CUPIDON LES A CHOISIS

Saint-valentin CONCOURS DE la plus belle lettre d’amour

t-20120220-H3P89N-0.jpgCharlotte et Eduardo ainsi que Marie et Olivier ont gagné un repas en tête-à-tête

Charlotte et Eduardo militent pour la protection des lévriers Galgo.

Deux couples de jeunes Hannutois viennent de remporter le concours de la Saint-Valentin organisé par l’association des commerçants de la cité hesbignonne. Rencontre avec deux des  quatre tourtereaux qui savoureront prochainement leur prix dans l’un des restaurants du centre-ville.

Charlotte Rigot (23) et son compagnon Eduardo Vargas (26) ont été surpris à la veille de la Saint-Valentin par un photographe de l’association des commerçants de Hannut. Et c’est ce cliché que le jury du concours a plébiscité. “ Nous étions allés à la librairie de la rue de l’Eglise ”, explique Charlotte. “ En sortant, j’ai voulu m’arrêter devant la vitrine du magasin de vêtements située à côté. C’est là que le photographe nous a demandé de prendre la pose. Nous avons gagné un bon de 100euros pour aller manger dans un restaurant du centre hannutois. ” Charlotte et son amoureux Eduardo sont installés à Avin. La flamme qui les unit brûle depuis trois ans. “ Cela a commencé sur internet ”, sourit Charlotte. “ Eduardo souhaitait voyager en Europe, et moi je souhaitais voyager en Amérique latine. On a échangé durant un an pour se rendre compte que nous nous entendions bien et que nous avions beaucoup de points en commun. ” Au cours de l’été 2009, Eduardo débarque pour la première fois en Belgique. “ D’abord trois mois avec un visa touristique ”, précise-t-il.

“ Puis, Charlotte m’a accompagné lors de mon retour au Mexique. Nous avons visité le pays avant le retour à Avin. Je suis donc installé ici depuis le 21 février 2010. Je suis actuellement une formation professionnelle. ” Charlotte et Eduardo cultivent plusieurs passions. Parmi celles-ci, ils militent pour la protection des lévriers Galgo, martyrisés dans leur pays d’origine. “ Ces chiens sont utilisés en Espagne pour les concours de chasse aux lièvres ”, poursuit Charlotte. “ Mais après la chasse, leurs propriétaires les frappent, les mutilent ou les tuent. Suivant leurs performances, ils sont pendus long ou court de manière à prolonger ou non leurs souffrances. Certains les jettent au fond d’un puits ou les traînent derrière une voiture jusqu’à ce que mort s’ensuive. Très choqués par cette cruauté gratuite, nous avons décidé d’en adopter deux. ”

Source > Sudpresse > Mardi 21 février 2012 n.c.

Les commentaires sont fermés.