- Page 4

  • HANNUT > RÉSERVER LA DATE DANS VOTRE AGENDA > "BESTIARUM HUMANIMALIS"

    c2480b990586c44435008d4551df4a4e.jpg

    Le Centre culturel et la Ville de Hannut sont heureux de vous inviter à la réouverture de la Galerie d'Art du Château Mottin et au vernissage de l'exposition de JEMMY LAMAR ; "BESTIARUM HUMANIMALIS" (Le Bestiaire Humanimal), qui aura lieu le vendredi 3 octobre 2014 à 19h30 à la Galerie d'Art du Château Mottin rue de Landen 23 à 4280 Hannut nous en apporte la preuve

    Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=6Vrdln0FOCc

    "BESTIARUM HUMANIMALIS" : Faire surgir l’étrange dans le familier (par Lucien Rama, critique d'art)

    A découvrir le vendredi 3 octobre à 19h30. > Vernissage de l'exposition des œuvres de Jemmy Lamar.  Galerie d'art du Château Mottin à Hannut.

    «Mêlant dessin et encre de Chine, Jemmy Lamar met en lumière un monde polymorphe aux enjeux multiples. Il ne s'agit pas ici d'un art gratuit, décoratif et insignifiant : c'est un travail qui veut porter un témoignage de son temps et dont les personnages principaux pensent et vivent une existence vraie et souvent douloureuse.

    Humour et émotions se dégagent de ce bestiaire ou l’animal et l’humain sont intimement mêlés. Au gré d’une sélection d’encres envoûtantes, ce jeune artiste, autodidacte, pose un regard sur l'animalité et le rôle ambivalent de l'humanité, partagé entre la destruction de la planète et le sacrifice de tous les êtres vivants.6712796723fa414b9b872e39116623d4.jpg

    Ce jeune artiste pluriel, metteur en scène, et photographe, n'a jamais cessé de s'intéresser de près aux problèmes d’environnement de notre planète. Et son travail dans le domaine des arts visuels nous en apporte la preuve.

    En littérature, un bestiaire désigne un manuscrit regroupant des fables et des moralités sur les « bêtes », animaux réels ou imaginaires. Le « BESTIARUM HUMANIMALIS » présenté au Château Mottin de Hannut, c'est autre chose, c'est plus qu’un remarquable jeu de mots !

    Il y brouille les champs de la création et de la perception. Questionnant les formes, les limites de la représentation et de la vision, Jemmy Lamar ouvre les portes à des personnages foisonnants où se mêlent les traits de l’invisible et du réel, créant des lieux où se mêlent l'étrange et l'inattendu.

    Mais derrière cette satire, un rien surréaliste, derrière ce ballet précieux, il y a une invitation à explorer avec « humour et gravité » des mondes graphiques, à la fois si proches et si lointains.

    Son but n’est pas de faire de la belle image, il tient à dépasser la simple fascination pour mener un vrai travail de réflexion sur la nature humaine et le respect de notre terre.

    Nourrie par une culture exigeante, secondée par une écriture ciselée, cette approche, assez littéraire, est aussi très politique. Elle est le fruit d'une vision poétique personnelle, un rien facétieuse. Mais c’est dans ce sens, que l’on y retrouve, à la fois l’univers d’Hans Bellmer ou de la tradition Mithila, cet art pictural de l'Etat du Bihar, du nord-est de l'Inde.

    Quel plaisir de découvrir un jeune qui s’approprie un thème universel et inépuisable, tout en n’échappant pas à l’extrapolation des attitudes animalières et à leur réinvention.

    Très riche en contenus et en symbolique, ce «Bestiarum» demeure une invitation au voyage fantastique qu’il ne faut pas manquer.

    Voilà un peintre qui a quelque chose à dire et qui le dit, certes, d'une façon vigoureuse, parfois sombre, toujours sans concession. Mais son regard sait voir les injustices et les violences contemporaines avec une efficacité certaine: à nous d’ouvrir «grand» nos yeux…»

    10610515_916287665052786_12551446754757896_n.jpg

    Source > Lucien Rama >Critique d’art >Aiap-Unesco via le CCH

  • BIENTÔT > PETITS DÉJEUNERS OXFAM LES 11 ET 12 OCTOBRE, DANS VOTRE RÉGION !

    gocc1746.jpg

    Semaine du commerce équitable

    Dans notre région, les petits déjeuners auront lieu le dimanche 13 octobre à Hannut, au Collège Sainte Croix, rue de Crehen, 1 (de 8H à 12H) ;  à Waremme, au Collège Saint Louis, Avenue de la Régence, 30 (de 8H à 12H). Entrée : 5€/adulte et 3€/enfant.

