Mes coups de gueule - Page 3

  • Imprimer

    PATRONS > POURQUOI VOS EMPLOYES VOUS DETESTENT (Alors que vous n’êtes ni un idiot, ni un salaud)

    shutterstock_3508455b_0.jpg

    De nombreux travailleurs râlent sur leur patron.

    Celui-ci est vite considéré comme le responsable de tout ce qui ne tourne pas rond au boulot. Certains griefs peuvent être justifiés. C’est le cas lorsque l’on a affaire à un patron à la « Prada », un tantinet méticuleux et désincarné ou lorsque l’on se demande si Mr le boss a obtenu son diplôme dans un Kinder surprise.

    Mais vous, vous ne faites pas partie de ces patrons machiavéliques ou attardés. Vous êtes très intelligent(e), callé(e) dans votre domaine et vous ne traitez pas vos employés comme des larbins, juste bons à apporter le café et à servir de punchingball de décompression. Pourtant, vous avez le sentiment que vos employés ne vous apprécient pas particulièrement. Voici pourquoi.

    Vous êtes troublé(e) et confus(e)

    La confusion irrite davantage que le manque (voire l’absence) de considération ou l’incompétence. Les employés heureux ont un objectif principal : relever des défis utiles, qui ont du sens. Or, un patron confus constitue un obstacle dans la réalisation de ces objectifs.

    Votre boulot consiste à orienter vos employés, à leur dire que faire. C’est évidemment mission impossible si vous êtes dans le brouillard.

    La confusion est généralement due à un manque de vision aux niveaux macro et micro.

    Prenez une décision

    Un manque de vision au niveau macro signifie que vous êtes incapable de vous projeter à long terme et de voir votre entreprise (et sa place dans le secteur) dans sa globalité. Vous ne pouvez pas déterminer les objectifs pour un projet, pour un département ou pour un budget.

    Votre confusion peut-être due à celle de votre propre boss : lui-même ne sait pas où il va et ne vous donne pas de directives claires. C’est à vous à mettre un terme à ce cercle vicieux : forcez votre patron à statuer ou proposez vous-même un plan.

    Il y a aussi ce que l’on pourrait qualifier de « micro-confusion ». Ça ressemble fort à de l’indécision. Lorsque l’un(e) de vos employés vient vous voir pour avoir votre avis sur quelques petites questions par rapport à un projet et que vous répondez « Hmmm…. ben… je ne sais pas trop », ça fait mauvais genre.   

    Quoi de pire ? « Le plan A. Clairement, le plan A. Le plan A, c’est exactement ce qu’il nous faut ! ». Puis deux heures, deux jours ou deux semaines plus tard, alors que le plan A est en train de se mettre en place, vous déclarez : « Mouais. Je ne suis pas vraiment sûr du plan A. Pourquoi ne pas tenter le plan B ? » C’est sûr, les priorités peuvent changer, parfois vous devez même voir un projet réalisé pour comprendre qu’il est mauvais. Mais pas aussi souvent que vous ne le pensez.  

    Le mieux est l’ennemi du bien

    Souvent, la micro-confusion puise sa source dans la peur. Celle-ci survient lorsque vous êtes trop occupé(e) à évaluer les conséquences d’une décision – Les comptes vont-ils en souffrir ? Vais-je être licencié(e) ? Mon époux (/se)/enfant/chien va-t-il (/elle) me détester ? – et qu’il devient difficile d’y voir clair et de distinguer le principal du collatéral. Le mieux est l’ennemi du bien.

    En changeant d’avis, vous donnez une seconde directive à vos employés, qui auront deux fois moins de temps pour réaliser un projet, avec deux fois moins de ressources, parce que vous n’avez pas pu prendre la bonne décision tout de suite et vous y tenir. Alors, ils vous détesteront.

    Voici donc ce que vous devriez retenir :

    • Cultivez une vision à long terme pour vos objectifs et élaborez un plan pour les atteindre.
    • Lorsque vous lancez un projet, mûrissez-le, prenez des décisions et tenez-vous-y.

