• LE MOT DE FIN D’ANNÉE DE BRUNO HEUREUX > VŒUX POUR 2013

    BrunoH11_ 008.jpg

                    Chers amis lecteurs,

                    Permettez-moi de vous appeler « amis » : depuis des années, liée à une étroite proximité locale, une vraie et fidèle complicité amicale nous unit autour de mes articles. Vous me le dites souvent, elle a tissé entre nous des liens de respect et de compréhension, renforcés par l’honnêteté des propos que je livre à votre lecture et/ou méditation, même s’ils ne font pas toujours l’unanimité.

                    J’aurais aimé vous transmettre plus tôt mes vœux pour 2013 ; la trêve des rédacteurs et imprimeurs a reporté jusqu’à ce jour cette mission normalement bien agréable. Normalement ! Car cette année, la forme que j’y donnerai sera moins sereine, moins souriante. En effet, comment ne pas être profondément marqué par le drame de parents qui, comme ceux de l’école de Newton, viennent de perdre un enfant ? 6 adultes et 20 enfants abattus par un déséquilibré armé. Aux USA, six adultes tués par arme à feu, c’est généralement un fait divers. Mais, cette fois, 20 bambins de 5 et 6 ans, sans défense, assassinés lâchement dans leur classe, au printemps de leur vie, cela interpelle ; aux Etats-Unis et partout dans le monde. Oui, « L’horreur est humaine ! » comme disait Coluche. Pourquoi ? Comment est-ce possible ? La détention d’armes à feu n’est-elle pas une bombe à retardement dans une société de plus en plus violente ?  Que faire pour, à l’avenir, éviter de pareilles tueries ?

                    Les simples réponses de bon sens à ces questions ne font pourtant pas l’objet de consensus au pays de l’Oncle Sam. Et les débats parfois virulents qui animent les partisans et les opposants à la détention d’armes occultent une douloureuse réalité : celle des familles à qui un enfant a été arraché. Comment survivre à une telle amputation barbare ? Comme avant ? Impossible, pas comme avant !  C’est le contenu d’une chanson écrite alors que des amis proches avaient perdu un enfant, dans des circonstances moins médiatiques, certes, mais avec les mêmes résultats : le cratère de l’absence et la douleur lancinante, sorte de maladie orpheline qu’aucun remède ne guérit…

     Complainte

    « Leur enfant s’en est allé

    Bien trop tôt, avant eux, c’est injuste !

    Et leur vie s’est comme fanée,

    L’absence et la douleur s’y incrustent…

    Faut pourtant  que la vie recommence !

    Comme avant ? … Impossible, pas comme avant,

    Car il n’y a plus de semence

    De la vie comme elle était avant.

     

    Il leur faut de nouveau sourire,

    Faire la fête sans penser le trahir,

    Ré-ouvrir l’album aux souvenirs,

    Tourner les pages sans trop souffrir…

    Comme on dit, la vie recommence !

    Comme avant ? … Pas vraiment comme avant,

    Elle n’a plus la chaleur intense

    De la vie comme elle était avant.

     

    Qu’il est loin le bout de la nuit

    Vers lequel ils marchent peu à peu ;

    Paraît que le soleil y luit

    Dans un ciel qui parfois est tout bleu…

    Lentement, leur vie recommence.

    Comme avant ? … On dirait comme avant,

    Mais ce n’est qu’une fausse apparence,            

    Leur vie ne sera plus jamais comme avant. »

                    Quels souhaits après ces propos empreints de profonde tristesse ? Ne perdons pas un instant, aimons, de toutes nos forces, nos proches et, espérant notre cœur est assez généreux, l’autre en général. Serrons dans nos bras enfants, petits-enfants, parents, frères et sœurs, amis… Disons-leur, répétons-leur, notre amour, notre amitié, car « on ne dit jamais assez qu’on les aime à ceux qu’on aime ». Et si des différents nous ont séparés d’eux, osons faire le premier pas vers eux, et, même, les suivants.

                    La vie est si courte ! Parfois trop courte ! Et tellement soumise aux imprévus brutaux du destin ! Alors, voir partir des êtres chers, des proches avec le regret de ne pas avoir eu à leur égard les gestes et les mots d’amour, de réconciliation, dont nous aurions pu et dû les réchauffer, quel gâchis !!!

    Dans cet esprit d’humanité quotidienne, bonne année à chacun d’entre vous !

    Source & texte de > Bruno Heureux. 

  • INFO BOULOT > SECTEUR PRIVÉ > PLUS DE 20 EMPLOYÉS = PENSEZ AUX 45 ANS ET PLUS !

    3354326.jpg

    Dès janvier 2013, le secteur privé devra adapter son plan.

    Cet été, les partenaires sociaux ont signé la CCT n˚ 104 (dont copie > F12-065f CCT.pdf  ) concernant la mise en œuvre d’un plan pour l’emploi des travailleurs âgés de 45 ans et plus dans l’entreprise.