    Pour cette édition des petits déjeuners, et à l’occasion des 50 ans, Oxfam-Magasins du Monde a décidé de mettre sous les projecteurs un produit que nous consommons quotidiennement, notamment au petit-déjeuner : le jus d’orange. Derrière ce jus de fruit apprécié, il y  a tout un secteur particulièrement touché par les disfonctionnements du système du commerce international. Aux petits déjeuners Oxfam, les citoyens pourrons s’informer et découvrir une coopérative de producteurs au Brésil, qui parvient à résister au système via la pratique du commerce équitable.

    L’orange : 99% de concentré de pouvoir

     

    dossier-cartel-orange.jpg

     

    Au Brésil, les petits producteurs subissent de plein fouet les travers de commerce international dont les règles ne profitent qu’à une poignée d’acteurs. Trois multinationales se partagent ce marché juteux.

    Ces dernières fixent les prix qu’ils payeront aux producteurs tout au long de l’année. Les uns après les autres, les paysans abandonnent leurs vergers, émigrent vers les zones urbaines ou se font engager en tant que travailleur par ceux qui ont causé leur perte.

    Relayer notre campagne et aidez-nous à rassembler le plus grand nombre de citoyens aux petits-déjeuners Oxfam !

  • METIER: ZOOM SUR LES VENDEURS. « LE COMMERCIAL DOIT AVANT TOUT ETRE PASSIONNE »

    Commerciaux.jpg

    Septembre voit affluer les CV dans les boîtes mail des DRH de grandes entreprises qui engagent régulièrement des commerciaux.

    Quel profil « sales » cherchent-elles réellement ?

    Le bon commercial, vous l’imaginez comment ? Avec une bonne connaissance de son produit, de son marché et de ses clients, résistant au stress, capable d’empathie, avec de bonnes capacités relationnelles et d’élocution mais aussi avec une bonne présentation et une solide force de persuasion.

    C’est toujours d’actualité même si, en 2014, d’autres éléments jouent Silke Siems est DRH chez L’Oréal Benelux. L’entreprise emploie 840 personnes en Belgique et compte quatre grands secteurs : les produits « grand public » (vendus en grandes surfaces avec des marques comme L’Oréal Paris et Garnier), les produits professionnels pour coiffeurs (Redken et Kérastase, notamment), les produits de pharmacie (Vichy, Innéov) et le luxe (Lancôme, Yves Saint Laurent…). Selon les divisions de la société, le travail de «sales » diffère. « Le commercial qui travaille avec les grandes surfaces comme Delhaize ou Carrefour doit négocier avec les acheteurs de ces entreprises. Il doit être rapide et bon en négociation », explique Silke Siems. « Celui qui va voir les coiffeurs, c’est complètement différent. Il y a énormément de communication. Il doit être capable de s’adapter à la personne qu’il a en face de lui », ajoute-t-elle.

    Quels profils « sales » L’Oréal Benelux cherche-t-elle ? « On aime bien les gens avec de l’expérience, même 2 ou 3 ans ou avec des backgrounds très différents », poursuit la DRH. «Le Key Account Manager qui négocie avec Carrefour ou Delhaize doit avoir un diplôme universitaire. On a aussi des « trainees » qui, juste après l’école, sont intégrés dans une équipe et aident des Key Account Managers. Un commercial auprès des coiffeurs est généralement bachelor mais pas nécessairement».

    Côté salaire, difficile d’avoir des montants. Tout au plus sait-on qu’un « sales » chez L’Oréal Benelux a un salaire fixe plus des primes, une voiture, un Gsm, des chèques-repas et une assurance groupe. « Tout cela, cela peut paraître normal en Belgique mais chez nous, on est vraiment bien sur ça, comparé aux autres entreprises », ajoute la DRH. Chaque année, l’entreprise recrute environ une quinzaine de commerciaux et une dizaine de Key Account Managers.  Sans oublier d’autres fonctions dans le marketing, la logistique ou le controlling.