    Ou en cinq mots : Fixez des objectifs. Soyez décidé(e).

    Source : Forbes > Texte: Céline Préaux > Sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    LES VICES DE L’ARGENT … A MEDITER !

    shutterstock_59139715b.jpg

    Le travail nous permet de répondre aux 5 besoins élémentaires composant la pyramide de Maslow  (C'est quoi ?) les besoins physiologiques (notre salaire nous permet de manger, de boire et de dormir sous un toit), la sécurité (notre salaire couvre nos soins de santé et nous assure l’accès à la propriété), les besoins sociaux (le travail nous procure un sentiment d’appartenance, voire d’amitié), l’estime (notre contribution à la société par le travail stimule notre estime personnelle) et l’accomplissement personnel (notre ascension professionnelle ou la gratitude  de nos clients/patients/élèves/collègues/patrons nous donnent un sentiment d’accomplissement).

    Affluenza : vivre pour gagner de l’argent

    Si le salaire constitue un moyen pour satisfaire plusieurs de ces besoins, il devient très souvent aussi une fin en soi. Nous ne gagnons alors plus de l’argent pour vivre, mais nous vivons pour gagner de l’argent. Un néologisme est apparu ces dernières années pour qualifier cette dérive : affluenza. Contraction des mots « affluence » et « influenza », ce nouveau terme désigne « une douloureuse maladie contagieuse, transmise par la société et dont les signes sont un sentiment de remplissage, le doute, l'anxiété et le dégoût qui résulte de l'idéologie du "toujours-plus". » (Wikipedia) Il y a peu, il a été utilisé officiellement dans un procès aux États-Unis, où la défense tentait de trouver des circonstances atténuantes à son client consumériste. Mais qu’est donc précisément cette « maladie » nouvelle ? Et l’argent est-il auteur d’autres vices ?

    Plus d’argent, moins d’empathie

    De nombreuses études montrent que les qualités d’empathie et de compassion sont moins développées chez les personnes aisées. Par ailleurs, une étude publiée dans la revue Psychological Science révèle que les individus au statut économique inférieur lisent mieux les expressions faciales (un indice important de l’empathie) que ceux qui jouissent de revenus plus élevés. La vulnérabilité et l’instabilité susciteraient en réalité un sentiment de solidarité et d’empathie mutuelle tandis que l’aisance et l’abondance causeraient un sentiment indu de supériorité et d’individualité (« chacun pour soi »).

    L’aisance peut altérer le jugement moral

    Ce sentiment indu de supériorité se reflète notamment dans une étude menée par l’université de Berkeley, qui établit qu’à San Francisco (où la loi oblige les voitures à céder la priorité aux piétons, comme ici) les propriétaires de voitures de luxe s’arrêtent quatre fois moins souvent que les autres pour laisser traverser les piétons. Une étude publiée par les universités de Harvard et d’Utah révèle également que les personnes exposées à des mots relatifs à l’argent sont plus susceptibles de mentir ou de se comporter de façon immorale.

    L’aisance et les addictions

    L’argent en lui-même ne cause pas les addictions, mais il a été prouvé que l’aisance multipliait les probabilités de problèmes d’addiction. Ainsi, des études ont démontré que les enfants de familles aisées rencontrent plus de problèmes de drogues que les autres, sans doute à cause d’une pression plus forte et d’une plus grande absence parentale. Ces enfants encourent plus de risques de souffrir d’anxiété, de dépression, de toxicomanie ou de troubles alimentaires. Le binge-drinking est également plus en vogue dans les classes aisées qu’ailleurs. Les addictions sont aussi plus fréquentes à l’âge adulte : on retrouve 27% de plus d’alcooliques chez les adultes aisés que chez les autres.

