Informations générales - Page 2

  • PROCHAINEMENT À LENS SAINT REMY (HANNUT) > MARCHE ADEPS « POINT VERT 16ÈME ÉDITION

    Le 4 juin 2017 > Site du CARMEL de Lens-Saint-Remy (de 7h30 à 17h30)

    Parcours : 5 – 10 – 15 et 20 kms

    Site « Natura 2000 » - Sentiers « PICS VERTS »

    « Chevées » - Lens-Saint-Remy – Abolens – Blehen – Poucet – Lens-Saint-Servais – Geer

    A partir de 12h00 :          BARBECUE 14,00 euros (dessert compris)

                    (Enfants -12 ans : 6 euros – 1 saucisse)

                    Pains saucisses – bar

    CONTACT > Jean Gilis : 019/51.15.68 – Bénédicte Dubrunquez : 0498/30.44.50 > Philippe Creten : 0478/83.23.29 – Marie-Christine Amat : 0474/65.66.09

    Afin d’organiser au mieux cette journée, nous demandons aux personnes intéressées par le repas de bien vouloir réserver SVP !.

    Les membres de l’ASBL,

    Toujours le dimanche 4 juin 2017 & dans le cadre de la Marche ADEPS

    Balade guidée « Découverte du site Natagora d’Hollogne-sur-Geer » pour les enfants à partir de 5 à 12 ans

    Départ en bus sur la place du Carmel de Lens-St-Remy à 10h

    Gratuit sur réservation au : 0474/65.66.09 avant ce 28/05/2017

    Organisé par l’Asbl SHERE, avec le soutien des « Voyages Peeters » dans le cadre de la Journée Marche ADEPS

    Aller et retour en car – participation gratuite sur réservation au 0474.65.66.09

  • THISNES (HANNUT) > UN NOUVEAU LIVRE D’ANDRÉ MOTTET, > UN HESBIGNON AU PATOIS SENTANT BON SA TERRE >

    « NOSS’LINGADJE, WALLON(s) Dél HèsBAYE » Ouvrage de 192 pages entièrement en Wallon > Préface de Bruno Heureux.

    Fier de ses racines ancrées en terre de Thisnes-en-Hesbaye, André Mottet, nous propose, dans cet ouvrage, une superbe balade aux accents, senteurs et sonorités d’un wallon bien de chez nous.

    Sans la citer, son invitation évoque une réflexion de mon ami Julos Beaucarne : « Le wallon, c’est le latin venu à pied à travers les âges. » Bien vu, car il en a pris du temps, le wallon, pour traverser les siècles jalonnés de guerres, d’époques rutilantes ou de disette ; car il lui en a fallu du génie pour arriver jusqu’à nous, se faisant petit, malin, finaud, frondeur pour survivre aux chausse-trapes de l’histoire, mais se révélant gourmet et gouailleur pour savourer les temps de grâce, de ripailles et de kermesses.

    Pour Julos, LE wallon est un terme générique regroupant tous les patois de racine romane parvenus jusqu’à nos contrées. Car le latin, prolifique en enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants, s’est métissé au fil de l’âge et de ses rencontres, multipliant cousinages autochtones, alliances étrangères, fréquentant princes et besogneux, courtisant reines et soubrettes, côtoyant riches et va-nu-pieds, rêvant avec poètes et chemineaux, partageant sa couche dans les draps de lin des châteaux et sur la paille des granges… Si bien que, s’échappant peu à peu de l’emprise de l’ancêtre latin, les langues wallonnes ont aussi, progressivement et le plus souvent, quitté les autoroutes des puissants pour emprunter les chemins de traverse du temps qui prend le temps de le perdre, tout en découvrant le vécu des gens « d’en bas » ; sentiers caillouteux et sentes sinueuses ont alors mené les wallons à la rencontre des peuples régionaux dont ils se sont imprégnés des coutumes, odeurs, traditions, expressions, accents, métiers… bien différents d’une région à l’autre. Chacune de ces dernières faisant preuve de telles originalité et personnalité qu’il n’est pas interdit de penser, audacieusement, certes, que « patois » pourrait aussi signifier « Pas toi », mais « Moi… à l’identité différente de la tienne, même si son rayonnement ne dépasse pas les limites de ma région, voire de mon village ! » En résumé, « pas toi, mais moi, différent de toi, et fier de l’être ! »