    Au final, quelles qualités demande-t-on réellement à un bon vendeur ? « On aime avoir des gens passionnés par le business et les clients. Dans le secteur de la beauté, on vend du rêve. Dans le luxe, les prix sont plus élevés et les gens cherchent quelque chose de plus. On doit être capable de parler de la valeur ajoutée de nos marques », conclut la DRH, précisant que les postes ouverts sont généralement repris sur le site web de l’entreprise. Septembre étant un mois où nombre d’étudiants fraîchement sortis postulent en entreprise.

    PAGES D’OR : 130 DÉLÉGUÉS COMMERCIAUX …… Lire la suite ...

    Source > LAURENCE BRIQUET sur > http://www.jobsregions.be

  • COMMENT DECROCHER LE STAGE IDEAL ?

     

    Student_shutterstock_213231613.jpg

    Le stage reste l’un des meilleurs moyens de s’assurer un emploi à la sortie des études, ou en tout cas une expérience probante sur son CV.

    Pour ce faire, l’étudiant doit bien sûr réussir son stage mais, avant toute chose, il faut le choisir avec soin. Mode d’emploi…….

    Tomber sur un "mauvais stage" (tâches insignifiantes ou sans rapport avec la spécialité de l'étudiant, mauvais encadrement, peu de considération...) signifie pour l'étudiant perdre son temps et également une belle opportunité de progresser dans ses compétences.

    Cela peut arriver qu’un étudiant ne se plaise pas dans un stage. Si le travail est trop administratif ou ne correspond pas à sa spécialité de dernière année, par exemple, explique Pascale Slocque, responsable des stages à HEC-ULg.

    Pour éviter cela, la meilleure chose à faire est de bien choisir son stage. Comment faire pour s'assurer un stage de rêve, avec une possibilité d’embauche à la clé ou, au pire, une bonne expérience qui fera mouche sur votre CV ?

    Définir ses objectifs

    Choisir un stage de dernière année, c’est aussi choisir la direction que l'on veut faire prendre à sa future carrière. Il s'agit donc de réfléchir avant toute chose à ses aspirations et à ses attentes, pour être préparé à négocier un stage qui sera vraiment bénéfique en fonction de vos envies.

    Si vous êtes un peu perdu quant à la suite de votre carrière, le stage peut aussi être l’occasion d’y voir un peu plus clair en "testant" les vocations que vous pressentez.

    S’y prendre bien à l’avance

    La procrastination est typiquement estudiantine, mais repousser le moment où vous entamerez vos démarches de recherche est le meilleur moyen de vous retrouver avec un stage décevant. Pour vous assurer un bon stage, ou même vous offrir le luxe d'en refuser un qui ne répond pas tout à fait à vos attentes, commencez vos recherches bien à l'avance.

    Par ailleurs, tout au long de votre cursus (conférences, travaux, networking, contacts), ne négligez aucune opportunité de vous faire des contacts décisifs dans le monde de l'entreprise. Ils pourront se révéler utiles le moment venu.

    Savoir où chercher

    Si vous n'avez pas une idée précise de l'entreprise dans laquelle vous souhaitez effectuer votre stage, plusieurs possibilités s'offrent à vous.

    Tout d'abord, les universités et hautes écoles mettent souvent à disposition des élèves un registre d'entreprise qui cherche des stagiaires. Pour choisir son stage, mieux vaut une entreprise demandeuse, qui a déjà accueilli des étudiants de l’école et qui sait comment sa fonctionne, explique Pascale Sloque. Pour HEC-ULg par exemple, je dispose d'un registre avec toutes les entreprises qui sont demandeuses de stagiaires. Il est consultable par tous ceux qui le souhaitent.

    Et pour connaître les coulisses des stages proposés, renseignez-vous parmi les étudiants des années précédentes. Interrogez-les sur leur stage, ce qu'ils ont pu retirer de la formation, et qui parmi eux a reçu une proposition d'emploi ensuite. Comme ils se trouvent à présent dans la vie active, ils peuvent également vous renseigner sur les entreprises qui cherchent à engager de jeunes talents.