    L’addiction à l’argent lui-même

    La volonté d’aisance peut devenir une addiction en elle-même. Comme l’explique le Dr. Tian Dayton, le besoin compulsif d’argent est reconnu comme faisant partie des « addictions comportementales », comme la dépendance au jeu, au sexe ou à la nourriture. Tout comme les addictions à certaines substances, ces dépendances produisent un effet chimique sur le cerveau qui altère l’humeur (comme la dopamine). L’addiction à l’argent engendre des comportements compulsifs qui empiètent progressivement sur le bien-être et la sérénité des personnes qui en sont les victimes.

    De quoi relativiser si vous n’avez pas obtenu une augmentation cette année.

    Nous ne gagnons plus de l’argent pour vivre: nous vivons pour gagner de l’argent.

     

    Source : Huffingtonpost.com sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    PORTES OUVERTES À > L’ATELIER DES COULEURS DE THISNES CE DIMANCHE 23

    ccc.jpg

    PORTES OUVERTES à > l’Atelier des Couleurs et ses secrets à Thisnes entre 11 et 17 h.

    Dans le cadre de la Journée de l'Artisan ce dimanche 23 mars 2014

    cc.jpg

    Loin des impersonnelles grandes surfaces de vente de peintures,l'Atelier des Couleurs et ses secrets est une boutique-atelier qui prône la richesse des peintures, patines et enduits décoratifs naturels  et réalise vos projets de décoration intérieure à base de matériaux sains afin d'apporter une âme à vos lieux de vie.

    at couleurs.jpgUtilisés depuis la nuit des temps en décoration, chaux, argile, caséine, colle de peau, cire, résine végétale, pigments... renaissent et servent à fabriquer des couleurs et matières qui créent émotion, suscitent étonnement, conservent l'authenticité des murs ou les modernisent dans le respect du savoir-faire artisanal et traditionnel mais tout d’abord de votre santé et de vos exigences d’aujourd’hui.

    Passionnée par la couleur et la matière, je n’ai de cesse d’explorer la palette infinie qu’offrent ces produits et de partager mon expérience lors de stages. Une belle occasion pour apprendre à confectionner vos peintures et enduits maison à moindre coût ou mettre un meuble de famille au goût du jour.

    Dans l’Atelier règne un joli chaos coloré où les produits en vrac et les pigments se côtoient avant de valoriser les projets de peinture ou de patine en cours. Des échantillons déclinés selon l’air du temps ou de mes envies sont disposés çà et là pour vous inspirer. Quant aux murs, ils font chanter les couleurs et vibrer les matières afin de choisir celles qui parlent le mieux à vos sens.

    On retrouve également l'esprit récup du moment avec des meubles de styles divers patinés, des objets de hasard, des idées cadeaux, des coups de coeur déco qui rendent l'ambiance conviviale.

    Alors à dimanche …. > Marie Dormal

  • Imprimer

    UN EXEMPLE À NE PAS SUIVRE > ÉOLIENNES DE 200 M DE HAUT À 700 M DES HABITATIONS (VIDEO)

    Projet3.jpg

    De EPAWplatform -- Estinnes, Hainaut en Belgique --

    La firme allemande Enercon est en train d'y installer la centrale éolienne onshore qui a les plus grandes éoliennes d'Europe et du monde. Chaque turbine fait 200 mètres de haut.

    Le promoteur éolien Windvision avait d'abord proposé un parc d'une vingtaine de machines de 2 à 3 MW mais au dernier moment, il a réussi à imposer un parc de turbines inconnues à ce jour, des 6 MW qui ont déjà été poussées, au mépris de la législation, à plus de 7 MW. Le ministre wallon de l'énergie a inauguré ce parc en 2009 avec le commissaire européen à l'énergie. La Commission européenne soutient en effet directement ce projet.

    Les premières maisons des riverains sont à moins de 700 mètres de ces turbines géantes. Six machines sont installées sur les 11 prévues, et les problèmes de bruit commencent ! La vidéo ci-dessus montre quelques témoignages des habitants des villages d'Estinnes, de Bray et de Vellereille.

