Relais Sud-Presse-La MEUSE - Page 2

  • Imprimer

    ATTENTION > À PARTIR DE CE 12 OCTOBRE, LES NOMS DES CARBURANTS CHANGENT À LA POMPE

    C’est une directive européenne à laquelle nous allons devoir nous habituer.

    A partir du 12 octobre, les noms des carburants vont changer. Ou plus exactement, leur signalétique. « Diesels » et « sans-plomb » seront désormais identifiés grâce à des formes géométriques.

    Les étiquettes des carburants subiront une modification à partir du 12 octobre afin d’être harmonisées, tant pour leurs dénominations que pour leur couleur, dans l’ensemble de l’Union européenne, annonce mercredi le SPF Economie. Les essences Super 95-E10 et Super 98 deviennent respectivement E10 et E5 tandis que le diesel (10S) s’appellera désormais B5. Le LPG garde, lui, son nom. Un lettrage noir sur un fond blanc sera en outre adopté pour toutes les étiquettes.

    FB_IMG_1538942153050.jpg

      Dans les 28 pays européens

    Avec ce changement, l’objectif de l’Union européenne est d’aider les consommateurs à choisir le carburant approprié à leurs véhicules dans toute l’Europe. Les nouvelles étiquettes seront en effet déployées dans les 28 Etats membres ainsi qu’en Islande, au Liechtenstein, en Norvège, Macédoine, Serbie, Suisse et Turquie.

    Les couleurs jaune et verte des pistolets et des étiquettes disparaitront. Elles feront place à des modèles blancs avec des lettres noires. Il y aura en outre des formes d’étiquettes spécifiques selon le carburant: un cercle pour l’essence, un carré pour le diesel et un diamant pour ceux de type gazeux.

    Chacune de ces formes sera remplie d’une lettre: un E pour l’essence, suivie d’un chiffre pour le taux d’éthanol en %, et un B pour le diesel, accompagné d’un chiffre représentant la teneur en biocarburant. La 95-E10 devient ainsi E10 et la 98 se mue en E5 tandis qu’on retrouvera le diesel 10S sous la dénomination B5. (Voir tableau)

    Ces nouvelles étiquettes seront placées à proximité immédiate du bouchon à carburant et dans le manuel d’utilisation sur les véhicules neufs, c’est-à-dire mis sur le marché ou immatriculés à partir du 12 octobre. Elles seront également apposées dans les stations-services, sur le corps de pompe et sur le pistolet distributeur. On les retrouvera enfin chez les concessionnaires automobiles.

    « Diesel » et « essence » ne disparaîtront pas

    Cette nouvelle dénomination ne causera-t-elle pas une certaine confusion parmi les consommateurs? «Il faudra probablement s’y adapter», concède-t-on au SPF Economie. «Mais il y aura une période de transition pendant laquelle les deux noms seront utilisés. Il y aura également une campagne d’information en ligne.»

    Pour la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco), les mots diesel et essence ne vont pas disparaître pour de bon pour autant. «Ils ne sont pas interdits. Et, au début, les pompes les mentionneront encore bien sûr», y assure-t-on.

    Brafco trouve que cette dénomination unique est une avancée, surtout avec les variantes du diesel qui sont proposées actuellement. Mais le secteur n’est par contre pas satisfait du prix des autocollants (3 euros) que facture le Bureau de Normalisation. «Ils profitent de la situation car ils ont un monopole», dénonce la fédération.

    Source > https://www.sudinfo.be/id77941

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) > UN FESTIVAL POUR PRENDRE DU TEMPS POUR SOI CE WE DES 13 & 14 OCTOBRE

    Vous avez l’impression de courir après le temps en permanence ?

    Vous ne prenez plus de temps pour vous ? Le festival « Un retour aux sources » organisé à Lens-Saint-Remy (Hannut) pourrait vous plaire. Marie Dormal et Nadine Renard, les organisatrices, ont pensé à tout afin de vous aider à vous reconnecter au temps présent le week-end du 13 et 14 octobre.