    Dès janvier 2013 et pour une durée indéterminée, chaque entreprise du secteur privé comptant plus de 20 travailleurs devra établir un tel plan en vue de maintenir ou d’accroître le nombre de travailleurs de 45 ans et plus.

    Établi annuellement (ou sous forme de mesures pluriannuelles), ce plan expliquera les mesures prises, dans différents domaines en vue de maintenir ou d’augmenter ce nombre de travailleurs.

    Le Conseil National du Travail a prévu des domaines d’action que l’employeur peut reprendre dans son plan d’action ou les compléter par d’autres tel que la sélection et l’engagement de nouveaux travailleurs, le développement de carrière et l’accompagnement de carrière au sein de l’entreprise, les possibilités d’adapter le temps de travail et les conditions de travail, la santé du travailleur...

    Pour plus d’infos: brochures explicatives publiées par le SPF Emploi sur son site internet. > ICI

    Source > http://www.jobsregions.be

  • LA FAMILLE ROSILLONG EST MORDUE PAR LES DÉCORATIONS DE NOËL

    Projet1.jpg

    Voilà plus de 30 ans que la famille Rosillong est mordue par les décorations de Noël

    D'année en année il y a toujours plus de décoration tant à l'extérieur qu'à intérieur

    Voici un petit aperçu des toutes les décorations et la plupart des extérieures sont animées

    Celles-ci sont visibles > rue du Bois 2 - 4280 TROGNEE jusqu'au 6-01-2013

    Source > Rosillong-Longree <mailto:fb005045@skynet.be>

  • ACTIVITÉS COMPLÉMENTAIRES DU PREMIER TRIMESTRE 2013 À L’ASBL « L’EVEIL »

    Projet2.jpg

  • COMMENT PUIS-JE ME PROTÉGER CONTRE LES FRAUDES À LA CONSOMMATION

    4cfa661ed1244039.jpg

    Comment puis-je me protéger contre les fraudes à la consommation ? Comment les reconnaître ? A quoi faut-il surtout faire attention ?

    Le but de l’arnaqueur est de vous voler de l’argent ou d’usurper votre identité pour agir en votre nom. De nombreux escrocs sont organisés à une échelle internationale et passent par Internet pour entrer en contact avec vous. Le porte-à-porte, le courrier postal et le téléphone sont également utilisés. La parade la plus simple et la plus efficace est de refuser les propositions qui vous sont faites, même si elles sont alléchantes (produits miracles, gains faciles d’argent, etc.) et de ne pas communiquer d’informations personnelles. Sachez également que certaines fraudes impliquent votre complicité et dans ce cas, vous hésiterez vraisemblablement à déposer plainte. Par exemple, les ventes pyramidales car elles sont illégales ou les fausses factures qu’on vous demande d’établir pour sortir des capitaux d’un pays.

    TECHNIQUES

    • Les escrocs vous manipulent, essayant ainsi de faire baisser votre vigilance et de vous amener à faire ce qu’ils veulent :
    • Ils sont aimables, beaux parleurs et vous font croire qu’ils vous veulent du bien ; ou au contraire, ils se montrent agressifs, menaçants, vous harcèlent par exemple par téléphone ;
    • Leurs lettres et leurs brochures peuvent sembler très professionnelles ;
    • Ils sont convaincants, ont réponse à tout et ne renoncent pas facilement lorsque le contact est établi
    • Ils vous poussent à vous décider immédiatement en vous offrant toutes sortes d’avantages supplémentaires.
    • Leurs fausses promesses vous font miroiter de gros gains d’argent :
    • Vous êtes le grand gagnant d’une loterie à laquelle vous n’avez pas participé ;
    • Vous avez l’opportunité exclusive d’intégrer un système pour gagner facilement et sans effort beaucoup d’argent ;
    • Vous bénéficiez d’une commission élevée en aidant à mettre de l’argent en sûreté (héritage, capitaux, etc.) ;
    • Vous êtes sélectionné pour investir votre argent sans risque avec, à la clé, un rendement élevé garanti.

    Après avoir gagné votre confiance, ils vous demandent :

    • De verser une avance pour financer les frais administratifs, les taxes, etc. ;
    • De communiquer vos données bancaires, votre numéro de carte de crédit ou d’autres informations personnelles (numéro de carte d’identité, numéro national, etc.) ;
    • D’appeler un numéro payant de type 0900 ou 0903 où vous n’obtiendrez finalement que de faux services ;
    • De télécharger un logiciel soi-disant gratuit mais qui s’avère utiliser un relais téléphonique payant ;
    • D’acheter quelque chose pour accroître vos chances de remporter un prix plus important.