    La vidéo de 17’ > http://www.youtube.com

    Source > JLG Janssens. “Futur voisin” des éoliennes de Merdorp

  • Imprimer

    VILLE DE HANNUT > AVIS À LA POPULATION > RÉUNION D’INFORMATION SUR LE DOSSIER ÉOLIEN

    Proje22t1.jpg

    Réunion d’information sur le dossier d’implantation d’un parc éolien (9 unités) à Hannut (Thisnes, Merdorp, Wansin) par la scirl TECTEO

    Suite au retrait, par le Ministre Henry, du refus de permis délivré par l’administration Walonne à la scirl TECTEO pour l’exploitation de ce parc éolien sur la territoire hannutois,et au complément apporté à l’étude d’incidences sur l’environnement, une nouvelle enquête publique se tiendra du 21 février au 24 mars 2014.

    Le Collège communal vous invite à une réunion d’information sur ce dossier le lundi 17 février à 20h à la Salle Patria, rue des Chiroux à Thisnes. 

    Source « Par le Collège » > Le député-Bourgmestre Hervé Jamar & La Directrice générale Amélie Debroux > Source photo thisnes.be

  • Imprimer

    TOP 10 DES JOBS QUI RENDENT LE PLUS MALHEUREUX

    shutterstock_125871293b.jpg

    Une étude récente, menée aux États-Unis auprès de 24 000 employés évaluant 250 jobs différents, dresse la liste des emplois qui procurent le moins de satisfaction aux travailleurs. 

    Le degré de satisfaction est mesuré sur une échelle de 5, par ordre croissant, et est calculé sur la base de huit facteurs : l’équilibre travail et vie, la relation avec les collègues, l’environnement de travail, l’équipement mis à la disposition des travailleurs, les avantages extralégaux, les opportunités d’évolution, la culture d’entreprise et les tâches quotidiennes. 

    Voici donc le top 10 des jobs qui procurent le moins de satisfaction : 

    1. Analyste  

    Degré de satisfaction : 2,914
    Salaire moyen (chiffres américains) : 55 000$
    Sources d’insatisfaction : opportunités d’évolution, culture d’entreprise, équipement mis à la disposition des travailleurs.
     

    2. Opérateur  

    Degré de satisfaction : 2,938
    Salaire moyen (chiffres américains) : 35 000$
    Sources d’insatisfaction : culture d’entreprise, avantages extralégaux.

    3. Coordonnateur de programme 

    Degré de satisfaction : 2,950

    Salaire moyen (chiffres américains) : 40 000$
    Sources d’insatisfaction : culture d’entreprise, management

    4. Technicien de pharmacie 

    Degré de satisfaction : 2,954
    Salaire moyen (chiffres américains) : 32 000$
    Sources d’insatisfaction : opportunités d’évolution (les moins bien notées de tous les métiers)

    5. Enseignant 

    Degré de satisfaction : 2,963
    Salaire moyen (chiffres américains) : 42 000$
    Sources d’insatisfaction : culture d’entreprise, management, avantages extralégaux 
     

    6. Acheteur principal 

    Degré de satisfaction : 3,039
    Salaire moyen (chiffres américains) : 62 000
    Sources d’insatisfaction : management et avantages extralégaux 
     

    7. Commis  

    Degré de satisfaction : 3,048
    Salaire moyen (chiffres américains) : 33 000$
    Sources d’insatisfaction : culture d’entreprise (la moins bien notée de tous les métiers)

    8. Assistant (dans l’enseignement)  

    Degré de satisfaction : 3,053
    Salaire moyen (chiffres américains) : 61 000$
    Sources d’insatisfaction : équipements mis à la disposition des travailleurs et culture d’entreprise 
     

    9. Ingénieur  

    Degré de satisfaction : 3,099
    Salaire moyen (chiffres américains) : 70 000$
    Sources d’insatisfaction : culture d’entreprise, management et équipements mis à la disposition des travailleurs

    10. Responsable du service clientèle 

    Degré de satisfaction : 3,144
    Salaire moyen (chiffres américains) : 30 000$
    Sources d’insatisfaction : culture d’entreprise et avantages extralégaux
     

    Source : Business Insider via > http://www.references.be

     

  • Imprimer

    FRANCKY TIFFANY’S > LE LANCEUR DE COUTEAU DE BELGIUM'S GOT TALENT CONDAMNÉ !

