• LE MOT DE BRUNO « QUESTION(S) ROYALE(S) » ? PSEUDO-REVELATIONS ET INSINUATIONS PERNICIEUSES

    Question-s-royale-s-de-Fr-d-ric-Deborsu.jpg        Avec son reportage RTBF sur le Prince Laurent, il y a quelques mois, et son tout récent « Question(s) royale(s) », Frédéric Deborsu s’est révélé tel qu’il, l’exploitant d’un fonds de commerce juteux et facile, notre famille royale.

             La fouille, à répétition, de l’intimité des « grands » de notre monde, la révélation (!!!) de détails croustillants à leur sujet, la propagation, sous X, de rumeurs les concernant, attirent la curiosité d’une certaine catégorie de lecteurs ; ce sont sans doute les mêmes qui, guidés par une forme de curiosité malsaine voire de voyeurisme, lisent la presse à sensation aux titres et images accrocheuses : people, sexe, alcôves, scandales, ruptures, maladies incurables, drames… en sont les ingrédients principaux qui,  parfois, dégagent une odeur nauséabonde, celle des poubelles. Fonds de commerce aussi puisque ces types d’articles, reportages, livres, magazines peuvent rapporter gros à leurs auteurs ; c’est peut-être ce que recherchent ces derniers, en même temps qu’une renommée aussi factice que fugace : car leurs « œuvres », ne constituent en aucune manière des monuments de la littérature contemporaine et/ou historique. Enfin, fonds de commerce facile car, dans le cas présent, la famille royale ne peut pas vraiment se défendre si ce n’est pas de brefs communiqués généraux et prudentissimes.

           Autant le dire de suite, je n’achète jamais cette littérature même si elle est l’œuvre d’un journaliste sous les feux de l’actualité ; je ne souhaite ni enrichir ceux qui s’y complaisent ni me polluer l’esprit par des propos éclaboussant leurs « victimes » et n’honorant pas vraiment ceux qui les couchent sur papier. Si je désire lui consacrer une rubrique en connaissance de cause, je me contente, généralement, d’emprunter un exemplaire à un critique littéraire de mes amis et, comme le commun des mortels, de lire les commentaires parus dans les médias sérieux. Ces derniers, tant francophones que du Nord du pays, aussi bien dans la presse écrite qu’en radio et télévision, sont loin d’être complaisants à l’égard de Frédéric Deborsu et de son livre. Prudente et troublée par le contenu, le ton, la méthode et les sources de l’ouvrage, la RTBF a estimé, à plusieurs reprises et de façon de plus en plus nette, devoir prendre ses distances par rapport à son journaliste qui devient encombrant et nuisible à l’image du service public.       

            Passer des mois à investiguer pour déboucher sur des « révélations » qui n’en sont pas vraiment puisque déjà connues ou supputées depuis longtemps, n’est-ce pas sans aucun intérêt, du temps perdu, de l’argent gaspillé, une forme de harcèlement digne d’un paparazzi ? Certainement un peu de tout. Plus gênants encore sont les sous-entendus interview-blog-1+1.jpgbasés sur des sources anonymes qu’il est impossible de vérifier. Quand l’utilisation des termes « une amitié intense » amène pernicieusement à penser à l’homosexualité, quand le lieu de naissance d’enfants laisse supposer qu’il y aurait eu « fécondation in vitro » … on tombe dans l’interprétation, la rumeur, le sensationnalisme, l’incorrection, l’atteinte à la vie privée et aux droits de l’homme et des enfants. Or, que je sache, être (éventuellement) homosexuel n’est pas une tare ; naître (éventuellement) suite à une fécondation in vitro n’est pas un vice… Le laisser penser, le suggérer est indigne. Mon propos n’est pas de défendre bêtement la famille royale ; je pense surtout à toutes celles et tous ceux qui vivent comme ils le peuvent, chacun à son niveau, avec ses propres tempérament, caractère, éducation, niveau social et responsabilités, les problèmes de tout individu et de tout couple dans la société d’aujourd’hui ; comme les membres de la famille royale, ils ne souhaitent pas pouvoir être importunés et agressés par de tels personnages indélicats.

