Imprimer

INFO BOULOT > LES SOURCES DE STRESS AU TRAVAIL

13_1019.jpg

Bruit, environnement de travail, relations avec les collègues... Ces paramètres influencent notre bien-être ou mal-être au travail...

1. Le bruit

Les recherches démontrent de plus en plus que le bruit ne fait de bien à personne. Il commence pour beaucoup d'entre nous dès le matin dans les embouteillages et ne s'arrête qu'une fois sortis des embouteillages du soir. Si vous devez en plus travailler dans un environnement bruyant, il est normal que vous souffriez d'un certain stress. Un des témoins de cette nuisance est le tourisme. Les gens recherchent de plus en plus des endroits inhabités où ils peuvent se remettre de la vie quotidienne dans le calme.

L'éclairage > Trop ou trop peu d'éclairage sont également négatifs pour le travail. Par éclairage, nous entendons également la luminosité de l'écran d'ordinateur qui peut être trop fort ou trop faible et peut ainsi provoquer des problèmes.

La température > Beaucoup d'entreprises sont aujourd'hui équipées d'un système d' air conditionné sophistiqué. Cependant, la mise au point du système pose souvent problème. On ne peut pas obliger les gens à subir un courant d'air constant ni les obliger à s'habiller très légèrement à cause de la chaleur. Sans air conditionné, les gens subissent une surcharge supplémentaire lors de vagues de chaleur.

Les risques professionnels > Les personnes qui risquent leur vie tous les jours ou qui risquent une infection par des produits chimiques ou nucléaires souffrent bien sûr d'une tension de travail accrue. Si en plus les mesures de sécurité ne sont pas satisfaisantes, la situation devient catastrophique.

L'ergonomie > Les personnes qui passent la journée devant un ordinateur rentrent souvent chez eux avec des maux de tête ou de nuque. La position de travail a donc son importance lorsque l'on traite de stress. Garder une même position ou faire des mouvements répétitifs sont une chose néfaste pour votre corps.

Le personnel > Certains secteurs souffrent d'un manque cruel de personnel, obligeant certains employés à effectuer le travail pour deux (ou plus). Les secteurs concernés actuellement sont le secteur des soins de santé, de l'enseignement et le secteur informatique.

L'environnement > Si une personne ne se rend pas volontiers sur son lieu de travail, cela peut aussi être lié à l’esthétique de son environnement de travail : certaines couleurs agissent comme stimulants et apaisent, d’autres au contraire sont source de stress. La présence de plantes ou de fleurs peut jouer. S’agit-il d’un bureau paysager, ou bien les travailleurs ont leur propre bureau ? Comment est l’environnement de travail ? La place des différents collaborateurs ? Ce sont des facteurs dont il faut tenir compte quand on veut mettre en place une politique de prévention du stress.

2. Les circonstances de travail

Le travail irrégulier > Le travail en week-end, le travail de nuit et les heures supplémentaires sont également des causes de stress. Un secteur qui est souvent confronté à ce genre de situations est le secteur des soins de santé. Si une infirmière fait la garde de nuit toute la semaine et doit en plus, par manque de personnel, s'occuper des gardes des deux week-ends consécutifs, vous imaginez les conséquences. La vie familiale et le temps libre en pâtissent aussi. Les horaires "flexibles", c'est-à-dire qui peuvent changer à tout moment de la journée ou de la semaine, sont également des facteurs de stress. Dans les cas les plus extrêmes, il se peut que vous n'entrepreniez plus rien d'autre que d'attendre un coup de fil de votre employeur chez vous.

La rémunération > Un salaire trop bas n'améliorera pas votre appréhension du travail. Il a de plus été démontré que les rémunérations à la prestation ou à la commission ne sont pas du tout bénéfiques. Ceci peut paraître étrange puisque ces systèmes ont été inventés pour motiver les gens. L'effet est néanmoins inverse : les gens se sentent mis sous pression pour prester le plus possible. 

 Le manque de perspectives > Votre travail n'offre pas la moindre perspective de promotion? Ou ne pourrez-vous même jamais changer de département? Vous courrez le risque d'aller travailler avec des pieds de plomb et de voir apparaître des signes de stress.

3. Les relations de travail

  • - Vous aimez votre travail, mais vous ne pouvez pas compter sur vos collègues en cas de problème.
  • L'ambiance avec vos collègues est bonne, mais dès qu'arrive le directeur, l'ambiance devient lourde et plus aucune parole amicale n'est prononcée
  • - Vous êtes une des rares femmes dans votre département et comme par hasard, c'est toujours à vous de faire le café.
  • - Vous ne pouvez pas décider vous-même de votre emploi du temps, vous dépendez du rythme de quelqu'un d'autre.
  • - Tous ces éléments sont signe de mauvaises relations sociales. Ils ne faciliteront pas vos journées de travail et vous constaterez que les personnes qui subissent de telles conditions finissent par ne plus supporter la pression.

Nous pouvons donc en déduire que le stress n'est pas une maladie qui n'affecte que les chefs d'entreprise. En effet, les directeurs ont souvent des délais très courts et beaucoup de travail, mais ils peuvent en général décider eux-mêmes de leurs horaires. Ils ne dépendent pas du rythme de travail de quelqu'un d'autre. De plus, ils ont la possibilité de déléguer, ce qui n'est pas le cas des employés normaux.

4. Le contenu du travail

Le contenu de votre travail participe à votre taux de stress. Votre travail est-il trop difficile? Vos délais sont-ils trop courts? Devez-vous faire la même chose tout le temps? Votre chef vous donne-t-il des instructions mais sans jamais dire concrètement ce qu'il attend de vous? Dans ces cas, vous courez le risque d'être stressé.

Source > http://www.references.be

Commentaires

  • Beaucoup de travailleurs et de responsables d'entreprise ignorent les effets nefastes de ces mauvaises conditions des employés. Pourtant, afin de gagner plus de productivité, il suffit de les voir de plus près et arranger la situation.

  • Je vous remercie vivement de ce commentaire oh combien réaliste ! (Je suis l' ancien Président du CPPT des employés d'ArcélorMittal, ...... Alors !)

Les commentaires sont fermés.