    QUELQUES CONSEILS

    • Demandez-vous s’il est logique qu’un inconnu vous promette monts et merveilles.
    • Prenez le temps de vérifier les coordonnées de votre interlocuteur. Les escrocs utilisent souvent un numéro de boîte postale comme seule adresse de contact ou un GSM avec carte, ceci pour ne pas être identifiés.
    • Ne communiquez aucune donnée personnelle sans avoir vérifié à qui vous avez affaire.
    • Ne donnez pas, ne versez pas et ne transférez pas d’argent à un inconnu ou à un intermédiaire financier sans savoir s’il dispose des autorisations nécessaires.
    • Si l’on vous demande de garder le silence, cela risque fort d’être une arnaque. Au contraire, parlez-en autour de vous (amis, famille, etc.) et demandez conseil à un spécialiste (votre banquier par exemple, s’il s’agit d’investir votre épargne).
    • Sur les sites d’enchères, utilisez les transactions sécurisées et refusez de traiter directement avec un vendeur.

    Les adresses de contact pour une plainte officielle > ICI

    En savoir plus

     Source > belgopocket.be

  • EXERCICE PHYSIQUE : AVANT LE PETIT DÉJEUNER, C’EST MIEUX

    PHOTO-~1.JPG

    La pratique d’une activité physique à jeun est plus avantageuse en termes de dépense énergétique.

    Cette observation est intéressante, mais n’enlève rien à deux autres considérations : 1°) la quantité d’exercices est plus importante que le moment où l’on pratique cette activité, et 2°) le petit déjeuner reste un repas fondamental, régime amaigrissant ou pas.

    Cette équipe de l’université de Glasgow (Ecosse) s’est donc penchée sur l’influence d’une séance d’exercices physiques sur le métabolisme des graisses et des glucides, ainsi que sur la dépense énergétique totale, selon qu’elle intervient avant ou après le petit déjeuner. Des volontaires masculins, âgés en moyenne de 28 ans et en surpoids, ont été invités à participer à une séance de marche sur tapis roulant, soit avant, soit après le repas du matin. Un troisième test a consisté à… ne rien faire du tout.

    Par analyse de sang, les chercheurs ont donc évalué trois paramètres : la dégradation des graisses, celle des glucides et la dépense énergétique totale. Premier point : il va sans dire que l’exercice, peu importe quand il intervient, est préférable à l’inactivité. Et donc, dans un second temps, les spécialistes ont déterminé que l’impact de l’activité à jeun était (légèrement) plus bénéfique. Un « plus », à consommation calorique égale par ailleurs, évidemment.

    Ces résultats ont été publiés dans le « British Journal of Nutrition ».

    Source > http://www.passionsante.be

  • VÉRONIQUE GALLO NOUS A PRÉSENTÉ & DÉDICACÉ SON LIVRE « TOUT CE SILENCE »

    Projet5.jpg

    C’est à l’initiative du KIWANIS Club Haut-Geer « Comtesse de Hesbaye » que Véronique Gallo nous à présenter son tout nouveau livre « Tout ce silence »

    Première réunion conférence ouverte de ce Club féminin en formation. Une cinquantaine de personnes ont pu ainsi faire connaissance non seulement avec les membres du club, mais aussi & surtout écouter Véronique Gallo parler de son livre avec passion & le dédicacer aux présents.

    Dans un deuxième temps, le responsable de division de Liège présenta à l’assemblée l’action ELIMINATE du Kiwanis international (Eradication du Tétanos)

    Photos  JCD > Md.La Présidente & son invitée -L’assemblée

    K271212_VéroGallo_ 006.jpg

    Descriptif (Voir source)

    Dans le récit de Véronique Gallo, ce n’est pas la mère qui meurt, comme dans le beau livre de Simonet dont je parlais récemment, mais la grand-mère. La “Nonna”, Italienne jusqu’au plus profond de son silence, accompagnée par sa petite-fille dans cette Belgique qui n’a jamais été son pays.

     Cette femme qui n’a eu d’autre bonheur qu’à travers ses enfants et petits-enfants (et arrière-petits-enfants) a tout traversé ; l’exil, la vie rude, le non-amour conjugal, les deuils. Elle a trouvé le secours chez les Témoins de Jéhovah ; mais à l’annonce du cancer qui va la ronger, tout est remis en cause. Sauf son entêtement et son silence.

     Sa petite-fille l’accompagne, tissant le récit du passé à celui du présent. Avec pudeur et délicatesse, elle brosse à grands traits le cadre d’un destin, rappelant que celui-ci n’est que la scorie de tous nos possibles.

     Si la mort est la pire des banalités, Gallo nous rappelle combien elle est un événement radicalement unique pour chacun de nous.

    Publié par Vincent Engel le 24 novembre 2012 > Tout ce silence, Véronique Gallo, Paris : Desclée de Brouwer, 2012. 109 pages.12€

    Source de cet article > http://edern.be

    K271212_VéroGallo_ 004.jpg