Faits divers - Page 2

  • Imprimer

    HANNUT – JUDICIAIRE > « NOUS IRONS JUSQU’AU BOUT DE CETTE AFFAIRE »

    Le grand-père de Sidney n’avait pas été placé dans le bon cercueil

    La famille Metior est déterminée à poursuivre le combat mené à la mémoire d’August, décédé le 4 septembre dernier.

    Les funérailles de ce Hannutois de 92 ans s’étaient déroulées de manière affreuse. À l’insu de la famille, le corps avait été placé dans un autre cercueil que celui de leur choix et les proches s’étaient recueillis devant un cercueil vide sans le savoir. La famille avait également découvert que le croque-mort avait laissé le défunt en pyjama.  

    Cinq mois après ces funérailles désastreuses, la famille est toujours sous le choc. « La dernière image que j’ai eue de mon grand-père, c’est lui vêtu de son pyjama et non pas du costume que j’avais apporté à l’entrepreneur des pompes funèbres. Savoir que l’on s’est recueilli devant un cercueil vide nous a également grandement peinés. C’est un manque de respect. »

    Comme il nous l’avait expliqué en septembre dernier, Sidney a découvert la supercherie parce qu’il a … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 06/02/2018

    Comble de l’horreur, une fois le cercueil ouvert, Sidney a constaté que son grand-père n’était pas en costume mais toujours en pyjama. Le costume était enfoui dans un sac en papier au fond du cercueil. Heureusement, au terme de ces événements catastrophiques, Sidney avait pu compter sur l’humanité du personnel du crématorium de Court-Saint-Etienne.

    Après les faits, Sidney a déposé plainte auprès de la police de la zone … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 06/02/2018

    Alain Deldime, lui, s’en tient à sa ligne de défense : il s’agit d’une regrettable erreur Une explication qui choque l’épouse de Sidney.

    « Je ne crois pas à l’erreur »

    « Je ne crois pas une seconde à l’erreur. Si cela avait été effectivement le cas, nous aurions pu le … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 06/02/2018

    C’était une vraie mascarade ! Toute cette affaire nous a causé beaucoup de peine » conclut-elle, en larmes.

    Source > Aurélie Bouchat sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 06/02/2018

    Sur ce blog, notre premier article sur le sujet > HANNUT > LES FUNÉRAILLES TOURNENT AU DRAME > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2017/09/10

    AUTRE ARTICLE sur cette page de votre journal > « Alain Deldime a été frappé au crématorium » 

    L’article succin en ligne libre > http://www.sudinfo.be/id37820

    L’article au grand complet pour les abonnés à le version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/187564

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET > UNE EXPERTISE SUR LE PASSÉ EN PRISON DE MÉDOT

    D’ordre criminologique, elle doit aussi analyser sa réinsertion

    En toute logique, c’est ce vendredi que l’on devrait vraisemblablement savoir si le dossier du meurtre de Chantal Humblet (53), à Hannut en mai 2017, allait être renvoyé devant les assises.

    Mais des devoirs complémentaires ont été requis par les avocats de la défense, début de semaine. L’un d’eux consiste, pour Stéphane Médot, le meurtrier présumé, en l’analyse de son passé carcéral et de sa politique de réinsertion à sa sortie de prison. 

    C’est ce vendredi que le juge la chambre du conseil devait, en principe, statuer sur le renvoi du dossier du meurtre de Chantal Humblet devant, plus que vraisemblablement, les assises.

    En principe, car la séance ne durera finalement que … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    C’est le 24 mai 2016 que le corps sans vie de la pédicure hannutoise de 53 ans avait été retrouvé sans vie dans son domicile de Lens-Saint-Remy. Cette mère de famille sans histoire avait été ligotée et étouffée à l’aide d’un chiffon. L’enquête avait permis, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    … / … Enfin, le troisième devoir consiste en une expertise d’ordre criminologique cette fois. « En bref, les faits qui ont été commis et la personnalité de M. Médot sont à mettre en rapport avec la politique de réinsertion dont il a fait l’objet. Il a passé près de dix ans en détention … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    … / … Si ces devoirs sont acceptés, quelques semaines, voire mois, pourraient potentiellement s’ajouter à l’agenda jusqu’ici imaginé dans cette affaire. On annonçait ce procès en assises comme l’un des premiers de 2018, fin avril-début mai. À voir si un tel délai pourra encore être maintenu.