    En cours de périple, une de ces langues wallonnes a fait étape dans la campagne hesbignonne, pensant s’y reposer avant de poursuivre sa route. Mais, rapidement séduite par les qualités de cette belle région, elle s’y est installée et y a pris racine. C’est que les gars y étaient beaux et vigoureux au travail, les filles avenantes et accueillantes, même pour l’étranger, la terre généreuse en moissons de blé d’or et en grasses récoltes de betteraves ; c’est aussi que chaque métier y était façonnage d’artisan et chaque ouvrage œuvre d’art ; que le houblon (em)brassé y compensait généreusement la sueur pleurée dans l’effort du labeur ; que les danses et musiques populaires y rythmaient les fêtes annuelles et familiales ; que l’humilité, la simplicité, l’entraide et le bon sens y épiçaient le quotidien… en résumé, que la vie y était dure, certes, mais bonne à partager avec les voisins…. Et c’est ainsi qu’est est né ici, a grandi et s’est perpétué « Noss’ lingadge, walon dèl Hèsbaye ».

    Pourtant, il n’y a pas si longtemps, l’évolution industrielle, économique, technologique, informatique, gavée à l’unique rentabilité en vue d’un égoïste profit, a peu à peu tué les métiers d’antan, leurs outils, les termes de leur usage. Si bien qu’aujourd’hui, pareil à ses frères et cousins, le wallon de chez nous est devenu une espèce en voie de disparition, un chef d’œuvre en péril. Au point qu’un jour, ma plume n’a pu s’empêcher de traduire en quelques mots ce que les gens d’ici ressentaient :

     "Mon pays, c’est un patois qui nous vient d’autrefois ;

     C’est l’odeur d’un terroir peu épris de la gloire ;

     C’est encore une langue qui va mourir exsangue

     Si les vieux des villages n’en font plus l’élevage.

     Ce constat pessimiste, André Mottet l’a fait, lui aussi. Mais, fier de ses racines, nourri au wallon d’amon nos ôtes, élevé dans les rugueuses mais enrichissantes valeurs familiales hesbignonnes, s’harmonisant aux saisons rurales qui ont rythmé sa vie, l’homme s’est confié comme mission de protéger de l’oubli un patrimoine et une culture humanistes, qu’il veut transmettre aux générations prochaines sous la forme d’ouvrages en wallon de chez nous. Une démarche généreuse, que personne, mieux que lui, n’aurait pu entreprendre.

    Vous en doutez ? Regardez, alors, le personnage, venir à vous : moustaches gauloises au vent, chaussures accusant lieues et arpents parcourus dans une glèbe généreuse, sempiternel chapeau, qui en a vu des soleils et des averses, abritant un regard pétillant, l’homme prend le temps de partager l’instant présent avec vous, voisins ou « étrangers » de passage….vraiment, avec un peu d’imagination, on pourrait penser qu’à l’image de notre wallon, André Mottet est, lui aussi, venu à pied, du fin fond des âges !!!

     Non, n’exagérons pas, l’ancien régisseur des domaines royaux n’est pas venu de si loin. Mais, une fois à la retraite, fidèle à ses aïeux qui ont façonné cette terre et entretenu sa langue si belle, André Mottet a fait de l’écritoire l’endroit de prédilection pour concrétiser son entreprise de sauvetage du wallon de chez nous. Armé de dictionnaires, grammaires et lexiques de toutes sortes, il s’est lancé dans une aventure aux facettes variées : traduction de pièces pour le théâtre local, revisite d’auteurs régionaux et parfois d’ailleurs, compositions et réflexions personnelles enracinées dans un passé riche d’anecdotes savoureuses et de sagesse ancestrale, escapades chez d’autres langages voisins… Son cheminement littéraire et historique, André l’a tracé avec un vrai talent, avec la rigueur et la justesse d’un linguiste, avec le regard affectueux du paysan respectueux de la terre, de ses chemins creux, des haies où nichent les oiseaux propriétaires ou locataires de l’endroit, de ses rares bosquets, derniers refuges pour le petit gibier...

     Merci, André, pour le plaisir que tu m’as donné lors de la découverte de tableaux dignes de grands peintres, paysagiste ou portraitistes, transposés au gré de ta plume inspirée. Merci, particulièrement, pour mon coup de cœur personnel qu’a été la relecture, en wallon, de nombreuses fables de La Fontaine ; au point que, selon moi, ce dernier, par son bon sens et celui de l’observation des gens, mériterait, à titre posthume, la médaille d’honneur de vrai Hesbignon !!!