    Projet3.jpg

    Faimes: le lanceur de couteau de Belgium's Got Talent condamné pour avoir laissé mourir un chien avec un collier trop serré (vidéos)

    Un illusionniste et lanceur de couteaux âgé de 53 ans, qui a participé à l’émission «Belgium’s Got Talent», a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Liège. Cet habitant de Faimes (Ancien habitant de Hannut) avait laissé grandir un chien avec un collier trop serré et lui avait occasionné des souffrances graves.

    Cet homme a été condamné à une peine de 6 mois de prison avec sursis, à une amende de 5.500 euros avec sursis pour la moitié et à une interdiction à vie de détenir toute espèce animale.

    En 2010, la SRPA (Société Royale Protectrice des Animaux) était intervenue au domicile du prévenu, connu sous le nom d’artiste de Francky Tiffany’s, pour mettre fin aux souffrances d’un chien. Cet animal avait été retrouvé sous-alimenté, privé de soins et porteur d’un collier trop serré. Le cou du chien s’était développé pendant plusieurs mois autour de ce collier qui s’était incrusté dans la peau au fil de sa croissance.

    Le prévenu s’était désintéressé du sort de cet animal qui était hébergé chez lui mais qui appartenait à sa belle-fille. Il l’avait laissé dépérir. L’animal avait été euthanasié par la SRPA afin d’abréger des souffrances dues à un étranglement de longue durée.

    L’homme est un professionnel du spectacle qui utilise notamment les animaux dans le cadre de ses représentations. Il exerce en qualité d’illusionniste et de lanceur de couteaux. Il avait notamment été sélectionné en 2012 par le jury de l’émission de RTL-TVI «Belgium’s Got Talent». L’interdiction à vie de détenir un animal l’empêchera d’utiliser encore des animaux dans le cadre de ses activités professionnelles.

    Notre premier article sur cette affaire > ICI

    Les vidéos de l’artiste :

    Première & deuxième prestation à Belgium's Got Talent > ICI

    Source RTL.be > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be/896621 Photo > JCD

  • Imprimer

    BRAIVES: L'APPEL AU SECOURS D'UNE MAMAN MENACÉE D'EXPULSION AVEC SA FILLE DE 13 ANS

    1115775828_B971676679Z_1_20131224090313_000_GNS1MV88F_1-0.jpg

    Trouver un logement quand on est chômeuse, pas facile, dénonce Katia Demeulemeester.

    C’est un véritable appel au secours que lance cette maman de Braives. Depuis un an, Katia Demeulemeester (52 ans) et sa fille de 13 ans occupent un logement de transit du CPAS à Fallais. « Un an », c’est le maximum autorisé, vient de lui rappeler le CPAS qui la menace d’expulsion.

    Vendredi, elle a reçu une convocation à comparaître le 14 janvier prochain devant la justice de Paix de Hannut.

    Katia Demeulemeester n’est pas une inconnue de nos lecteurs. Il y a quelques années, nous l’avions rencontrée dans le cadre d’un tout autre dossier, celui du meurtre de la taverne chantante, à Latinne (Braives).

    Déjà en recherche de logement, elle avait réussi à louer la maison dans laquelle Isabelle Hody avait été retrouvée morte assassinée dans sa baignoire. Elle avait même prêté son concours lors de la reconstitution du crime en interprétant le rôle de la victime et en se couchant dans la baignoire.

    La suite dans La Meuse Huy-Waremme de ce mardi.

    Source > Rédaction en ligne de M-CL.G sur > http://www.lameuse.be/888408