    L’an passé, Marie Dormal et Nadine Renard, les deux amies organisatrices se rendent compte qu’elles ont du mal à prendre du temps pour elles et pour parvenir à se voir. «  On parlait de notre manque de temps, de nos constats et on s’est demandé « après quoi court-on ? » On a discuté de nos problèmes, de nos défis quotidiens et on a lancé l’idée de conscientiser les autres suite à notre constatation.  »

    C’est comme ça qu’est née la première édition du Festival « Un retour aux sources ». «  Le succès était assez inespéré, durant le week-end, il y a eu 70 intervenants et environ 500 visiteurs  » se réjouit Marie Dormal. Cette année, la thématique est « Viser l’équilibre », l’équilibre alimentaire mais également l’équilibre entre vie privée et vie publique par exemple. «  De nos jours, c’est un défi constant.  » Trois domaines principaux seront donc abordés via des ateliers ou des tables de discussion : l’alimentation, le bien-être et la vie quotidienne. «  L’objectif est de faire prendre conscience qu’il est important de décélérer, de réapprivoiser la notion du temps, de réapprendre à vivre simplement pour reprendre du plaisir et cesser de courir après le temps. »

    Et qui dit nouvelle édition, dit nouveautés ! Il y aura notamment des ateliers culinaires proposés par des professionnels (diététiciens, traiteurs, etc.) mais également par des passionnés de cuisine non professionnels. Au menu : cuisine anti-gaspillage, petits déjeuners équilibrés, encas sains, alimentation crue… «  On a aussi demandé à deux intervenants de domaines différents (un traiteur et un accompagnateur en méditation) d’organiser une dégustation en conscience. Ils vont proposer aux personnes inscrites de s’asseoir, de passer une heure à goûter en portant leur attention sur ce qu’ils mangent tout en se concentrant sur leurs cinq sens. L’idée est de se réapproprier la question de l’alimentation en prenant le temps.

    C’est novateur dans la région.  » À découvrir aussi : des ateliers de yoga, méditation, gestion des émotions, un sentier pieds nus « pour se reconnecter à ses sensations » et un tas d’autres activités pour prendre le temps.

    Le festival se déroule le 13 et 14/10 au gîte Le Moustier, Rue du Monument 2 à Lens-St-Remy.

    Le programme (avec les prix et détails pratiques) disponible sur la page Facebook ou sur https://unretourauxsources.wixsite.com/lefestival/leprogramme2018

    Source Marie Lardinois > https://huy-waremme.lameuse.be

    Ligne pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/286764

  • Imprimer

    L’AFSCA FAIT VIDER DES FRIGOS DE L’INTERMARCHÉ DE HANNUT

    Ce jeudi 5 octobre, l’AFSCA a effectué un contrôle à l’Intermarché de Hannut.

    L’agence Fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire agissait suite à une plainte d’un client les alertant de l’état de la température anormalement élevée dans les frigos et congélateurs.

    IMG_3263.jpg

     «  En entrant dans le magasin, j’ai tout de suite été intriguée par une odeur bizarre », nous explique la plaignante qui souhaite rester anonyme.

    Comme elle est employée dans l’Horeca, ses 5 sens se sont aussitôt mis en alerte, dit-elle. «  J’ai regardé discrètement la température des frigos, elle était à… 22º, celle des congélateurs à 4º. »

    Elle a aussitôt interpellé le gérant pour s’inquiéter de la situation. «  Il a essayé de me rassurer. Je lui ai répondu qu’il devait tout jeter. Des viandes avariées peuvent être une menace pour la santé publique, surtout chez des personnes fragilisées comme les seniors ou les jeunes enfants. Mais il n’avait pas l’air de vouloir bouger. »

    IMG_0394.JPG

    La descente de l’AFSCA a eu lieu juste après son appel, en fin d’après-midi. «  Nos agents ont effectivement constaté qu’il y avait une panne de frigos, ils ont alors pris les mesures nécessaires.  », confirme la porte-parole de l’agence.

    Toute la marchandise qui n’était plus conforme en termes de température a été retirée de la vente. Selon nos informations, le personnel qui était déjà reparti a été rappelé pour vider les frigos et les congélateurs défectueux. Le travail aurait duré, nous dit-on, jusqu’au milieu de la nuit. Les appareils ont ensuite été mis momentanément hors d’usage, le temps que le gérant entreprenne les réparations nécessaires. «  Ils ne pourront être remis en service que lorsque nous les aurons recontrôlés », ajoute la porte-parole de l’AFSCA.

