé, le Forem a reçu 168.448 opportunités d’emploi, soit une hausse de 37 % par rapport à 2015. Avec un secteur qui progresse de manière spectaculaire : tout ce qui concerne les activités financières. Cela recouvre notamment des emplois dans des banques ou des assurances. Ce secteur a proposé 4.903 emplois en 2016 via le Forem, soit une augmentation de 95 % par rapport à l’année précédente. Le deuxième secteur en plus forte augmentation a été en 2016 celui des administrations publiques.

    Les propositions d’emploi y ont grimpé de 64 %. Deux secteurs liés aux services figurent donc en tête des plus grosses progressions. Aux troisième et quatrième places, on trouve la production et la distribution d’énergie (+60 % d’opportunités) et la construction (+ 46 % d’offres). Viennent ensuite les industries manufacturières, les transports et communications, l’immobilier, l’horeca, l’agriculture.

    Ceux qui embauchent le plus

    Si l’on prend les offres d’emploi en chiffres absolus (et non plus en augmentation par rapport à 2015), ce sont les industries manufacturières qui arrivent nettement en tête. Mécaniciens, opérateurs sur machines, bureautique… près de 30.000 opportunités en 2016.

    Vient ensuite le secteur du commerce (commerce de détail, alimentation, équipement de la personne, réassortisseurs…) et de la réparation automobile, avec 25.000 offres.

    Il précède tout juste l’immobilier et le service aux entreprises (24.600 opportunités). Puis on trouve la construction qui, avec plus de 14.000 offres, reste un gros pourvoyeur d’emplois en Wallonie. De même que le sont les secteurs de la santé (10.700), de l’ éducation (8.200) et des services collectifs et de l’ aide aux personnes (6.000).

    Selon le Forem, tout … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 06/03/2017

    Source > BENOÎT JACQUEMART sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 06/03/2017

  • THISNES (HANNUT) > CLÉMENCE POUR LE FERMIER QUI AVAIT TIRÉ EN L’AIR

    Le fermier hannutois voulait aller travailler dans son champ avec son tracteur, mais à hauteur de la buvette de Thisnes, il avait été bloqué par des véhicules.

    « Je suis allé leur demander qu’ils déplacent leur voiture, mais un des conducteurs m’a insulté » avait-il déclaré lors de l’audience en mars dernier

    Il avait ensuite sorti de son tracteur une massette et l’avait brandie, sans frapper personne. Après cet épisode, il était rentré chez lui très énervé et avait tiré deux coups en l’air avec sa carabine à plomb. Estimant ce dernier geste inacceptable, le ministère public avait requis deux mois de prison avec sursis.

    Le hannutois bénéficie finalement de la suspension du prononcé. Le juge a souligné « le contexte particulier » des faits.

    Source > http://huy-waremme.lameuse.be/51832

  • MOBILITÉ > LE COVOIT’STOP DÉBARQUE À WASSEIGES : TROIS ARRÊTS VONT FAIRE LEUR APPARITION

    Les villages de Meeffe, Ambresin et Wasseiges auront chacun un arrêt. Un service gratuit et citoyen 

     La Province surfe sur le phénomène grandissant du covoiturage, et Wasseiges aussi ! La commune adhère désormais à la centrale d’achat pour une commande groupée de panneaux de signalisation. Le projet Covoit’stop est en marche. C’est simple, gratuit et ça ne fonctionne que sur base de la bonne volonté des piétons et automobilistes.  

    À l’ordre du jour de ce premier conseil communal pour le bourgmestre Thomas Courtois, l’adhésion à la centrale d’achat pour une commande groupée de panneaux de signalisation de la Province. Covoit’Stop est lancé ! Mais qu’est-ce que c’est exactement ? C’est un système d’autostop sécurisé et basé sur l’entraide citoyenne.

    Les utilisateurs s’inscrivent sur le site ou via la commune et signent la charte. Cela va permettre de les identifier, de vérifier leur casier judiciaire et ainsi de les responsabiliser. La commune leur envoie ensuite un kit, constitué d’une carte de membre, d’un autocollant pour les automobilistes, d’un gilet de sécurité et d’un brassard pour les piétons. Des panneaux d’arrêt sont installés à différents endroits stratégiques où l’automobiliste peut s’arrêter pour charger le piéton.

    Les « covoit’stoppeurs » se présentent mutuellement leur carte et peuvent, pour plus de sécurité, envoyer un SMS indiquant leur numéro de membre à un numéro central. Ainsi, chacun se sent davantage en sécurité.

    Les arrêts

    Trois arrêts ont été prévus sur la commune, à des endroits stratégiques :

    > Allée des Charmes à Ambresin. « C’est vraiment à proximité des commerces. C’est un endroit fréquenté », explique l’échevin Dany Paris.

    > Rue Baron d’Obin à Wasseiges.

    > Rue Grande à Meeffe.

    « Il n’y a pas de quatrième arrêt dans le … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 02/03/2017

    Source > CYNTHIA CHAROT sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 02/03/2017

    Autres articles sur la page de votre journal :

    Un possible partenariat local de prévention

    Plus de cancers à Wasseiges ? > La commune veut intégrer l’étude

    Clos du Lac > C’est en route !

    L’article complet pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/51468