     Amis lecteurs, vous l’avez compris, cet ouvrage est synonyme de plaisir ; celui de redécouvrir les charmes subtiles et enivrants d’une langue aux sonorités et accents parfois imités ailleurs mais jamais égalés ; celui, aussi, de découvrir une région au travers d’un homme qui, avec amour et reconnaissance, parle de sa terre natale et des gens d’ici au travers d’un langage unique, celui de chez nous. Car, autant que la langue française à qui les destinait Yves Duteil, notre wallon mérite, lui aussi, les compliments de ces quelques vers du célèbre poète-chansonnier :

    « C'est une langue belle, avec des mots superbes,

     Qui porte son histoire à travers ses accents,

     Où l'on sent la musique et le parfum des herbes,

     Le fromage de chèvre et le pain de froment »

    Bruno Heureux, poète-chansonnier, > Thisnes-en-Hesbaye, février 2017.

    Le livre est disponible au prix de 15€ chez l’auteur > 019/63 76 46 ou > andrémottet47@gmail.com

     INTRODUCTION

    Sauf indication contraire, les textes présentés dans ce recueil, sont rédigés en wallon liégeois en respectant en principe l’orthographe FELLER ou celle proposée par Jean HAUST dans son Dictionnaire Liégeois, réédition de 2008.

     En principe également, lorsqu’un mot connaît plusieurs variantes selon les sous-régions du dialecte liégeois, nous avons systématiquement choisi la variante se rapprochant le plus de celle pratiquée par l’auteur ou utilisée dans la région de Hannut-Huy-Waremme, sinon celle qui est indiquée comme telle par J.HAUST.

     Outre les indications grammaticales dudit J.HAUST, le Manuel pratique de Grammaire Wallonne, de Joseph BERTRAND et Jo DUCHENE, fut notre principale référence grammaticale.

     Le Dictionnaire de wallon liégeois, de Simon STASSE, réédition 2015, nous aida également pour la conjugaison correcte de certains verbes difficiles.

     Dans ce recueil, nous avons privilégié le wallon liégeois pour la traduction d’auteurs célèbres, comme Jean de LA FONTAINE, Alphonse DAUDET, Gabriel CHEVALLIER, Alphonse ALLAIS, etc. et réservé en général le wallon de THISNES-en-HESBAYE (jadis Thisnes-lez-Hannut ) pour les compositions tirées de notre imagination.

    Ce wallon de Thisnes appartient à la famille du centre-wallon, proche du namurois, mais les spécialistes considèrent que le village voisin CREHEN constitue l’extrême limite du dialecte liégeois.

     Ainsi l’entité hannutoise peut-elle se parer d’un titre de «Creûj’lêye dèl walon’rêye» puisqu’aussi bien y parle-t-on au moins trois dialectes différents selon les villages qui la composent, savoir :

    - Merdorp, qui relève de l’aire du Namurois ;

    - Grand-Hallet, Petit-Hallet, [Hannut], Thisnes et Wansin, apparentés au centre-wallon comme ORP-JAUCHE ;

    - Avernas, Bertrée, Blehen, Cras-Avernas, Poucet, Trognée, Abolens [Hannut], Crehen, Villers-le-Peuplier, Lens-St-Remi, Moxhe et Avin, qui revendiquent l’aire du Liégeois.

     On notera qu’à Thisnes, la dramatique locale joue exclusivement en Liégeois depuis la dernière guerre (à défaut d’auteur du cru ).

     Faut-t-il encore dire, qu’outre ces différentes appartenances, les accents locaux compliquent la tâche des écrivains qui tentent de reproduire à l’écrit, le langage oral de leurs parents ; ce n’est pas Jules J.MASY qui me contredira avec son accent typique de Moxhe.

     Et Thisnes n’est pas en reste avec ses deux accents selon qu’on habite « al Grond-route » ou « è Mignawégn’ »

    Les textes en wallon de Thisnes se veulent en principe d’éviter l’affreux accent en « aign’ » proche de Crehen, mais nous n’oserions pas jurer qu’une exception ou l’autre ne trahit pas une ascendance Crehinoise.

    Par ailleurs, une double ascendance paternelle de Hemptinne (Eghezée); nous avait bercé d’un chaleureux et fascinant langage namurois, et c’est sans peine que les études et le service militaire nous confinèrent en pays namurois, sans oublier nos errances footbalistiques à Merdorp.

     Tout cela pour vous dire le plaisir de faire intervenir dans nos textes le merveilleux Charles MASSAUX, rwè dès minteûrs namurwès.