    Pour l’heure, Stéphane Médot soutient toujours la thèse d’un vol qui a mal tourné. « Il est mal et très déprimé. Il voudrait revenir en arrière et exprime des regrets. Il n’est pas … / …

    Source > E.D. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale ! > http://huy-waremme.lameuse.be/185797

    Les deux derniers articles de 2018 sur cette affaire >>>

    08 janvier > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/08/les-grands-proces-de-2018-pour-huy-waremme-hannut-244917.html

    22 janvier > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22/meurtre-de-la-pedicure-a-hannut-sabrina-joannes-sort-de-pris-246092.html

  • Imprimer

    MANŒUVRES MILITAIRES SUR LE TERRITOIRE DE HANNUT DU 31 /01 AU 02/02

    Le commandement militaire de la Province de Liège nous informe des différentes manœuvres militaires qui auront lieu sur le territoire de la Ville de Hannut.

    Unité : Bataillon ISTAR

    Description de l’activité militaire : exercices en véhicules à roues en terrain civil

    Nombre du personnel militaire : 60

    Nombre de véhicules à roues : 19 de type Pandur, Unimog, Lynx, Dingo et Jeep

    Il est recommandé de faciliter au maximum le déroulement de ces exercices et de ne pas vous exposer aux dangers qu’ils pourraient occasionner.

    Plus de renseignements sur le site « Facebook » du Commandement militaire de la Province de Liège. > https://www.facebook.com/ComdtMilProvLIEGE/

    Source > Ville de Hannut

  • Imprimer

    TECHNOLOGIE > 8 BELGES SUR 10 ESCLAVES DE LEUR SMARTPHONE

    Une étude dépeint le comportement des belges face aux nouvelles technologies

    Les jeunes rivés à leurs téléphones qui se désintéressent de leur environnement, c’est une image devenue omniprésente dans nos sociétés. Une étude menée par l’université de Gand fait un état des lieux de ces accros au smartphone. Les résultats sont édifiants ! 

    Menée par l’université de Gand auprès de 2.345 Flamands, une étude détaille le comportement des Belges face aux écrans.

    Les habitudes wallonnes étant assez similaires à celles de nos voisins flamands, voici le portrait, inquiétant, de cette nouvelle génération qui a grandi un smartphone à la main. Alors que la télévision occupait le haut du podium depuis de longues années, c’est aujourd’hui le smartphone qui nous prend le plus de temps. 8 personnes sur dix avouent même ne pas savoir s’en passer. Les plus de 65 ans et les adultes sont également de plus en plus concernés par ces chiffres alarmistes.

    Mais, sans surprise, ce sont les jeunes qui ont le plus de difficultés à se passer de leur téléphone. Ceux qui sont nés après 1985 ont en effet grandi avec la technologie, elle fait donc naturellement partie de leur quotidien. Même si leurs habitudes ont aussi évolué. Alors que les SMS étaient les plus plébiscités, aujourd’hui, ce sont les messageries telles que Whatsapp ou Messenger qui ont la cote. Attendre une semaine pour voir le prochain épisode de leur série préférée semble également impensable pour les accros au numérique. L’avènement de Netflix a en effet insufflé de nouveaux comportements comme le bingewatching (regarder tous les épisodes d’une série en une fois).

    Se mettre au régime

    « Nous souffrons massivement « d’obésité numérique », une surdose de … L’article complet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 27/0/2018

    Source > Fanny Jacques sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 27/0/2018

  • Imprimer

    HANNUT - JUDICIAIRE > ILS AVAIENT TAGUÉ DES CROIX GAMMÉES

    En aveux, les prévenus ont agi plus par bêtise que par méchanceté. Ils risquent une peine de travail

    Ce jeudi, les auteurs des tags de croix gammées, retrouvées dans la rue de Villers et la rue de la Crosse à Villers-le-Peuplier (Hannut), ont comparu devant le tribunal correctionnel de Huy. Il s’agit d’un Hannutois de 20 ans et d’un Gembloutois de 19 ans.  

