TROIS ESCARGOTS EN TERRE DE POÉSIE > LA RUBRIQUE DE BRUNO HEUREUX

Trois escargots en terre de poésie

                Chaque année depuis 18 ans, le Centre Culturel de Braives-Burdinne a l’idée géniale d’organiser un concours d’écriture ; celui-ci recueille un très beau succès auprès des enfants, adolescents et adultes, de toute la région francophone… sauf, une fois encore,  dans les écoles hannutoises, qui n’y participent que rarement et/ou très parcimonieusement.

Dommage pour les organisateurs qui se donnent beaucoup de mal - et de plaisir aussi pour mettre sur pied une initiative utile au service notre belle langue de plus en plus massacrée, notamment par les jeunes - mais, il n’y a pas qu’eux - dans les SMS, les messages sur Facebook et Tweeter. Dommage aussi pour les écoles absentes et pour les enfants qui auraient eu l’occasion de faire travailler leur imagination, de soigner leur expression écrite et de « confronter » leurs textes aux écrits d’enfants de leur âge provenant d’autres milieux.

                Cette année, le thème était poétique,  inspiré par « Trois escargots », une œuvre du poète belge Maurice Carême ;  je ne résiste pas à la tentation de la partager avec vous.

Trois escargots

J'ai rencontré trois escargots

Qui s'en allaient cartable au dos

Et dans le pré trois limaçons

Qui disaient par cœur leur leçon

Puis dans un champ, quatre lézards

Qui écrivaient un long devoir.

Où peut se trouver leur école ?

Au milieu des avoines folles ?

Et leur maître est-il ce corbeau

Que je vois dessiner là là-haut

De belles lettres au tableau ?

Maurice Carême.

                Regard d’enfant, décor champêtre, mots de tous les jours, imagination féconde, simplicité de bon aloi, voilà, en très bref résumé, ce que l’on peut dire de ce texte d’une subtile limpidité dont l’auteur est mondialement connu en  francophonie… si ce n’est en Belgique où il a tendance à être injustement sous-estimé, voire oublié.

                L’écriture de Maurice Carême a eu le don d’inspirer aux poètes en herbes et/ou qui s’ignoraient  des textes d’une qualité remarquable ; le grand poète de chez nous aurait été fier de ses disciples. Parmi ces poésies, l’une a fait l’unanimité, tant par son écriture que par son contenu chargé de sens profond intimement lié à l’actualité. Je vous invite à le lire et à vous laisser pénétrer.

Utopie d’escargots

Trois escargots, en caravane,

S’avançaient parmi les bardanes,

Cœur serré et sac au dos,

En chemin vers l’Eldorado.

Le premier, plein de nostalgie,

Sans papier et loin du logis,

Maudissait cette quête insensée,

Qui, loin des siens, l’avait lancé.

Le second rêvait de bocages

Propices à poser ses bagages

Et faisait des songes, appelés

Liberté et fraternité.

L e troisième, resté loin derrière,

Termina son rêve éphémère

Ecrasé en toute indécence

Sous une semelle d’indifférence.

Sophie Schmitz

 

                Maman de deux jeunes enfants, cette dame « d’amon nos’autes », écrit régulièrement : toujours pour son plaisir, souvent pour s’évader, parfois pour exprimer son ressenti face aux événements et problèmes du monde d’aujourd’hui.

                En lisant son texte, un double sentiment m’a tout de suite m’envahi, le respect empreint l’humilité : en tant que journaliste-chroniqueur et poète-chansonnier, j’ai, à plusieurs reprises déjà, parlé de l’exode des migrants ; mais, jamais, je n’ai réussi à traiter ce thème aussi complètement en si peu de lignes, avec la maîtrise de Sophie Schmitz, sa justesse des idées, des mots, des images, du non-dit qui en dit tellement.

Bravo et merci, Madame, pour ce petit bijou et faites-nous le plaisir d’en ciseler beaucoup d’autres encore, de la même qualité.

Source > Bruno « Heureux » … d’avoir découvert votre talent.

Les commentaires sont fermés.