HANNUT GALERIE MOTTIN > LIONEL PEINT SUR DES CRÂNES ET DES INSECTES

Cet artiste de 27 ans réalise un travail minutieux hors du commun, avec de l’encre de chine 

Lionel Lebeau, un Liégeois de 27 ans, tente à travers son art une résurrection graphique de ce qui fut autrefois vivant. Il amène l’art sur un 570_Exposition_ Lionel_Lebeau_ 026.jpgterrain où on ne l’attend pas : il recouvre littéralement les insectes et les crânes d’encre de chine. Une exposition à découvrir à la Galerie d’art du Château Mottin jusqu’au 7 mars.  

Nul ne peut rester indifférent face aux œuvres insolites de Lionel Lebeau. Dans un travail de minutie, cet artiste s’aventure sur un terrain où le public ne l’attend pas et assemble les contrastes les plus extrêmes tels le blanc et le noir, la vie et la mort, l’ancien et le moderne. « Je recouvre des crânes d’animaux et des insectes à l’encre de chine. Je fais du dessin automatique à dimension organique », exprime le jeune homme, diplômé depuis peu de l’école des Beaux-Arts de Liège.

Cette dimension organique s’exprime par le côté intuitif de l’artiste et est basée sur la vie, l’échange et le ressenti. « Concrètement, je nettoie les crânes de manière à retrouver le blanc naturel de l’os. Certains peuvent être abîmés, mais c’est aussi ce qui fait la beauté de la pièce. Elle a un vécu, c’est ce qui la rend spéciale. Le blanc qu’on voit, c’est l’os à nu. Chaque pièce est unique et a son propre dessin qui évolue, qui grandit en quelque sorte tout seul selon les spécificités, les contrastes de l’ossement. C’est à chaque fois un nouveau challenge. »570_Exposition_ Lionel_Lebeau_ 036.jpg

Lionel Lebeau travaille non seulement sur des crânes d’animaux de nos contrées mais aussi sur des crânes d’espèces plus exotiques, comme la tortue, le lion ou le crocodile. « Je viens de faire deux nouvelles acquisitions : le crâne d’un buffle d’Afrique et un crâne humain du 19 e siècle. »

Le temps passé sur chaque pièce est colossal. Ainsi, il lui aura fallu près de 35h de travail pour recouvrir le crâne et les bois d’un cerf. « Mais ce qui prend le plus de temps, c’est le travail réalisé sur insectes », confie Lionel.

Les insectes

570_Exposition_ Lionel_Lebeau_ 049.jpg

Les techniques de travail sur les insectes, les arachnides ou encore myriapodes, diffèrent considérablement de celle utilisée sur les os.

Fasciné par le monde des insectes depuis son enfance, Lionel Lebeau ne se contente pas de recouvrir chaque parcelle de … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce lundi 27/02/2017

Source > CYNTHIA CHAROT sur votre journal LA MEUSE de ce lundi 27/02/2017

L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/node/49790

 

 

Les commentaires sont fermés.