           On peut aller fouiner dans le passé et le présent de chacun, Frédéric Deborsu et Bruno Heureux y compris ; y trouver des paroles et/ou faits anciens qui, retirés de leur contexte, montés en épingle et interprétés tendancieusement par des gens sans scrupule et/ou aux intentions malveillantes, peut nuire de façon indélébile à la réputation d’autrui. On pourrait, par exemple, toujours sous le sceau du secret de témoins qui ne veulent pas être identifiés, découvrir qu’un tel  a été surpris - une fois – à tripoter son zizi à l’école gardienne, qu’un autre, en primaire, s’est - parfois – bagarré avec ses camarades durant la récréation, qu’un troisième a - occasionnellement -  triché lors d’interrogations en secondaire, qu’un quatrième a – parfois - fumé un joint quand il étudiait  à l’université, qu’un cinquième avait – paraît-il - les mains baladeuses lorsqu’il dansait les slows…  Cela fait-il de ces adultes d’aujourd’hui des pervers, obsédés sexuels, tricheurs professionnels, drogués ? Généralement, non ! Pourtant, rapportés sans nuance, en retirant les « une fois, parfois, occasionnellement, paraît-il… », ces faits deviennent des généralités avérées donnant une image déformée et désastreuse de celui qui aurait cumulé certains ou l’ensemble de ces « défauts » ou « méfaits »… Journalistiquement et moralement parlant, le procédé est indigne parce que travestissant la vérité.

             Il y a de nombreux autres sujets d’investigation que celui abordé par « Question(s) royale(s) », dénué de tout réel intérêt public, qui mériteraient de faire l’objet d’enquêtes approfondies menées par des journalistes au service de la société et dénués de toute velléité de sensationnalisme déplacé. L’impertinence de l’expression, qu’affectionne Frédéric Deborsu, n’a de valeur qu’au service d’une pertinence du propos… ce qui ne semble pas être le cas en l’occurrence.

     

    Source & Texte de > Bruno Heureux.  

  • AGENDA > « LE PHARE DU BOUT DU MONDE », UNE CREATION DU THEATRE DE L’ORANGER

    Le phare du bout du monde.jpg

    Spectacle Jeune Public, dès 3 ans Hannut, Salle Rosoux, dimanche 4 novembre à 15h30

    Maya, la gardienne de phare et Monsieur Slimane, un vieux marin, se voient souvent pour échanger de vieux souvenirs.

     Tant d’animaux perdus sont passés par le Phare du bout du monde! Un jour, Maya lui raconte l’histoire de Sadko, un chien qui était arrivé au phare un jour de grande tempête. Il ne parlait pas et ne savait où aller… ».  Dans ce spectacle, les deux personnages font revivre « Le Phare du bout du monde » avec comme toile de fond les images du livre qui défilent en transparence dans un petit castelet. Tantôt, ils content les aventures du chien et de ses compagnons, tantôt, ils les jouent, tantôt ils les chantent en s’accompagnant de divers instruments comme l’accordéon, la clarinette…

     Les thèmes abordés ? « Il y a d’abord le déracinement et l’exil puisque c’est l’histoire d’animaux qui ont été séparés de leur famille et de leur pays. Ils se réfugient au phare pour renouer avec leur histoire et retrouver leurs racines. Il y a la solidarité aussi puisqu’autour de Maya, la gardienne de phare qui recueille tous ces animaux perdus et qui les aide à retrouver leur pays, il y a tout un réseau d’entraide: Sir John Quickly, le goéland, transmet le courrier entre les animaux et leur famille, Stanislas, la baleine, ramène les animaux chez eux...

    C’est une histoire qui parle aussi d’identité car le héros est un chien qui ne sait plus d’où il vient et les animaux présents au phare vont l’aider à retrouver qui il est. Comme il ressemble à un chien eskimo, ils vont chercher dans le grand coffre du phare des souvenirs du Grand Nord et vont réaliser avec lui un livre de la mémoire. C’est ainsi que le chien va se souvenir de ses racines et retrouver son identité. » Quelles sont les réactions des enfants ? « Malgré la complexité de l’histoire, les réactions des jeunes enfants au spectacle montrent qu’ils perçoivent bien les thèmes de l’histoire. Nous jouons le plus souvent devant des enfants venant d’un peu partout, d’Afrique, d’Europe de l’Est, de Scandinavie… et lors des échanges après le spectacle ils citent fièrement leur pays d’origine et les langues qu’ils parlent: « Moi, je parle arabe, moi je viens du Danemark, je parle anglais... »

    Il y en a même un qui a dit: « Moi je parle bruxellois! »… Très souvent, ils posent plein de CCH.jpgquestions sur ce qui arrive au chien quand il retourne au Pôle Nord et ils aiment imaginer ce qui se passe dans la suite de l’histoire pour le chien et aussi pour les autres animaux…

    Infos et réservations au Centre Culturel de Hannut (019/51.90.63) ou sur info@cchannut.be. Droit d’entrée : 6€ par personne.