    En août 2016, la ville de Hannut et plus particulièrement la rue de Villers et la rue de la Crosse à Villers-le-Peuplier, avaient été vandalisées à plusieurs reprises à l’aide de bombes de peinture rouge et blanche. Des croix gammées avaient été découvertes sur le pont situé en-dessous du contournement mais aussi sur des panneaux de signalisation, une porte de garage, une boîte aux lettres et du mobilier en béton. En septembre 2016, la police de Hesbaye-Ouest avait interpellé les deux auteurs.

    Ce jeudi, lors de l’audience, les deux jeunes hommes ont été invité à se défendre concernant les faits qui leur sont reprochés. Aucun d’eux n’a nié les faits, qu’ils regrettent amèrement. « À l’époque, j’étais dans une mauvaise passe. J’étais … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 26/01/2018

    Symbole de haine

     … / … Aujourd’hui, les deux amis prennent davantage conscience du message porté par de telles dégradations. Le juge Maglioni a toutefois tenu à leur faire la morale. « Vous vous rendez compte que la croix gammée signifie … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 26/01/2018

    … / …. Le plus jeune est retourné vivre chez ses parents et a repris sa vie en main. Le second, un Hannutois père de famille, a revu ses priorités. « J’ai fait des … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 26/01/2018

    … / … ces jeunes ont agi plus par bêtise que par méchanceté et vu l’absence d’antécédents, le parquet requiert pour les deux prévenus une peine de travail avoisinant les 75 heures. En ce qui concerne les parties civiles, le propriétaire de la porte de garage réclame 250 euros à titre définitif, tandis que la Ville de Hannut réclame 1 .000 euros de dédommagements pour le nettoyage des dégradations. Jugement le 22 février.

    Source > Laura Marchese sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 26/01/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/182573

    Sur ce blog les différents reportages consacrés de 2016 :

    Le 10/08/2016 > HANNUT: DES CROIX GAMMÉES TAGUÉES DANS LES RUES DE VILLERS-LE-PEUPLIER sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

    Le 12/08 /2016 > VILLERS LE PEUPLIER (HANNUT) « ILS S’EN FOUTENT ET RECOMMENCENT À TAGUER » > sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

    Le 14/08 2016 > TAGS À VILLERS LE PEUPLIER (HANNUT)> DIDIER HOUGARDY CONSEILLER MR INTERPELLE LE COLLÈGE > sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

    Le 31/08 2016 > HANNUT > LE RAVEL À NOUVEAU TAGUÉ > DE NOUVELLES CROIX GAMMÉES TRACÉES AU SOL > sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

  • Imprimer

    HANNUT > PROJET DE LOI > VISITE DOMICILIAIRE > ILS SONT INQUIETS

    La commission de l’Intérieur de la Chambre a débuté ce mardi son examen du projet de loi controversé sur les visites domiciliaires, qui devraient permettre l’interpellation de personnes en séjour illégal en Belgique à l’endroit-même où elles logent.

    A Hannut, ce projet de loi en fait bondir certains. Et même beaucoup, devrait-on dire. « Récemment, un groupe informel s’y est constitué pour accueillir des migrants (de 30 à 50 environ) chaque fin de semaine. Toutes les personnes montrent ainsi concrètement leur désaccord avec la politique menée au niveau fédéral », réagit le Hannutois Philippe Lederer dans une lettre ouverte postée sur Facebook et adressée à tous les partis et en particulier au MR et son bourgmestre Manu Douette.

    Jeune retraité de 67 ans, Philippe Lederer lui demande d’intervenir « auprès de nos représentants MR au parlement pour éviter que ne passe cette loi en discussion actuellement. Et si cette loi devait passer, je te … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 24/01/2018

    Seuls le cdH et Ecolo ont répondu à cette interpellation. Manu Douette étant retenu pour des raisons familiales, nous n’avons pas pu le faire réagir à son tour.