     Le Lexique brabançon (Dion-le-Val et environs), de l’Abbé Albert MASSAUX , facilita nos écritures en Namurois, mais nous révélèrent également quelques savoureuses expressions et anecdotes de la vie wallonne.

    Enfin, certains textes ou expressions du monde rural et surtout agricole, trouvèrent pareillement appui sur le remarquable ouvrage Des gens et des bêtes de Jean-Jacques GAZIAUX, éd. à Jodoigne en 1999, une référence extraordinaire pour une époque hesbignonne peut-être révolue, mais qui était celle de nos parents et grands-parents et que nous avons encore si bien connue dans notre enfance,…il y a à peine 50 ans !

    Priyîre divant dè scrîre è walon 9

    TEXTES è Thîn’wès :

    Påters d’on djårdinî 10

     Dèl djote 12

     On tchampion à Mièrdo 16

     Mémwère 17

     Croco-liyon 28

     Charlie-Hebdo 29

     Nos avons sti sins courant 33

     Novèles 43

     Sint-Nicolèye 47

     L’ ètèr’mint da Batisse 49

     Gazètis 51

     Neûre frake 52

     Mi tchèt èt m’tchîyère d’èglîse 53

     Marie-Tèrése à k’fèsse 55

     Li via èt l’raskignou 59

     Thîn’ 61

     Tchérète 63

     Li payîzan qui coure après s’via 65

    TEXTES è Lîdjwès

    Fåves da Jean de LA FONTAINE

    Li Frimouche èt l’Cok d’awous’ 67

     Li Lîve èt li Tortue 69

     Li Cwèrbå èt li R’nå 71

     Li Rat dèl vèye èt l’Rat dès Tchamps 73

     Li Leû èt l’Ognê 75

     Li bèzèce 77

     Li Rin.ne qui s’voléve fé ossu grosse qu’on Boû 79

     Li Leû èt l’Tchin 81

     Li djône feume avou s’pot å lècê 85

     L’ Ågne èt sès mêsses 89

     Li cinsî èt sès èfants 93

     Li Rat èt l’Èlèfant 95

     Li Mosse di ritche èt lès plêtieûs 97

     Li Tchin.ne èt l’rozia 99

    Gabriel CHEVALLIER

     Li curé Ponosse (extrait de Clochemerle) 100

    Dès ôtès scrièdjes

     Lodjî à l'âbe coûte-djoye (traduit de Alphonse Allais) 108

     Tu quoque (traduction) 109

    Li crèyåcion dè monde

    (peûre invancion è walon d’Thîn’)

    Li djoû « zéro »; lès prumîs djoûs 110

     Adam & Eve å paradis 149

     Li dèludje , NOWÉ & ADADA à batia 182

     Priyîre po -z- achèver 199

  • CES 24 & 25 MAI > FESTIVITÉS À POUCET (HANNUT) > EXPOSITION À L’ÉGLISE JUSQU’AU 28

    Mercredi 24 mai - Brocante.

    Il s'agit de la quatrième édition de la "Brocante nocturne". Le succès des 3 éditions précédentes fait de cette manifestation un "évènement régional" (Soyons un peu chauvins !!).

    A titre d'exemple en 2016, 400 emplacements ont été occupés. Nous n'avons pas compté les promeneurs, mais ils étaient nombreux. Il faut dire que la configuration du village de Poucet se prête particulièrement bien à pareille organisation.  Le promeneur (Le chineur en termes de brocante) fait le tour du village et revient à son point de départ en ayant des stands de brocanteurs en continu.

    Pas de zones désertes et pas besoin de revenir sur ses pas. Des buvettes avec petite restauration et des toilettes sont accessibles à différents endroits du circuit. Croisons les doigts pour qu'il ne pleuve pas !!!!!!

    21h > Soirée dansante !

    Les 25 > 27 & 28

    Grande exposition artistique à l’église Poucettoise !

    Avec > Béatrice LIBOTTE > Solange NOEL > Martine ROBAZZA > Josée POLLEUNUS

    Le jeudi 25 mai (Ascension)

    A partir de 8h30 > Balade ancêtres et de prestige

    9h30 > Concentration de VW & Exposition de peintures à l’église (Aussi les 27 & 28 mai de 14 à 18h)

    12h00 > Dîner barbecue

    13h30 > bar à cocktails

    CARL VALENTIN > Magie de close up

    FANFARE ROYALE > «Le Progrès» de Braives

    18h00 > Souper barbecue

    21h00 > Soirée de clôture

    => Parking sécurisé réservé uniquement aux véhicules participants à la balade.