    Oser être exigeant

    Gardez toujours à l'esprit que ce n'est pas parce que vous êtes encore un étudiant que vous n'avez rien à offrir à l'entreprise. Vous avez fait des études, vous avez de la valeur et vous n'êtes pas obligé d'accepter le premier stage que l'on vous propose. C'est une erreur que trop d'étudiants font, déclare Marie, étudiante en dernière année de relations publiques. Pour son stage de fin de cursus, Marie a postulé dans une boîte de communication qui l'intéressait beaucoup. Là-bas, on lui a proposé un stage qui ne l'intéressait pas : J'étais sûre de pouvoir trouver mieux ailleurs, même si la boîte était géniale. Je l'ai refusé et j'ai expliqué que mes attentes étaient différentes. Finalement, on m'a donné le stage dont je rêvais.

    Mieux vaut donc faire attention au département auquel la société veux vous confier, bien analyser le contenu de la fonction proposée et ne pas se laisser impressionner par les responsables de l'entreprise. Au final, je suis ravie d'avoir osé refuser cette première offre, ajoute Marie. La personne qui en a finalement hérité a d'ailleurs été très déçue.

    Ne foncez jamais tête baissée sur le premier stage que l'on vous propose et n’hésitez pas à le refuser ou à le renégocier. Si vous avez mené une large recherche et que vous vous retrouvez avec plusieurs offres, prenez le temps de les examiner à tête reposée. Pesez le pour et contre, en prenant en compte la culture d’entreprise et votre projet de carrière à long terme, pour enfin choisir l’endroit qui vous apportera le plus.

    Source & Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • CE SAMEDI 27/09 > CLUB N DANCE > HANNUT (MARCHÉ COUVERT)

    10359556_725122327523296_5799530352954230677_n.jpg

    RADIO CONTACT, PLUG RTL, LINKA AND MONDELLO'G, EFP & MB'S EVENTS présentent CLUB N DANCE TOUR

    Une nouvelle saison, une nouvelle expérience...

      CLUB N DANCE affirme son nom... Après quelques dates estivales à travers la Wallonie,

    Alors? Qu'attendez-vous pour noter cette date du 27 septembre dans votre Smartphone?

    LINE UP  > Les meilleurs sets deejay's avec la présence de ………..

    SONIK > https://soundcloud.com/arno_metropolis

    Linka&Mondello'G > https://soundcloud.com/deejay-mondello-g

    Joss Mendosah > https://soundcloud.com/deejay-joss-mendosah

    Dj B.O.S.S. > https://www.facebook.com/deejay.boss

    LM BROS > https://soundcloud.com/lmbros

    Dj MC > https://www.facebook.com/pages/Deejay-Mc/142663465811885

    Lucas Crapanzano > https://soundcloud.com/lucas-crapanzano-w

    INFOS > Entrée sur place : 9€ PAS DE PRÉVENTE !

     Bière à 1€ de 21h00 à 23h00.

     Compilation CLUB N DANCE offerte aux 200 premières entrées

     Animation avec AYA et les Lazers Boys.

    FAN PAGE FACEBOOK LIKE IT! CLUB N DANCE > https://www.facebook.com/pages/CLUB-N-DANCE/475925882442943

    ✖✖ MARCHÉ COUVERT (Hannut) ✖✖rue des Combattants, 1; 4280 Hannut

    Sécurité garantie. > La direction se réserve le droit dentrée.

    Source > https://www.facebook.com

  • PROCHAINEMENT AU CCBB > EXPOSITION D’ARTISTES

    CCBB.jpg

    ANDRE SPRUMONT > Artiste peintre autodidacte.

    Il peint depuis un demi-siècle, sculpte et écrit. Il s’engage dans l’abstraction lyrique et poétique après des débuts figuratifs.

    Il est titulaire de plusieurs prix et ses œuvres sont représentées dans différents musées, collections publiques et privées tant en Belgique qu’à l’étranger.

    BERNARD PIERRE > Découverte de la terre en 2007 avec Germaine Fiévez.

    Il a eu l’honneur d’avoir comme maître Jacques LOLY qui lui a donné goût au tournage et aux cuissons de grès au bois dès 2008. Une année à l’académie de Charleroi avec Christian Mazy l’initie aux émaux. Il joue avec les associations bois, métal pour en faire des œuvres aussi bien utilitaires que décoratives.

    Le dimanche 28 septembre 2014 de 14h à 19h.