    Ce lundi, nous avons tenté de joindre la direction qui n’a pas souhaité commenté l’information : «  Le directeur est en formation, veuillez rappeler en fin de semaine, jeudi ou vendredi  », nous a-t-il été répondu par l’adjoint à la direction qui n’a pas, non plus, souhaité s’exprimer.

    Selon la plaignante, la panne aurait affecté la viande, les poissons, les légumes et tous les surgelés.

    Une affichette

    IMG_0396.JPG

    Par mesure de précaution, depuis vendredi matin, tous les clients sont invités à rapporter les marchandises achetées jeudi, à partir de 14h.

    La direction a communiqué l’information par voie d’affichage, des affiches A4 collées sur la porte d’entrée du magasin (soyez attentif, quand les parois vitrées s’ouvrent, les deux affichettes s’effacent derrière les panneaux..), mais aussi dans la zone froide

    Source en ligne de Marie-Claire GILLET pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/289743

    L’article également sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 09/10/2018

    Illustrations > M.V & JCD

  • Imprimer

    HANNUT > HORECA – APRÈS UN AN ET DEMI DE FERMETURE > RÉOUVERTURE DU FORUM

    Sous l’enseigne « Beach Bar », le café de la rue Zénobe Gramme reprend du service 

    Nouvelle enseigne, nouveau look. Le café emblématique de Hannut, le Forum, fait peau neuve. Suite à la faillite de la société exploitante, la SPRL Horeca Fun, l’établissement était fermé depuis décembre 2016. Sa réouverture est annoncée pour le printemps prochain. 

    Depuis quelques semaines, les travaux à l’intérieur de l’établissement ont débuté, preuve que le Forum, ce café emblématique de la rue Zénobe Gramme à Hannut, dont l’ouverture remonte à plus de 50 ans, n’a pas définitivement fermé ses portes.

    Le projet de réouverture au printemps prochain est porté par le propriétaire du bâtiment, un Visétois de 42 ans qui pour l’instant préfère garder l’anonymat.

    Ce qu’on sait de lui, c’est qu’il est employé dans l’Horeca et qu’il jouit d’une longue expérience -de plus de … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 08/10/2018

    … / … Cette réouverture du café prévue en mars/avril va générer la création de deux emplois. Les deux futurs employés ont déjà été trouvés. « Mais nous aurons aussi besoin d’extras » , prévient déjà le Visétois.

    Pour ceux qui cherchent un job étudiant, … / …

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 08/10/2018

  • Imprimer

    DAVID JEANMOTTE, PARRAIN DES 24H PUZZLE 2018 À HANNUT

    David Jeanmotte, le chroniqueur de l’émission Le Grand Cactus (RTBF) sera le parrain de la prochaine édition des 24 heures puzzle, les 27 et 28 octobre à Hannut.

    Il nous l’a confié : le professionnel du relooking adore faire des puzzles.

    David, tout d’abord, que connaissez-vous de Hannut ?

    « J’ai été l’égérie des magasins JBC pendant deux ans donc je suis passé par Hannut. D’ailleurs, le Hainaut et la province de Liège sont les endroits où je travaille le plus, ce qui m’a permis d’ouvrir un studio de relooking à Comblain-au-Pont. Entre ces deux provinces, les gens sont très flexibles ».

    Vous êtes le parrain des 24h puzzle de Hannut qui se tiendront le 27 et 28 Octobre. Qu’allez-vous y faire ?

    « Je parraine énormément d’événements. Les 24h puzzle, Top Woman Belgium, l’asbl des poilus du blé, les restos du cœur de Mons. En fait, dès qu’il y a de la créativité ou des besoins humains, je suis là. Je peux donner une visibilité à ces gens qui en ont besoin. Je remettrai donc les prix et je me réjouis de pouvoir discuter avec tous ces gens, j’adore ce contact, notre monde est devenu trop virtuel, rien de tel que le réel donc je vais rendre l’activité encore plus sympathique. L’argent ne m’intéresse pas, je ne suis pas matérialiste. Plus on avance dans le temps et plus je me mets à la disposition des gens qui sont vraiment dans le besoin ».

    Êtes-vous un fan des puzzles ?