    Dans un bref communiqué, Benoît Cartilier, chef de groupe cdH, a réaffirmé la position de son parti à l’égard de ce projet de loi « très … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 24/01/2018

    Chez Ecolo, le conseiller Frédéric Piret-Gérard a fait suivre au Hannutois la motion de « commune hospitalière » du CNCD. C’est à son initiative qu’elle a été débattue en commission communale fin de l’année passée puis, quelques semaines plus tard, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 24/01/2018

    … / … « À Hannut , nous avons des MR, et même des très haut placés, qui hébergent chez eux des migrants, et au Fédéral, les libéraux agissent comme s’ils s’en foutaient », peste-t-il.

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 24/01/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/181623

  • Imprimer

    CIPLET > 3 ANS DE PRISON AVEC SURSIS POUR UNE CULTURE DE CANNABIS

    Le tribunal correctionnel de Huy a condamné mercredi trois individus qui avaient été impliqués dans une culture de 667 plants de cannabis à Ciplet (Braives) en 2016 et 2017.

    Les individus avaient installé plusieurs chambres de culture dans une luxueuse villa louée à des propriétaires partis en Espagne et qui ignoraient les activités qui se déroulaient chez eux.

    L’affaire avait éclaté le 11 juillet 2017 lorsque la police avait arrêté deux individus qui chargeaient une camionnette avec du matériel de culture et des pots contenant des plants de cannabis. En tout, 667 plants avaient été découverts dans la camionnette et dans la villa que les deux protagonistes vidaient au moment de l’arrivée des policiers.

    Dans cette luxueuse villa, appartenant à … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/181843

    . Selon les calculs du parquet, le système aurait généré des gains évalués à 177.000 euros.

    Un Jalhaytois âgé de 29 ans a été condamné pour avoir installé cette culture de cannabis. Il a écopé d’une peine de 3 ans de prison avec sursis pour la moitié. Son complice, impliqué lui aussi dans la culture, a été condamné à une peine de 2 ans avec sursis pour la moitié.

    Le «loueur» des lieux affirmait qu’il n’était pas … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/181843

    Source > BELGA via > http://huy-waremme.lameuse.be

    Sur ce blog, l’article de la découverte juillet 2017 > UNE CULTURE DE 700 PLANTS DE CANNABIS À CIPLET > Sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2017/07/12

  • Imprimer

    MEURTRE DE LA PÉDICURE À HANNUT: SABRINA JOANNES SORT DE PRISON

    La chambre des mises en accusation a permis à Sabrina Joannes de retrouver les siens, sous bracelet électronique, ce vendredi.

    Le procès de la quadragénaire et de son ex-amant pour le meurtre de Chantal Humblet est prévu aux assises pour la fin avril-début mai.

    Le 24 mai 2016, le corps sans vie de Chantal Humblet, une pédicure sans histoire, avait été retrouvée à son domicile de Lens-Saint-Remy (Hannut) ; elle avait été ligotée et étouffée à l’aide d’un chiffon. L’enquête avait permis, grâce aux caméras de surveillance de la station-service toute proche et à l’agenda de la pédicure, de remonter jusqu’à Stéphane Médot (37), un ancien braqueur hutois, ainsi que sa compagne de l’époque, Sabrina Joannes (40), d’origine liégeoise, gardienne de prison alors en congé maladie.

    Premier procès de l’année

    Le trentenaire soutient qu’il s’agit d’un vol qui a mal tourné, il prétend que c’est dans la panique qu’il aurait étouffé la victime ; Sabrina Joannes a quant à elle déclaré qu’elle ignorait même, après les faits, que la victime était décédée. Elle soutient avoir … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/179974

    … / … La chambre du conseil avait plusieurs fois permis à cette maman de trois enfants de poursuivre sa détention chez elle, mais la chambre des mises en accusation avait toujours réformé cette décision… Jusqu’à ce jeudi : «  Notre cliente est vraiment effondrée par la tournure que les événements ont pris » , expliquent … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/179974

    Source > SWS sur > http://huy-waremme.lameuse.be/179974