  • 2 HEURES DE JOGGING = 6 ANS DE VIE

    JOGGING.jpgUn peu de jogging chaque semaine allonge l’espérance de vie de plusieurs années.

     C’est une très vaste étude danoise, démarrée à la fin des années 70 et toujours en cours d’ailleurs, qui a fixé ces données. Les résultats évoqués ici ont été présentés lors d’un congrès international de cardiologues. Pour aller à l’essentiel, donc : deux heures de jogging, chaque semaine, à un rythme modéré, se traduisent (tant chez les hommes que chez les femmes) par une espérance de vie supérieure de six ans en comparaison avec la non pratique de cette activité.

    Mais attention : trop, ce n’est pas l’idéal. Comme l’explique l’un des auteurs de ces recherches (cité par Santé Log), « la relation est comparable à celle de la consommation d’alcool ». Boire un verre de vin chaque jour, comme faire un peu de jogging, présente un bénéfice ; par contre, boire trop, ou pratiquer le jogging à une fréquence et à une intensité extrêmes, cela peut conduire à des catastrophes. Quelques heures étalées sur la semaine, en allant jusqu’à se sentir un peu à bout de souffle, c’est ce qu’il y a de mieux, en termes évidemment de population prise dans sa globalité.

    Les chercheurs rappellent les effets positifs du jogging sur les métabolismes cardiovasculaire, respiratoire, osseux, immunitaire, parmi d’autres. En sachant que la pratique régulière d’un sport s’accompagne, souvent, de la maîtrise de facteurs de risque majeurs pour la santé (le tabagisme, en particulier).

     Réagir à cet article > ICI

    Source > http://www.passionsante.be

  • UNE HANNUTOISE A NEW-YORK ALORS QUE L'OURAGAN MENACE

    613817159_ID8268837_webhannut_184247_H45FJY_0.jpgMichelle Thonon et Drew Descheemaeker travaillent pour l’agence de voyage Flash Travel, à deux pas de la Grand-Place de Hannut. Ce mardi, une de leur cliente est censée rentrer de New-York alors que l’ouragan menace. Ce dimanche, ils étaient assez confiants

    “ Nous avons eu des nouvelles du tour-opérateur, pour l’instant, on sait que le vol que notre cliente doit prendre est maintenu. Dimanche, on a pris contact avec l’agence responsable du séjour afin d’être fixé sur le retour ”.

     Les deux agents de voyage ne sont pas inquiets: “ On sait d’expérience que, pour nous, c’est: pas de nouvelle, bonne nouvelle. S’il y avait quoi que ce soit, on serait prévenu aussitôt. Donc tant qu’on ne nous dit rien, c’est que tout va bien ”.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Lundi 29 Octobre 2012 à 20h00

  • TOP 30 : CE QUE LES EMPLOYES TROUVENT ACCEPTABLES DE FAIRE PENDANT LES HEURES DE TRAVAIL

    tandenpoetsen.jpg

                  On ne peut pas travailler pendant toute la journée sans prendre une pause. C’est pour cela que nous avons une pause de midi. Nous nous dégourdissons les jambes de temps à autre ou nous faisons un brin de causette avec un collègue.

                Le site Américain Mozy a présenté un hit-parade d’activités qu’il est acceptable de faire durant les heures de travail, comme les pauses fréquentes (53%), les longues pauses déjeuner (37%) ou encore bavarder avec les collègues (36%). Mais dans la liste, se trouvent également des activités un peu plus bizarres, telles que se brosser les dents ou aller à un entretien d’embauche.