    « Oui, j’adore ça ! C’est une activité intellectuelle, créative et ludique. Voilà plusieurs années que nous louons un ch La suite en ligne pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/288577

    Source > CEDRIC MONTULET sur > https://huy-waremme.lameuse.be

    Crédit Photo > Stéphane Laruelle

    Tout savoir sur les 24h de Puzzle sur ce blog > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/10/02/hannut-les-24h-de-puzzle-ces-27-28-octobre-2018-264742.html

  • Imprimer

    HANNUT - BIEN-ÊTRE ANIMAL > 100 POULES D’ÉLEVAGE À ADOPTER

    Depuis de nombreuses années, l’asbl S.E.A. (Suppression des Expériences sur l’Animal) rachète des poules pondeuses dans les élevages industriels pour leur sauver la vie.

    Un nouveau lot de 100 poules vient d’être ramené à Hannut. Les poules sont proposées à l’adoption au prix unitaire de 4,50 euros.

    La centaine de poules, des poules brunes âgée de 20 mois, sont arrivées à Hannut, chez Marie-Christine il y a une quinzaine de jours. « Avant de les soumettre à l’adoption, je leur donne toujours des vitamines, je leur apprends à manger mais aussi à se resocialiser au contact de mes propres poules », témoigne la Hannutoise, très impliquée depuis de longues années dans la cause animale.

    Chaque année, Marie-Christine parvient à trouver une famille d’accueil pour 850 à 900 poules issues des élevages industriels. Les acheteurs assure-t-elle viennent de partout en Belgique : « Tournai, Marche-en-Famenne, Virton, Rochefort. Je suis parfois étonnée du nombre de kilomètres que peuvent faire certaines personnes, juste pour 2 poules », indique Marie-Christine.

    Si vous souhaitez adopter une poule, vous pouvez contacter Marie-Christine au 019/65.67.83.

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 08/10/2018

    En ligne sur > https://huy-waremme.lameuse.be

  • Imprimer

    APPRENDRE À NAGER COMME UNE SIRÈNE À HANNUT

    Pour la première fois en Belgique, vous pourrez désormais apprendre à nager comme une sirène lors d’un anniversaire. Le centre de bien-être à Hannut, « En forme d’eau » lance ce concept novateur début novembre.

    Si vous avez toujours rêvé de nager comme Ariel, la petite sirène de Disney, au milieu de l’océan, alors le concept devrait vous séduire.

    C’est une certitude. Le centre « En forme d’eau », ouvert il y a 8 ans à Hannut, va accueillir à partir de début novembre une nouvelle activité, disons insolite et surprenante. Les jeunes filles ou garçons pourront nager comme des petites sirènes avec une queue monopalme à l’occasion d’un anniversaire.

    B9717159284Z.1_20181005195029_000+GODC5PVU4.1-0.jpg«  En cherchant cet été des concepts originaux, je suis tombée sur l’activité de la sirène. Nous avons signé un contrat avec une marque américaine, Finfun spécialisée dans les queues de sirène. Ils n’avaient encore jamais importé en Belgique. Donner des cours chaque semaine d’apprentissage pour nager comme une sirène, je n’en voyais pas trop l’intérêt. J’ai donc décidé d’organiser cela à l’occasion des anniversaires » explique Delphine Raemaekers, créatrice du concept. Une monitrice sera présente lors des anniversaires, vêtue d’une queue afin d’animer les trois heures prévues.

    Des jeux seront lestés au fond de l’eau. Les enfants devront, en équipe et toujours avec leur queue de sirène, trouver la clé afin d’ouvrir le coffre-fort, situé au bord de la piscine. À l’intérieur de ce coffre se trouvent plusieurs jeux qui leur seront offerts à la fin de l’activité. « L’objectif est que le jeu se réalise en équipe et pas l’un contre l’autre », poursuit Delphine Raemaekers. L’activité est accessible aux enfants capables de nager sans bouées ou brassards.

    Des enterrements de vie de jeune fille pourront également être organisés au centre. Onduler sous l’eau comme Ariel deviendra réel pour la future mariée et ses amies.

    Un « goûter » sirène

    Le centre « En forme d’eau » prévoit également des Cupcakes et un gâteau spécialement décorés « en sirène » pour l’occasion. « Les anniversaires c’est important pour les enfants, c’est un événement dont ils rêvent souvent durant une année », ajoute la fondatrice. À la fin de l’activité, la reine ou le roi de la journée a la possibilité de recevoir sa queue de sirène au prix de 85 euros ou un plaid à 45 euros.