    Centre Culturel Braives-Burdinne  > Chemin du via, 20 > 4260 Braives > (Ancienne Gare de Braives) > 019/54.92.50 –

  • HANNUT ET WAREMME: LE SERVICE INCENDIE RECRUTE

    1459715116_B973620993Z_1_20140921190219_000_G0G35MAC3_1-0.jpg

    Samedi, les épreuves communes de sélections physiques pour élargir le cadre des sapeurs-pompiers ont eu lieu en commun pour les casernes de Hannut et de Waremme.

    Si une cinquantaine de personnes s’étaient inscrites, seule une quarantaine de candidats se sont présentés

    Les tests ont commencé sur la piste d’athlétisme de l’IPES de Waremme où les candidats se sont pliés à l’épreuve de course sur une distance de 600 m.

    Ils sont ensuite allés à la salle de sports du collège St-Louis où les autres tests avaient lieu. Parmi tous ces candidats, une fille, Sarah Orban, 22 ans de Hannut, est fraîchement diplômée infirmière. Si deux candidats sur trois ont réussi les sélections, ce n’est malheureusement pas son cas.

    La jeune femme reconnaît un manque de préparation. «  Je viens de terminer mes études et d’être brevetée infirmière, mais j’ai eu une seconde cession et je n’ai consacré que trois semaines à mon entraînement. Ce n’est pas assez », reconnaît-elle.

    Tous ceux qui ont satisfait à cette première sélection devront encore passer une entrevue orale avec les staffs des deux postes afin d’évaluer leur motivation. «  Nous investissons sur vous, nous avons besoin de vous, la motivation réelle et l’engagement sont des valeurs très importantes  », leur a dit le capitaine des pompiers de Hannut, Marc Duvivier.

    Au total, une dizaine de places sont disponibles pour les deux postes de Waremme et de Hannut. Les meilleurs candidats seront avertis avant la mi-octobre de leur incorporation prochaine

    Source > Rédaction en ligne de AI.D sur > http://www.sudinfo.be/1107523

  • PLUS DE 7 000 CANDIDATS SE SONT PRESSES AU SALON TALENTUM

     

    Talentum%20Liège%202014.jpg

    Gros succès pour le Salon Talentum, mercredi passé.

    Plus de 7 000 candidats s'y sont déplacés, aguichés par les 700 offres d'emploi qui étaient proposées. Retour sur cette initiative très favorablement accueillie par les employeurs liégeois.

    Les recruteurs étaient, à la fin de la journée, littéralement épuisés. Nous avons collecté plusieurs centaines de CV, se réjouit Laurence Bilquin, responsable du capital humain de l'hôpital CHC. Cette édition a été un franc succès. Nous y avons non seulement reçu la preuve tangible de notre attractivité, mais aussi et surtout rencontré de multiples candidats qui sont susceptibles de nous intéresser.

    Ces candidats, qu'il s'agisse du CHC ou des autres recruteurs (ils étaient plus d'une soixantaine à Liege Airport, ce mercredi après-midi), ont effectivement bénéficié d'une écoute attentive. C'est ce qui fait l'intérêt d'un tel salon, confirme Stéphane Moreau, administrateur délégué de Nethys. Nous pouvons rencontrer des gens qui, si nous nous étions uniquement basés sur la lecture de leur CV, seraient peut-être passés inaperçus. Ces candidats ont pu expliquer leur parcours à des recruteurs qui s'étaient précisément déplacés pour leur prêter toute leur attention.

    Plus de 7 000 candidats se sont donc pressés au Salon Talentum, amplifiant le succès de la première édition et provoquant même un embouteillage sur l'autoroute y donnant accès. Ils ne sont pas venus pour rien, car il y avait, très concrètement, 700 offres d'emploi à pourvoir, précise Grégory Hulstaert, Marketing Manager de Références. Pour les recruteurs, c'est donc un gros travail de suivi qui s'annonce : relire les CV et les notes issues des rencontres, sélectionner celles et ceux qui seront appelés pour entamer un processus de sélection.

    Les profils qui se sont déplacés ? De tous types, constate Xavier Naveau, directeur des ressources humaines de Techspace Aero. Nous avons rencontré des ingénieurs tout récemment diplômés, des anciens techniciens d'ArcelorMittal, mais aussi des parents qui venaient nous demander quelles études pourraient assurer un emploi à leur enfant.

    À chaque candidat, les recruteurs disent avoir tenu un discours de vérité…. Lire la suite

    Source © Maxime GdalewitchTexte: Benoît July sur> http://www.references.be