  • HANNUT CE SAMEDI 27 MAI > PORTES OUVERTES À L’ÉCOLE « LES ORCHIDÉES »

  • HANNUT > UN BAS DE LAINE DE 1,230 MILLION D’EUROS

    Lors du dernier conseil communal, l’échevin des finances, Olivier Leclercq a présenté les comptes 2016 de Hannut. Intéressants quand on sait qu’ils reflètent la situation financière réelle d’une commune.

    À l’ordinaire, le compte se clôture par un boni général de 714.000 euros. « Si on y ajoute des provisions pour plus de 550.000 euros, notre bas de laine s’élève à 1,230 million » , a lancé, satisfait, l’échevin.

    A l’extraordinaire, la commune a investi en 2014 pour près de 4 millions d’euros, principalement dans les voiries (44 %), la rénovation du site de la Saline (25 %) et dans le logement public (18 %). Les travaux à l’Oratoire des Pères Croisiers représentent 2 %.

    « Cela représente un investissement de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 23/05/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur > Votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 23/05/2017

  • LENS-SAINT-REMY (HANNUT) > LE FIN DES REPAS À LA SALLE DE VILLAGE

    À Lens-Saint-Remy, c’est la construction d’un nouveau réfectoire qui est prévu.

    Montant des travaux : 450.000 euros subsidiés là aussi à concurrence de 86 % par la Fédération Wallonie Bruxelles, le solde étant pris en charge par la Ville.

    Cette construction était nécessaire, selon le bourgmestre. À l’heure actuelle, les enfants prennent leur repas de midi… dans la salle du village qui se trouve en face de l’école. Ce qui n’est pas … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 23/05/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur > Votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 23/05/2017

    Illustration > http://ecolescommunales.hannut.be

  • HANNUT > EXIT LES VIEUX MODULES ! BIENTÔT CINQ NOUVELLES CLASSES À THISNES

    Le projet de construction de cinq nouvelles classes à l’école communale de Thisnes (Hannut) vient de connaître une avancée majeure.

    Jeudi soir, les élus locaux ont approuvé l’acquisition de deux terrains pour la somme de 196.000 euros.

    Le premier, pour construire le bloc de 5 classes. « Le second pour récupérer un peu d’espace vert. Une partie de ce terrain sera également aménagée en parking, ce qui dégagera de l’espace de stationnement dans la rue » , a indiqué le bourgmestre Manu Douette.

    Chantier au printemps 2018

    Ce dossier scolaire a été initié en 2005/2006, en même temps que celui de la construction de la nouvelle école de Grand-Hallet. « Au départ, nous avions prévu d’agrandir l’école en ajoutant un étage au bâtiment actuel. Mais ces travaux se sont révélés plus chers que la construction d’un nouveau bâtiment. C’était hors budget » , se souvient Manu Douette.

    Les élus ont donc dû revoir leur copie. Et c’est ainsi que leur choix s’est arrêté sur la construction d’un nouveau bâtiment dont le coût … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 23/05/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur > Votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 23/05/2017

  • À LA DÎME (WASSEIGES) > SOUS LE PONT « BAL FOLK » CE VENDREDI 26 MAI - 20H30

    En droite ligne d'Avignon, SouLePont vient faire danser à la Dîme

    Libre de toute étiquette musicale, entre musique traditionnelle, jazz et musiques actuelles, SousLePont compose pour la danse.

    Dans les bals folks et partout où le public se laisse guider, la musique fraîche et inventive des trois musiciens, leur énergie pleine de contrastes mettent de la fantaisie dans les pieds des danseurs.

    Ce qui les caractérise, c'est une instrumentation insolite et un répertoire original composé pour danser en couple surtout, mais pas seulement.

    Léa Lachat, accordéon

    Raphaël André, trombone

    Guillaume Viala, xylophone

    Pour  découvrir    C’est ici !

    On profite de leur passage en Belgique pour les accueillir à la Dîme. Un beau cadre et de la (très) bonne musique, des musiciens pleins d'énergie et de talent, de l'espace pour la danse, une sonorisation impeccable de bonnes bières et de bons jus au bar, que demander de plus ?

    Plein de bons danseurs !

    Entrée : 12€ > Prévente : 10€ > Étudiant moins de 25 ans : 5€ > Article 27 : 1,25€