     Voir le top 30 >

    • 1. Partir plus tôt pour un rendez-vous chez le docteur ou chez le dentiste
    • 2. Passer des coups de fil personnels
    • 3. Prendre des pauses fréquentes
    • 4. Bavarder avec les collègues
    • 5. Envoyer des emails personnels
    • 6. Prendre une longue pause déjeuner
    • 7. Gérer ses comptes en ligne
    • 8. Partir plus tôt pour assister à une représentation de ses enfants
    • 9. Régler ses factures
    • 10. Écouter de la musique
    • 11. Prendre son petit-déjeuner
    • 12. Lire des journaux ou des magazines
    • 13. Utiliser les médias sociaux
    • 14. Se plaindre auprès d’un service clientèle
    • 15. Consulter des magasins en ligne
    • 16. Se brosser les dents
    • 17. Planifier des vacances en ligne
    • 18. Acheter des produits en ligne
    • 19. Faire ses courses (alimentaires) en ligne (par exemple via Delhaize Direct ou Collect & Go de Colruyt)
    • 20. Prendre une douche après avoir été courir ou avoir fait du vélo/du sport
    • 21. Chercher des recettes
    • 22. Jouer au lotto
    • 23. Lire de la presse people en ligne
    • 24. Tenir à jour son blog personnel
    • 25. Aller à des entretiens d’embauche
    • 26. Utiliser son temps pour un travail complémentaire
    • 27. Classer ses playlists de musique
    • 28. Regarder du sport
    • 29. Skyper
    • 30. Faire des rencontres en ligne

     Source: Mozy

     Article, Source > http://www.references.be

  • AGENDA > WE JEUX A L’ATHÉNÉE DE HANNUT

    373525_460212867355755_46136239_n.jpgNous vous invitons à venir jouer avec nous, au réfectoire de l'Athénée Royale de Hannut (rue de Tirlemont). D'une part se sera la dernière occasion de tester et de voter pour les prix Jokers 2012 (voir prixjokers.be), d'autre part vous pourrez tester toutes les autres nouveautés en jeu de plateau, d'ambiance, etc.

    Le samedi 3 à partir de 20h, soirée pour les plus grands. Vous pourrez découvrir, entre autre, Mundus novus; Wiraqocha; The resistance,Talat; Indigo; Et Toque; Panic lab; etc. Invitez vos amis, l'ambiance sera conviviale et c'est gratuit!!!

    Le dimanche 4 de 14h à 17h, après-midi spéciale "Famille" à partir de 3 ans. Venez découvrir Rentrons la nourriture, Le gouter des monstres, l'or de Paco, Good Look, camouflanimo, Mito, mission codée, etc. c'est aussi gratuit et les enfants doivent être accompagnés. Infos et renseignements 019 637267 ou info@autrechose.be

    Source > https://www.facebook.com/events/460212867355755/

  • HANNUT: LES CERCUEILS ÉCOLOGIQUES N'ONT PAS LA COTE

    225318779_ID8265136_webcer_183918_H45CKY_0.jpgIl y a deux ans, à Hannut, Claudine De Coster se lançait dans le commerce de cercueils écologiques en rotin, en feuille de bananier,… Un concept unique en Belgique qui n’a pas trouvé son public. Faute d’acheteurs en suffisance, la Hannutoise stoppe ses ses activités.

    En matière de pompes funèbres, le classique prime et l’innovation ne paye pas vraiment. “ C’était décevant au niveau des ventes. Au point que je ne pouvais tout simplement pas en vivre. Mais j’espère quand même avoir fondé une base pour qu’il y ait un certain intérêt autour de ce concept ”, explique celle qui avait découvert ce principe de cercueils écologiques aux Pays-Bas.

    Du côté des funérariums, les acteurs partagent ce constat d’un très grand classicisme au niveau des obsèques. “ Ce sont toujours les mêmes funérailles depuis longtemps, il n’y a pas eu de virage à 180 degrés. Cela fait d’ailleurs 25 ans que je fais ce métier et c’est toujours la même chose ”, expose Monsieur Dubois, administrateur des pompes funèbres Tanier à Huy. “ Ce sont les cercueils en chêne qui continuent à avoir la cote et qui sont principalement utilisés. La seule petite évolution au niveau des funérailles, c’est qu’il y a de plus en plus de prises de paroles et de musique. Mais ce n’est pas une révolution ”, indique Etienne François des pompes funèbres éponymes à Waremme.

    Plus dans La Meuse H-W de ce jour

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Lundi 29 Octobre 2012 à 07h02 tom jenné

  • AGENDA > FÊTE DE HALLOWEEN A LA MAISON DES JEUNES

    Projet3.jpg

     

     

     

    Fête de Halloween 31 octobre 2012 de 14 h 00 à 18 h 00 min > Maison des Jeunes, rue Withofs 1 – Avernas

    Fête de Halloween (gratuit, goûter offert)

    Organisation : Maison des Jeunes La Rib – Tél. 019/51.33.16 – 0498/61 21 60 – courriel mailto:info@mdjhannut.be – site www.mdjhannut.be

    Responsable : Vital WOUTERS, rue Withofs 1, 4280 AVERNAS