    190 euros par groupe

    Huit enfants maximum pourront apprendre à nager comme une sirène pour un montant total de 190 euros pour le groupe. Les anniversaires pourront avoir lieu le samedi après-midi ou le dimanche toute la journée. Les boissons, les invitations ainsi que les Cupcake sont compris dans le prix.

    Pour plus de renseignements, rendez-vous sur la page Facebook https://www.facebook.com/enforme.deau ou par mail à info@enformedeau.be

    Source en ligne Amélie Dubois > https://huy-waremme.lameuse.be

  • Imprimer

    SUDPRESSE ORGANISE LA JOURNÉE DÉCOUVERTE ENTREPRISES EN WALLONIE … VOIR LES ENTREPRISES ICI !

    C’est le plus grand événement tous publics d’un jour en Belgique.

    Parce qu’il y a un savoir-faire wallon et des entreprises trop peu connues pour leurs compétences, Sudpresse veut être le premier supporter de la Journée Découverte Entreprises. Découvrez le potentiel de nos entreprises, souvent situées près de chez vous, le 7 octobre prochain.

    La Journée Découvertes Entreprises, c’est une véritable plateforme entre les entreprises et le public. Le 1er dimanche d’octobre, des centaines d’entreprises issues de tous secteurs se montrent sous leur meilleur jour à des milliers de visiteurs, tous profils confondus, qui ont ainsi la chance de découvrir le monde de l’entreprise sous un autre angle. Clairement, la Journée Découverte Entreprises mobilise, informe, assemble et crée des histoires, des liens et communique avec le public.

    Cette année, votre quotidien organise l’événement en Wallonie : « En tant que premier groupe média francophone, nous devons supporter nos régions, la Wallonie », annonce le Directeur Général de Sudpresse, Pierre Leerschool, « de nombreuses entreprises font la fierté, la puissance de la Wallonie. Avec notre partenaire, l’Union Wallonne des Entreprises, nous devons mettre en avant, la créativité, le savoir-faire, la dynamique de ces sociétés auprès des familles. Nous sommes très fiers de relancer cette initiative qui connaît aussi un vif succès en Flandre. Notez d’ailleurs que l’événement sera national », poursuit Pierre Leerschool.

    C’est le plus grand événement tous publics d’un jour en Belgique. Pourquoi ? Parce que c’est l’unique journée où découvrir une entreprise de A à Z, pas seulement le produit final mais aussi les matières premières, pas seulement le processus de production mais aussi l’environnement de travail. Et pour le visiteur, c’est aussi des démonstrations, des tests interactifs, des essais. Vous vivrez l’histoire de la société.

    Plus de 100 entreprises

    Pour le public, ce sera l’occasion de découvrir nos sociétés, tous secteurs confondus : « Notre objectif, dans cette organisation, est double », nous dit Vincent Brossel, Directeur Commercial et Marketing chez Sudpresse, « C’est évidemment de réunir une centaine de sociétés, dans tous les domaines afin de montrer au public l’envers du décor. Toutes les potentialités que nous avons chez nous. Ces entreprises représentent un vecteur d’emplois, elles ont des ouvertures, des relations avec l’étranger. On peut résumer l’initiative ainsi : regardez les belles choses que nous faisons dans nos régions. L’autre but de notre investissement, en tant que premier groupe de presse francophone, c’est d’être le supporter. Nous devons nous occuper de cette communication, être un acteur de terrain, être proches du public, être fiers de la Wallonie ».

    POUR DÉCOUVRIR LES ENTREPRISES à visiter c’est sur > https://www.jde-wallonie.be/visiteurs/

    Dans les environs de Hannut >>

    Waremme > Colona : le spécialiste des sauces

    Fexhe-le-Haut-Clocher > Participez à la fabrication du whisky

    Clavier > Olivier : les pros du châssis 

    Héron > Léopold 7 : une microbrasserie « verte » 

    Huy > Visitez le centre funéraire Warzée

    Ouffet > Le zinc en fusion chez Galvaco

    Les détails sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 04/10/2018